Réglement Départemental d'Aide Sociale en faveur des Personnes âgées et des Personnes Handicapées


Bienvenue sur le site de

Pictogramme blanc sur fond bleu d'une personne en fauteuil roulant
anciennement
Handicap-2009.com
Votre Site d'Informations sur le Handicap 
au Service des Personnes Handicapées
et de leurs Proches

Nouveau site 2011
10.02.2011
Actuellement en cours de rédaction
Créé par Pascal Himmelsbach
Powered  by Google Sites Logo

CONSEIL GENERAL DE LA MOSELLE



Personnes handicapées 

L'aide aux personnes adultes handicapées 

L'hébergement des personnes adultes handicapées relève de la compétence du Conseil Général.
A ce titre, il participe à la création et au financement des travaux de construction, de modernisation et/ou d'extension des foyers qui les accueillent selon les conditions du barème particulier adopté par l'Assemblée Départementale.
Ces foyers d'hébergement peuvent être habilités à recevoir des bénéficiaires de l'Aide Sociale, ce qui signifie que le Conseil Général prend en charge les frais de séjour en établissement, déduction faite de la participation du bénéficiaire. 


En savoir plus sur les aides :

la prestation de compensation du handicap (PCH)
au placement en établissement ou en famille d'accueil
au maintien à domicile


La Maison Départementale des Personnes Handicapées de Moselle

Elle constitue un interlocuteur unique permettant de simplifier les démarches des personnes handicapées et de leurs familles, et de répondre plus efficacement à leurs demandes.
En savoir plus sur la Maison Départementale des Personnes Handicapées de Moselle :

http://mdph57.fr


Les établissements d'accueil des personnes handicapées 

Vous pouvez consulter la liste des établissements d'accueil pour les personnes handicapées sur le site Internet de la Maison Départementale des Personnes Handicapées de Moselle : 
http://mdph57.fr 




Retrouvez les listes des :
- foyers de vie (ex FAS ou ex FO)
- foyers d'accueil médicalisés
- maisons d'accueil spécialisées
- foyers d'hébergement annexés aux ESAT
- le service d'accompagnement à la vie sociale 

IMPORTANT ! Pour l'admission en établissement, il appartient à la personne, à sa famille ou à son représentant légal de prendre contact avec les établissements correspondant à l'orientation décidée par la C.D.A.P.H. (Commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées) 

Formulaire à télécharger 

Dossier unique de candidature et d'admission en établissement pour personnes handicapées 

Schéma de l'autonomie 2010-2015
 

Favoriser et préserver l’autonomie des personnes, pour leur permettre de bien vivre en Moselle : telle est l'ambition du Conseil Général. 

C'est dans cette logique que se présente le nouveau schéma départemental d'organisation sociale et médicosociale en faveur des personnes âgées et des personnes handicapées, qui formalise les priorités que le Conseil Général se fixe dans ce domaine à horizon 2015. 

Un document unique, que la perte d’autonomie soit due à l’âge ou au handicap. 
Un engagement global et cohérent en faveur de tous les Mosellans. 






Télécharger le Schéma de l'autonomie 2010-2015 (en 3 volets) : 


 Diagnostic préalable (livret 1) - 12 047 Ko 

 Orientations Départementales (livret 2) - 4044 Ko 

 Annexes (livret 3) - 6 040 Ko 

 Carte grand format - 1077 Ko 

 Fiches repères - 734 Ko 



Règlement Départemental d'Aide Sociale 

En faveur des personnes âgées et handicapées

Il regroupe l'ensemble des prestations légales relevant du Conseil Général et précise suivant les lois et règlements en vigueur : 
- les conditions d'octroi des prestations 
- les modalités de versement et récupérations 



Ce document a fait l'objet d'une mise à jour adoptée par l'Assemblée Départementale en 2e Réunion Trimestrielle de juin 2010.  


Télécharger le Règlement Départemental d'Aide Sociale (en 4 volets) :

 I - Principes généraux de l'aide sociale : conditions et procédures d'admission (1562 Ko) 

II - L'aide sociale aux personnes âgées (287 Ko) 

III - L'aide sociale aux personnes handicapées (6481 Ko)

IV - L'accueil familial à titre onéreux (1027 Ko)  




LIVRE I 
AIDE SOCIALE
PRINCIPES GENERAUX DE L'AIDE SOCIALE :
CONDITIONS ET PROCEDURES D'ADMISSION


RÉALISATION
Conseil Général de la Moselle - Direction de la Politique de l'Autonomie
DESIGN GRAPHIQUE
Noface>création • www.nofacecreation.fr
CRÉDIT PHOTOGRAPHIQUE
CDT Moselle- Jean-Claude Kanny


CHAPITRE I - CONDITIONS D'ADMISSION A L'AIDE SOCIALE  
A/ CARACTERISTIQUES DES PRESTATIONS DE L'AIDE SOCIALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
B/ LES DIFFERENTES CONDITIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1 - Conditions d'âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
2 - Conditions liées à la nationalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
3 - Conditions de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
4 - Notion de domicile de secours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
5 - Conditions liées aux ressources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
C/ LA DECISION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 
1 - Conditions d'âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
2 - Conditions liées à la nationalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
3 - Conditions de résidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
4 - Notion de domicile de secours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
5 - Conditions liées aux ressources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
C/ LA DECISION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
CHAPITRE II - OBLIGATION ALIMENTAIRE            
A/ PRINCIPE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
B/ PERSONNES TENUES A L'OBLIGATION ALIMENTAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
C/ CAS D'EXONERATION DE L'OBLIGATION ALIMENTAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
D/ PROCEDURE DE MISE EN OEUVRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
E/ RESSOURCES DES OBLIGES ALIMENTAIRES ET DU CONJOINT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
F/ REVISION DE LA PARTICIPATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1

G/ CARENCE DU BENEFICIAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
H/ RECOUVREMENT DES DETTES ALIMENTAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
CHAPITRE III - PROCEDURE D'ADMISSION A L'AIDE SOCIALE
A/ DEMANDE D'AIDE SOCIALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
B/ ADMISSION D'URGENCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
C/ ACCUEIL DU DEMANDEUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
CHAPITRE IV - LES RECOURS ET LES  RECUPERATIONS DES PRESTATIONS 
DE L'AIDE SOCIALE
A/ LES VOIES DE RECOURS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12    
1 - Recours gracieux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
2 - Commission départementale d'aide sociale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
3 - Commission centrale d'aide sociale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
4 - Conseil d'Etat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1

5 - Compétence des tribunaux judiciaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
6- Règles communes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
B/ LES RECUPERATIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13    
1- Récupération sur succession . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
2- Récupération sur donataire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
3- Retour à meilleure fortune . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
4- Dispositions particulières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
C/ LA GARANTIE DES RECOURS : LES HYPOTHEQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
CHAPITRE V - LE CONTROLE RELEVANT DE LA COMPETENCE 
DU CONSEIL GENERAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17
ANNEXE : Glossaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1

CHAPITRE I
CONDITIONS D'ADMISSION A L'AIDE SOCIALE
Code de l’Action Sociale et des Familles :
Art. L-111-1 - L-111-2 - L 111-3  / Art. L 122-1 - L 122-2 - L 122-3 - L 122-4 / Art. L 132-1 - L 132-2 - L 132-3 
Code Civil : Art. 205 
Code Général des Impôts : Art. 199 septies 
A/ CARACTERISTIQUES DES PRESTATIONS DE L'AIDE SOCIALE
Article 1 - L'aide sociale est une aide obligatoire que la collectivité publique est tenue d'accorder à toute
personne qui, faute de ressources suffisantes, ne peut pourvoir à l'entretien qu'exige sa situation.
Article 2 - Le droit à l'aide sociale est :
> personnel, incessible et insaisissable,
> lié à la notion de besoin,
> subordonné à certaines conditions


B/ LES DIFFERENTES CONDITIONS
Ces conditions concernent toutes les prestations d'aide sociales à l'exception de l'APA et la PCH.
1-  Conditions d'âge
Article 3 - Peuvent bénéficier de l'aide sociale aux personnes âgées, les personnes de 60 ans ou plus.
Article 4 - L'aide sociale aux personnes handicapées ne requiert pas de conditions d'âge dès lors que le taux
d'invalidité est égal ou supérieur à 80 % ou au moins à 50 % en cas d'inaptitude au travail.
Cette aide sociale est cumulable avec une allocation d'adulte handicapé versée par la caisse d'allocations
familiales, ou une pension d'invalidité versée par l'assurance maladie.
2-  Conditions liées à la nationalité
Article  5 - Pour bénéficier de l'aide sociale, il faut :
> avoir la nationalité française ou être ressortissant d'un état membre de l'Union Européenne,
> être ressortissant d'un pays cosignataire d'une convention avec la France,
> être réfugié ou apatride à condition d'être en résidence régulière en France (posséder un titre de séjour).
3- Conditions de résidence 
Article 6 - Les personnes de nationalité étrangère à l'Union Européenne doivent justifier d'une résidence
ininterrompue en France métropolitaine depuis au moins quinze ans avant l'âge de soixante-dix ans.
Ceci concerne uniquement les prestations d'aide à domicile. Cette règle ne s'applique pas à l'aide sociale à
l'hébergement, ni à l'APA, ni à la PCH.
Article 6-1 - Pour bénéficier des prestations d'aide sociale, la personne doit résider sur le territoire français
4- Notion de domicile de secours
Article 7 - La notion de domicile de secours permet de déterminer la collectivité qui assure la prise en charge
financière des prestations.
Article  8 -
- est acquisitif du domicile de secours :
• le domicile personnel occupé par le bénéficiaire depuis au moins 3 mois (sauf pour les personnes
bénéficiaires de l'APA pour lesquelles le domicile de secours s'acquiert au 1er jour d'arrivée dans les
départements limitrophes avec lesquels le Département applique la réciprocité)
- ne sont pas acquisitifs du domicile de secours :
• les établissements sanitaires,
• les établissements sociaux et médico-sociaux,
• les centres d'hébergement et de réinsertion sociale,
• les familles d'accueil agréées,
• les foyers logements.
Pour les personnes hébergées dans ces établissements, elles conservent le domicile de secours antérieur à
leur admission.
Article 9 - Cas particuliers :
Seules les personnes dont la présence sur le territoire métropolitain résultent de circonstances exceptionnelles et qui n'ont pas pu choisir librement leur lieu de résidence ou les personnes pour lesquelles aucun
domicile fixe ne peut être déterminé relèvent de l'aide sociale de l'Etat.
Article 10 - Lorsque le Président du Conseil Général est saisi d'une demande d'admission à l'aide sociale
concernant une personne dont la charge semble relever de l'Etat, il transmet le dossier au préfet au plus tard
dans le mois de la réception de la demande. Si ce dernier n'admet pas sa compétence, il transmet l'affaire, au
plus tard dans le mois de sa saisine, à la commission centrale d'aide sociale.
Article 10-1 - Perte du domicile de secours :
> par une absence du  territoire mosellan ininterrompue de 3 mois postérieurement à la majorité,
sauf si celle-ci est motivée par un séjour en établissement sanitaire ou social ou en famille d'accueil,
> par l'acquisition d'un autre domicile de secours.
Article 11 - Contestation du domicile de secours :
S'il estime que le demandeur d'aide sociale a son domicile de secours dans un autre département, le
Président du Conseil Général doit transmettre le dossier au département concerné dans un délai d'un mois
après le dépôt de la demande. Ce dernier doit alors se prononcer sur sa compétence dans le mois qui suit.
S'il ne reconnaît pas sa compétence, il transmet le dossier à la commission centrale d'aide sociale.
Article 12 - Lorsque la situation du demandeur exige une décision immédiate, le Président du Conseil Général
peut la prendre ou la faire prendre. S'il s'avère que le domicile de secours du bénéficiaire se trouve dans un
autre département, la décision doit être notifiée au service de l'aide sociale de celui-ci dans les deux mois.
A défaut, les frais engagés restent à la charge du département où l'admission a été prononcé
5-  Conditions liées aux ressources
Article 13 - Les prestations d'aide sociale sont subordonnées à l'insuffisance de ressources.
Article 14 - Sont prises en compte sauf dispositions contraires prévues par la règlementation, toutes les ressources
du bénéficiaire ainsi que celles des personnes résidant dans son foyer à l'exception de :
> la retraite du combattant,
> les pensions attachées aux distinctions honorifiques,
> les arrérages des rentes viagères mentionnées à l'article 199 septies du code général des impôts,
> les intérêts capitalisés produits par les fonds placés sur les contrats visés au 2° du I de l'article 199
septies du code général des impôts.
Cet article ne s'applique pas à l'ACTP, ni à l'APA, ni à la PCH pour lesquelles des conditions particulières sont
précisées dans les chapitres concernés.
C/ LA DECISION D'ADMISSION A L'AIDE SOCIALE
Article 15 - La décision d'admission à l'aide sociale est prise par le représentant de l'Etat pour les prestations
qui sont à la charge de l'Etat en application de l'article 121-7 et par le Président du Conseil Général pour les
prestations prévues au Code de l'Action Sociale et des Familles.
La proportion de l'aide consentie par les collectivités publiques est fixée en tenant compte du montant de la
participation éventuelle des personnes restant tenues à l'obligation alimentaire

CHAPITRE II
OBLIGATION ALIMENTAIRE
Code de l’Action Sociale et des Familles :
Art L 131-2  / Art. L 232-1 - L 232-4 - L 132-6 - 132-7 - L 232-10
Art. L 245-5 / Art L 344-5
Code Civil : Art. 205 - 206 - 207  et suivants / Art. 212
Article 16 - L'obligation alimentaire est mise en œuvre uniquement pour :
> la prise en charge du tarif hébergement des p

A/ PRINCIPE
Article 17 - Les enfants doivent des aliments à leur père et mère ou autres ascendants qui sont dans le besoin.
Les aliments ne sont accordés que dans la proportion du besoin de celui qui les réclame et de la capacité à
contribution de celui qui les doit.
B/ PERSONNES TENUES A L'OBLIGATION ALIMENTAIRE
Article 18 - a) art
 L 132-6 al 2 du Code de l'Action Sociale et des Familles
- les enfants envers leurs père et mère et réciproquement,
- les ascendants et descendants en ligne directe entre eux au premier degré,
- les gendres et belles filles envers leur beau-père et belle-mère (obligation qui cesse lors du décès du
conjoint et en l'absence d'enfant ou lorsque les enfants issus de leur union sont eux aussi décédés),
- l'adopté envers l'adoptant et réciproquement (obligation qui continue d'exister entre l'adopté et
ses parents biologiques en cas d'adoption simple).
Ne sont pas tenus à l'obligation alimentaire :
- le concubin de l'obligé alimentaire,
- la personne pacsée avec l'obligé alimentaire,
- les petits-enfants.
b) art. L 212 du Code Civil
Les époux sont tenus, d'une part entre eux de contribuer aux charges du ménage à proportion de leurs facultés respectives, d'autre part au devoir de secours et d'assistance.
Il résulte de ces dispositions, que les ressources du ménage et non pas seulement celles de la personne âgée
doivent être prises en compte pour fixer la part des frais d'hébergement et d'entretien de cette personne
prise en charge par l'aide sociale.
En cas de prise en charge de frais d'hébergement au titre de l'aide sociale aux personnes âgées, la participation financière de la personne  tenue au devoir de secours (dette d'aliment spécifique) est évaluée par le
Président du Conseil Général.
c/ art. L 232.10 du Code de l'Action Sociale et des Familles
Lorsque les conjoints ou les personnes ayant conclu un pacte civil de solidarité résident, l'un  à domicile,
l'autre dans un établissement, le montant des prestations mentionnées au 2° et 3° de l'article L 314-2 restant
à la charge de ce dernier est fixé de manière qu'une partie des ressources du couple correspondant aux
dépenses courantes de celui des conjoints ou des personnes ayant conclu un pacte civil de solidarité restant
à domicile lui soit réservée par priorité
Cette somme ne peut être inférieure à un montant fixé par décret. Elle est déduite des ressources du couple
pour calculer les droits à l'allocation personnalisée d'autonomie et à l'aide sociale visée à l'article L.231-4 auxquels peut prétendre celui des conjoints ou des personnes ayant conclu un pacte de solidarité qui est accueilli
en établissement.
C/ CAS D'EXONERATION DE L'OBLIGATION ALIMENTAIRE
Article 19 - Lorsque le créancier aura manqué gravement à ses obligations envers le débiteur, le juge aux
affaires familiales pourra décharger celui-ci de tout ou partie de la dette alimentaire.
Sont exonérés de l'obligation alimentaire :
> les belles filles veuves ou les gendres veufs à condition qu'ils n'aient pas d'enfants ou que les
enfants issus de leur union (avec le conjoint décédé) soient décédés,
> les conjoints divorcés,
> les enfants qui ont fait l'objet d'un retrait judiciaire de leur milieu familial durant une période de
trente six mois cumulés au cours des douze premières années de leur vie.
D/ PROCEDURE DE MISE EN ŒUVRE
Article 20 - Lors de la constitution du dossier de demande d'aide sociale, le demandeur doit fournir la liste
nominative et les adresses d
des personnes tenues à l'obligation alimentaire.
Ces personnes sont invitées à indiquer le montant de l'aide qu'elles peuvent apporter au bénéficiaire ainsi
que toute situation particulière qu'elles souhaitent mentionner ou faire la preuve de leur impossibilité de
couvrir tout ou partie des frais.
En cas de désaccord entre les obligés alimentaires ou à défaut d'accord amiable, il appartient au seul juge des affaires
familiales d'effectuer entre les personnes tenues à l'obligation alimentaire la répartition de la charge globale.
E/ RESSOURCES DES OBLIGES ALIMENTAIRES ET DU CONJOINT
Article 21 - En cas de demande d'aide sociale pour le tarif hébergement, toutes les ressources des obligés
alimentaires imposables ou non sont prises en compte.
• Les obligés alimentaires :
Sont à déduire les charges suivantes pour la détermination de la participation des obligés alimentaires :
- charges liées à l'habitation principale (loyers, prêts accession à la propriété ou à l'amélioration de l'habitat),
- pensions alimentaires décidées par voie de justice ou attestation sur l'honneur,
- saisie sur salaire,
- surendettement,
- forfait sur charges fixes telles que l'impôt sur le revenu, taxes locales, foncières, eau, gaz, électricité.
(Son montant varie en fonction de la composition de la famille et est revalorisé chaque année en
fonction du coût à la consommation - INSEE).
• Le conjoint :
Lorsque les époux ou les personnes ayant conclu un PACS résident, l'un à domicile, l'autre en établissement, le montant des tarifs hébergement et dépendance restant à la charge de ce dernier est fixé de manière qu'une partie des
ressources du couple correspondant aux dépenses courantes du conjoint restant à domicile lui soit réservée par
priorité. Cette somme ne peut être inférieure au minimum vieillesse. Elle est préalablement déduite des ressources du couple pour calculer 
les droits à l'APA et à l'aide sociale.10
F/ REVISION DE LA PARTICIPATION
• De façon amiable :
Sur production d'éléments nouveaux probants, les obligés alimentaires peuvent à tout moment demander
que la décision relative à  leur participation soit révisée.
• La décision de la commission d'admission est revue :
> sur production par le bénéficiaire de l'aide sociale d'une décision judiciaire rejetant sa demande
d'aliments ou limitant l'obligation alimentaire à une somme inférieure à celle initialement fixée,
> lorsque les débiteurs d'aliments ont été judiciairement condamnés à verser des arrérages
supérieurs à ce que le Président du Conseil Général avait décidé,
> lorsque les débiteurs alimentaires auront été déchargés de leur dette alimentaire,
> à tout moment, sur l'initiative du Président du Conseil Général, lorsque celui-ci le décide.
G/ CARENCE DU BENEFICIAIRE
Article 22 - En cas de carence du bénéficiaire ou de son représentant légal, le Président du  Conseil Général
peut demander, en son lieu et place, à l'autorité judiciaire ( juge des affaires familiales) de fixer la dette
alimentaire et de décider son versement au Département, à charge pour celui-ci de le reverser au bénéficiaire
augmenté, le cas échéant, de la quote-part de l'aide sociale.
H/ RECOUVREMENT DES DETTES ALIMENTAIRES
Article 23 - En Moselle, le recouvrement est effectué par le Trésor Public au moyen d'un titre rendu
exécutoire soit après un accord de l'intéressé, soit après décision judiciaire.11
CHAPITRE III
PROCEDURE D'ADMISSION A L'AIDE SOCIALE
Code de l’Action Sociale et des Familles :
Art L 123-5 / Art L 131-1
CONSTITUTION ET ACHEMINEMENT DU DOSSIER
A/ DEMANDE D'AIDE SOCIALE
Article 24 - Les dossiers de demande d'aide sociale doivent être constitués à la mairie ou au centre communal
d'action sociale du domicile de secours du demandeur.
Les dossiers d'APA en établissement des résidents hébergés hors Moselle peuvent être adressés directement
aux services du Conseil Général par les établissements.
Article 25 - La commune établit un dossier familial d'aide sociale dans lequel figurent l'état civil du demandeur,
ses ressources, ses biens ainsi que la liste des obligés alimentaires, selon le type de demande.
Après avis, le dossier est transmis au Président du Conseil Général pour instruction et décision, dans le mois
qui suit le dépôt de la demande.
B/ ADMISSION D'URGENCE
Article 26 - La commune peut établir un formulaire "admission d'urgence" si la personne nécessite une prise
en charge immédiate.
Le formulaire précise le type d'aide demandée, l'état civil du bénéficiaire de l'aide et du demandeur si ce n'est
pas la même personne.
Il est transmis aux services du Département.
C/ ACCUEIL DU DEMANDEUR
Article 26-1 - Dans le cadre de l'instruction de la demande d'admission, le demandeur accompagné, le cas
échéant, d'une personne de son choix ou son représentant dûment mandaté à cet effet, est entendu à sa
demande et préalablement à la décision le concernant


CHAPITRE IV
L E S   R  E C O U  R S   E T   L E S   R  E C U  P E R  AT I O N S  
D E S   P R  E S TAT I O N S   D E   L ' A I  D E   S O  C  I A L E
Code de l'Aide Sociale et de la Famille :
Art. L 132- 8 – L 132- 9 / Art L 134- 1 à L 134- 9  / Art. L 232- 13 – L 241- 3 / Art. L 344- 5
Art. R 132-11 – R 132- 12 – R 132- 13 – R 132- 14 – R 132- 15 – R 132- 16
Ordonnance 2000 1249 du 21/12/2000 
Loi n°2000-321 du 12/04/2000 art. 16 et suivants
A/ LES VOIES DE RECOURS
1-  Recours à titre gracieux auprès du Président du Conseil Général ou recours administratif
Recours administratif formé auprès du Président du Conseil Général, il permet de demander l'annulation ou
la réformation de la décision qu'il a prise. Ce recours, qui doit prendre la forme d'un courrier adressé au
Président du Conseil Général, n'est susceptible d'aboutir à la révision de la décision qu'à la condition que des
éléments objectifs ignorés lors de l'instruction soient susceptibles de modifier la position retenue.
Ce recours n'est astreint au respect d'aucun délai, sauf dispositions contraires. Cependant si celui-ci est formé dans
un délai de deux mois suivant la décision contestée, le délai d'exercice d'un recours contentieux est suspendu.
Le Président du Conseil Général peut rejeter le recours gracieux, y faire droit totalement ou partiellement ou
n'y donner aucune réponse.
Si le Président du Conseil Général n'a pas répondu dans les deux mois suivant la demande de recours, celleci est considérée comme rejetée.
2- Commission départementale d'aide sociale
Article 27 - La commission départementale vérifie le droit. Elle confirme ou infirme la décision d'admission à
l'aide sociale et s'assure que cette dernière est conforme aux lois d'aide sociale en vigueur.
Article 28 - La décision d'admission à l'aide sociale peut, dans un délai de deux mois à compter de la remise
de la notification, faire l'objet d'un recours devant la commission départementale.
Cette commission est composée de 7 membres :
> présidée par le président du tribunal de grande instance ou le magistrat désigné pour le remplacer,
> trois conseillers généraux désignés par le Conseil Général,
> trois fonctionnaires de l'Etat désignés par le Préfet.
En cas de partage des voix, le Président a voix prépondérante.
3-  Commission centrale d'aide sociale
Article 29 - La décision de la commission départementale d'aide sociale peut, dans un délai de deux mois à
compter de la remise de la notification, faire l'objet d'un appel devant la commission centrale.
4-  Conseil d'Etat
Les décisions de la Commission Centrale d'aide sociale peuven
5-  Compétence des tribunaux judiciaires
En matière d'aide sociale, les tribunaux judiciaires sont compétents pour les litiges relatifs à :
> la dette alimentaire dont la répartition de la dette des obligés alimentaires ou la suppression de
celle-ci (Juge Aux Affaires Familiales),
> la protection des majeurs à travers le Juge des Tutelles,
> la mise en cause des propriétés privées notamment sur les contrats de droit privé type donation,
bail à nourriture (Tribunal de Grande Instance).
6-  Règles communes
Article 30 - Les personnes susceptibles de faire appel sont :
> le demandeur ou son représentant légal,
> ses débiteurs d'aliments,
> l'établissement ou le service qui fournit les prestations
> le maire,
> le Président du Conseil Général,
> le Préfet,
> les organismes de sécurité sociale et de mutualité agricole intéressés,
> tout habitant ou contribuable de la commune ou du département ayant un intérêt direct à la
réformation de la décision,
> le Ministre compétent peut attaquer directement devant la commission centrale toute décision
prise soit par le Président du Conseil Général, soit par la commission départementale.
Article 31 - Le recours devant la commission départementale et l'appel devant la commission centrale ne sont
pas suspensifs. En conséquence, les décisions attaquées restent valables et peuvent être appliquées tant
qu'elles n'ont pas été réformées.
Article 32 - Le demandeur, accompagné de la personne ou de l'organisme de son choix, est entendu lorsqu'il
le souhaite par la commission départementale.
Il doit en faire la demande au moment où il formule son recours.
B/ LES RECUPERATIONS
Article 33 - Le Département est habilité à exercer un recours en récupération des prestations d'aide sociale à
l'encontre :
> de la succession du bénéficiaire : héritiers, légataires,
> des donataires lorsque le bénéficiaire a procédé à une donation,
> du bénéficiaire revenu à meilleure fortune.
Article 34 
   Les prestations versées au titre de l'APA et de l'ACTP et de la PCH ne font l'objet d'aucun recouvrement
sur la succession du bénéficiaire, sur le légataire ou le donataire ou le bénéficiaire revenu à meilleure fortune.
1-  Récupération sur succession
Article 35 - Le recours en récupération est exercé contre la succession du bénéficiaire, dans la limite de l'actif
net successoral et à hauteur des prestations allouées.
Il n'est pas exercé de recours en récupération sur les biens propres des héritiers.
Article 36 - En cas de legs, le recours est exercé jusqu'à concurrence de la valeur des biens légués au jour de
l'ouverture de la succession.
Les conditions de récupération sont déterminées par la législation en vigueur au jour du décès (voir tableau).14
Article 37 - Le Président du Conseil Général statue sur l'opportunité du recours en récupération et le montant
de la créance à recouvrer.
Article 38 - Le Président du Conseil Général peut décider de reporter la récupération en tout ou partie au
décès du conjoint survivant ; à titre exceptionnel, la même décision peut être prise en faveur d'un autre
héritier, vivant au domicile du bénéficiaire décédé, lorsqu'il se trouve dans une situation de santé ou sociale
particulièrement délicate.
Article 39 - Il peut être fait appe devant la commission départementale d'aide sociale d'une décision de
récupération sur succession dans un délai de deux mois à compter de la date de réception de la décision.
2-  Récupération sur donataire
Article 40 - Le Département est habilité à exercer un recours en récupération à l'encontre des donataires,
lorsque le bénéficiaire a procédé à une  donation :
> postérieurement à sa demande d'aide sociale,
> dans les dix ans qui ont précédé cette demande.
Article 41 - La notion de donation vise la donation partage, manuelle, déguisée, entre époux, indirecte tels que
les contrats d'assurance vie ou les bons du trésor.
Article 42 - Le recours contre les donataires peut être exercé dans un délai de 5 ans suivant la connaissance
par le Département de l'existence de la donation.
Article 43 - Le recours est exercé à hauteur de la créance d’aide sociale et jusqu'à concurrence de la valeur
des biens donnés (meubles ou immeubles) par le bénéficiaire de l'aide sociale, appréciée au jour de l'introduction
du recours, déduction faite, le cas échéant, des plus-values résultant des frais d'entretien, d'amélioration de
l'habitat ou du travail du donataire.
Article 44 - Il peut être exercé en une ou plusieurs fois selon le montant des prestations versées et le
montant de la donation.
Article 45 - Le recours s'exerce quelque soit le montant de la donation et des prestations dès le premier euro
de dépenses d'aide sociale.
Article 46 - Le Président du Conseil Général se prononce sur l'opportunité du recours sur donation  et le
montant de la créance à recouvrer.
Article 47 - Il peut être fait appel devant la commission départementale d'aide sociale d'une décision de récupé-
ration sur donataire dans un délai de deux mois à compter de la date de réception de la notification de décision.
3-  Retour à meilleure fortune
Article 48 - Le Département est habilité à exercer un recours en récupération à l'encontre de la personne
âgée bénéficiaire de l'aide sociale, considérée comme étant revenu à meilleure fortune.
Article 49 - Le retour à meilleure fortune s'entend d'un événement nouveau, matériel ou non : héritage,
mariage ou même enrichissement de l'un des débiteurs du bénéficiaire de l'aide sociale, etc.
L'amélioration doit être telle que le bénéficiaire, non seulement ne se trouve plus dans le besoin mais dispose
de ressources suffisantes p pour rembourser les prestations allouées.
Article 50 - Le  recours s'effectue dès le premier euro de dépenses d'aide sociale.
Article 51 - Ultérieurement, l'intéressé se trouvant à nouveau dans l'impossibilité financière de faire face à ses
frais d'hébergement peut solliciter une nouvelle fois le bénéfice de l'aide sociale.15
Article 52 - Le Président du Conseil Général se prononce sur l'opportunité du recours sur retour à meilleure
fortune  et sur le montant de la créance à recouvrer.
Article 53 - Il peut être fait appel devant la commission départementale d'aide sociale d'une décision de
récupération pour retour à meilleure fortune dans un délai de deux mois à compter de la date de réception
de la notification de décision.
4-  Dispositions particulières
Article 54 - Le Département est habilité à exercer, selon la législation en vigueur au jour du décès, un recours à
l'encontre de la succession de la personne âgée ayant bénéficié de la prestation spécifique dépendance.
Article 55 - Il n'est pas exercé de recours en récupération des prestations versées au titre de l'hébergement et de
l'aide à domicile des personnes handicapées lorsque les héritiers du bénéficiaire sont son conjoint, ses enfants,
ses parents ou la personne qui a assumé, de façon effective et constante, la charge de la personne handicapée,
ni sur le légataire, ni sur le donataire.
Article 56 - Il n'est pas exercé de recours à l'encontre de la personne âgée bénéficiaire de la prestation spécifique
dépendance, revenue à meilleure fortune




C/ LA GARANTIE DES RECOURS : LES HYPOTHEQUES
Article 57 - Pour garantir les recours, le Président du Conseil Général peut requérir l'inscription d'une hypothèque
légale sur les immeubles appartenant au bénéficiaire de l'aide sociale selon les dispositions du tableau ci-après.
Article 58 - L'hypothèque légale est prise pour une durée de 10 ans renouvelable.
Article 59 - Les bordereaux d'inscription doivent mentionner l'évaluation du montant des prestations qui seront
allouées au bénéficiaire de l'aide sociale.
Article 60 - Dès que les prestations allouées dépassent l'évaluation figurant au bordereau d'inscription primitif,
le Président du Conseil Général a la faculté de requérir une nouvelle inscription d'hypothèque.
En cas de décès du bénéficiaire ou de cessation du versement des prestations en nature ou en espèces, cette
nouvelle inscription doit être prise dans un délai maximum de trois mois après l'évènement.
Article 61 - L'hypothèque prend rang, à l'égard de chaque somme inscrite, à compter de la date de l'inscription
correspondante.
Article 62 - Aucune inscription ne pourra être prise lorsque la valeur des biens du bénéficiaire est inférieure
à 1 500 euros. Cette valeur est appréciée à la date de l'inscription.
Article 63 - Les formalités relatives à l'inscription de l'hypothèque visée ci-dessus, ainsi que sa radiation,
ne donnent lieu à aucune perception au profit du Trésor.
Article 64 - Le Département requiert une inscription d'une hypothèque légale sur les biens du bénéficiaire de
l'aide sociale à l'hébergement et d'un accueil familial à titre onéreux.
Article 65 - L'hypothèque légale peut faire l'objet d'une ou plusieurs mainlevées partielles et d'une mainlevée totale.
Article 66 - Le Président du Conseil Général décide de la mainlevée d'une hypothèque au vu des pièces
justificatives soit de remboursement total ou partiel de la créance, soit d'une remise qu'il a accordée.16
PERSONNES  AGEES
RECUPERATION DES PRESTATIONS D'AIDE SOCIALE PAR LE DEPARTEMENT
PERSONNES HANDICAPEES
RECUPERATION DES PRESTATIONS D'AIDE SOCIALE PAR LE DEPARTEMENT
(1) Il n'y a pas de récupération lorsque les héritiers de la personne handicapée sont : son conjoint, ses enfants, ses parents ou la personne
qui a assumé, de façon effective et constante, la charge du handicapé ni sur le légataire ni sur le donataire.
(2) Il n'y a pas d'hypothèque lorsque le bénéficiaire est marié et/ou a des enfants.
Récupération
sur Succession
Récupération
sur donation
et leg
au 1
er
euro
Récupération sur
l'actif successoral net
au-delà de
46 000 e avec un 
abattement de 760 e
Décret. 97.426
du 28.04.1997
Récupération
sur 
bénéficiaire
revenu à
meilleure
fortune
au 1
er
euro
Hypothèque
A I  D E S
Hébergement des
personnes âgées
Accueil  familial
à titre onéreux
Services ménagers
Frais de repas
Prestation Spécifique
Dépendance
au 1
er
euro
X X X X
X X X X
X X X
X X X
X X
Récupération
sur Succession
Récupération
sur donation
et leg
au 1
er
euro
Récupération sur
l'actif successoral net
au-delà de
46 000 e avec un 
abattement de 760 e
Décret. 97.426
du 28.04.1997
Récupération
sur 
bénéficiaire
revenu à
meilleure
fortune
au 1
er
euro
Hypothèque
A I  D E S
Hébergement des
personnes handicapées
Accueil  familial
à titre onéreux
Services ménagers
Frais de repas
au 1
er
euro
X (1) X (2)
X (1)
X X (1)
X X (1)17
CHAPITRE V
LE CONTROLE RELEVANT DE LA COMPETENCE 
DU CONSEIL GENERAL
Article V.1 : Le champ des compétences
Le champ des compétences des services des Conseils Généraux est déterminé par les articles L.133-2, L.313-20 et
L.441-2 du Code de l'Action Sociale et des Familles.
Ces services, sous l'autorité du Président du Conseil Général, sont compétents pour contrôler :
- l'application des lois et règlements relatifs à l'aide sociale,
- le respect, par les bénéficiaires et les institutions intéressés, des règles applicables aux formes d'aide
sociale,
- le contrôle technique des établissements sociaux et médico-sociaux relevant de la compétence d'autorisation du Conseil Général (article L.313-3),
- les éléments de fixation des tarifs et du budget (R.314-52 à R.314-62).
Article V.2 : Les contrôles 
Les contrôles sont exercés par les agents départementaux, dûment habilités par le Président du Conseil
Général, soumis à l'obligation du secret professionnel et au devoir d'indépendance et d'impartialité vis-à-vis
des professionnels et des structures qu'ils inspectent.
Article V.3 : La procédure d'inspection ou contrôle sur place 
Les agents doivent s'identifier lorsqu'ils entrent dans un établissement et demander à rencontrer le responsable de l'établissement mais ils ne sont pas tenus d'attendre l'arrivée de ce responsable pour commencer
l'inspection.
Les personnes responsables de l'établissement sont tenues de fournir aux autorités et agents chargés de la
surveillance tous renseignements qui leur sont demandés relatifs aux points mentionnés dans la déclaration
d'ouverture et à l'identité des personnes hébergées.
Elles sont également tenues de laisser pénétrer dans l'établissement, à toute heure du jour et de la nuit, les
autorités et agents chargés de la surveillance. Ceux-ci peuvent visiter tous les locaux, se faire présenter toute
personne hébergée et demander tous renseignements nécessaires pour apprécier les conditions matérielles
et morales de fonctionnement de l'établissement.
Toutefois, il ne pourra être procédé aux visites de nuit, si elles doivent commencer après 21 heures et avant 6
heures, qu'en cas d'appel provenant de l'intérieur de l'établissement, ou sur plainte ou réclamation, ou sur
autorisation du Procureur de la République.
Article V.4 : Le déroulement de la procédure d'inspection 
a) une lettre de mission est établie par le Président du Conseil Général ou son  représentant qui précise :
> l'objet de la mission d'inspection
> la date
> ses fondements juridiques
> le nom des agents qui y participent ainsi que leur qualification.18
b) L'inspection
> a lieu sur place. Elle peut être annoncée ou inopinée.
c) Le rapport d'inspection
Le rapport d'inspection n'est pas imposé par les textes.
Si rapport il y a, il doit se faire suivant une procédure contradictoire.
Le rapport d'inspection est obligatoirement rédigé par les agents qui ont participé à l'inspection et uniquement ceux-ci. Il est établi sous leur seule responsabilité.
Les visites de conformité sont des procédures particulières. Elles sont réalisées par les agents de l'autorité qui
a délivré l'autorisation.
Ce type de visite a pour objet de vérifier sur place que l'établissement est conforme aux caractéristiques de
l'autorisation accordée.
A la suite des visites de conformité, un procès-verbal de visite doit être adressé sous quinzaine au promoteur
de l'établissement.
Article V.5 : La suite de l'inspection 
Le rapport d'inspection est transmis au représentant légal de l'établissement dans le respect des règles du
secret professionnel et de la procédure contradictoire dans un délai inférieur à 2 mois.
Les autorités compétentes de l'Etat et le Président du Conseil Général disposent du pouvoir de prendre les
décisions administratives après une inspection : injonction et/ou nomination d'un administrateur provisoire.
Le Président du Conseil Général dispose également de la faculté de saisir les autorités compétentes de l'Etat
pour mettre en œuvre son autorité de police.19
ANNEXE
GLOSSAIRE
A...
ACFS Allocation compensatrice 
pour frais spéciaux 
ACFP Al locat ion  compensat r i ce 
pour   f rai s  pro fes s ionnel s  
ACOSS Agence centrale des organismes 
de sécurité sociale 
ACTP Allocation compensatrice 
pour tierce personne
AEEH Allocation d'éducation de 
l'enfant handicapé 
AGGIR Autonomie gérontologie
groupe iso-ressources
A.L. Allocation logement
ALD Affection de longue durée
ALS Allocation de logement social
ALF Allocation logement familial
AMD Aide ménagère à domicile 
AMP Aide médico-psychologique
A.P. Atelier protégé
APA Allocation personnalisée d'autonomie
APL Aide personnalisée au logement
ARS  Agence régionale de santé 
ARSM  Allocation représentative des services 
ménagers
ASH Aide sociale à l'hébergement
ASV Allocation supplémentaire 
(ou sociale) vieillesse
C...
CAF Caisse d'allocations familiales
CASF Code de l'action sociale et des familles 
CCAS Centre communal d'action sociale
CDAPH Commission des droits et de 
l'autonomie des personnes handicapées 
CDCPH Consei l  dépar  temental   consul tat i f
des personnes handicapées
CESU Chèque emploi service universel 
CGI Code Général des Impôts 
CHS Centre hospitalier spécialisé
CIAS Centre intercommunal d'action sociale 
CMU Couverture maladie universelle
CNSA  Caisse nationale de solidarité 
et d'autonomie 
CNIL Commission nationale de l'informatique
et des libertés
CODERPA Comité départemental des retraités
et personnes âgées
CPAM Caisse primaire d'assurance maladie 
CRAM  Caisse régionale d'assurance maladie 
CSP Code de Santé Publique
CSS Code de la Sécurité Sociale 
CT Code du Travail 
D...
DDCS   Direction départementale de 
la cohésion sociale
DREES  Direction de la recherche, des études,
de l'évaluation et des statistiques 
E...
EEE Equipe experte externe 
EHPAD Etablissement d'hébergements 
de personnes âgées dépendantes
EMS Equipe médico-sociale 
ETP Equivalent temps plein
ESAT Etablissement et service d'aide par 
le travail (nouvelle appellation des CAT)
F...
FA Famille d'accueil
FAM Foyer d'accueil médicalisé 
FAP Foyer d'accueil polyvalent
FAS Foyer d'accueil spécialisé 
FEPEM Fédération nationale des particuliers
employeurs
FESAT Foyer d'hébergement de travailleurs 
en ESAT
FINESS Fichier national des établissements 
sanitaires et sociaux 
FJH Forfait journalier hospitalier20
G...
GIR Groupe iso-ressources 
GMP GIR  moyen pondéré 
H...
HAD Hospitalisation à domicile 
HID  Handicap – incapacité – dépendance
I...
IDE Infirmier(e) diplômé(e) d'Etat
IME Institut médico-éducatif
IMP Institut médico-pédagogique 
IMPP Institut médico-psycho-pédagogique 
IMPRO Institut médico-professionnel
INSEE Institut national de la statistique 
et des études économiques 
INSERM Institut national de la santé et
de la recherche médicale 
IPP Incapacité permanente partielle 
ITT Incapacité  temporaire totale
IVS Institut de veille sanitaire
L...
LPPR Liste des produits et prestations 
remboursables
M...
MAGBF Mesure judiciaire d’aide à la gestion 
du budget familial
MAJ Mesure d’accompagnement judiciaire
MAS Maison d'accueil spécialisée
MASP Mesure d’accompagnement social 
personnalisé
MDPH Maison départementale des personnes 
handicapées
MG Minimum garanti
MSA Mutualité sociale agricole 
MTP Majoration pour tierce personne 
P...
PA Personne âgée 
PACS Pacte civil de solidarité
PCG Président du Conseil Général 
PCH Prestation de compensation du handicap
PED Prestation expérimentale dépendance 
PH Personne handicapée
PMR Personne à mobilité réduite 
PSD Prestation spécifique dépendance 
R...
RDAS Règlement départemental d'aide sociale 
S...
SAD Service d'aide à domicile 
SAVS Service d'accompagnement à la vie sociale
SAMSAH Service d'accompagnement
médico-social pour adultes handicapés
SAHTHMO Service d'accompagnement à 
l'hébergement des travailleurs 
handicapés en milieu ouvert
SESSAD Service d'éducation spéciale et de 
soins à domicile
SIAD Soins infirmiers à domicile
SMIC Salaire minimum interprofessionnel 
de croissance 
SS Sécurité sociale 
SSAD Service de soins à domicile 
T...
TCI Tribunal du contentieux de l'incapacité
U...
USLD Unité de soins en longue durée 
V...
VSL Véhicule sanitaire légerLivre I
AIDE SOCIALE 
Juillet 2010
































































































































































































































Comments