Home /Accueil‎ > ‎

Texte/Statement

           

             Mon travail, à travers son thème du passage , ses motifs et techniques employées explore les limites qui font ou défont l’intérieur et l’extérieur d'espaces réels ou imaginaires, en interroge leurs interactions, leur mémoire et leur rapport au temps .

             Au départ, assemblage de matériaux similaires et résultat d’un processus alternatif de construction/déconstruction, mes ouvrages sont devenus au fil du temps plus informels et sculpturaux. Ces dernières années, je me suis tout particulièrement intéressée et consacrée à la réalisation d‘installations plus liées à une approche systémique où les divers éléments matériels ou immatériels constituant ces installations se définissent surtout par rapport aux liens tissés les uns envers les autres. Le spectateur par son intervention, va s’y intégrer et en transformer le sens en lui donnant sa sensibilité propre.

De 1991 à 2002:

Texte de Bonita McLaughlin

De 2002 à 2009:

           ...Le signe Exit devient un motif de mise en scène où le schéma corporel, abandonne la géométrie du rectangle: celle d'une porte d'accès au dessus duquel il était. Il se dessine, se trace d'une silhouette au sol,se métamorphosant lui même en Motif. La trame du tissu en "peaufine" les contours et la forme. Le point plat des lettres brodées se substituent aux cordons de soudure... A suivre .


De 2009 à 2011...La Folie et la Grâce ( texte de Nycéphore Burladon)

         ...A nos jours:


            Mes installations récentes associent projection vidéos,volumes et sons. Parfois telles des matrices sous forme de tentes, de matelas à eau, elles sont tout spécialement conçues comme des espaces intimes où les notions d'intérieur et extérieur , notamment par la transparence des tissus employés et de l’image vidéo, se trouvent étroitement imbriquées et mêlées. Les vidéos suivent au travers leur montage, ce même schéma d’assemblage avec ces processus d‘association, de superposition, d’édition et une utilisation souvent paradoxales des effets spéciaux. Le son lui, y est traité en tant qu’extension de l’image apportant aux installations espace, corps et ressenti. Cette notion d'espace se retrouve également dans le système même de construction de mes installations à vocation d'itinérance . En effet, elles ont la particularité de se monter, démonter, transporter facilement et de prendre peu de place. Si une fois montées elle s’étendent et matérialisent l’espace, démontées elles se rétractent pour tendre vers l’immatérialité .
          Le spectateur/acteur, en y s’intégrant par son ressenti (intérieur), son regard (extérieur) est invité à revisiter cet espace temps originaire aux structures encore indéfinies où image et ressenti s’apprivoisent pour se lier.

. texte de Simone Dompeyre  sur l'installation " Dormissimo".