Sports‎ > ‎

Ski

Chez les skieurs, la condition physique est évidemment une partie essentielle de tout bon programme d'entraînement. Non seulement elle permet aux athlètes d'être performant à un niveau supérieur, mais c'est aussi une mesure de prévention indispensable pour protéger les articulations et les tissus conjonctifs des blessures.


D'un point de vue sportif (par opposition à la pratique de loisir), on peut regrouper les épreuves de ski en 5 catégories :


  Ski de fond

  Ski alpin

  Ski acrobatique

  Combiné nordique

  Saut à ski


…allez, ajoutons aussi le surf des neiges / snowboard / planche à neige (selon où vous habitez !) devenu sport olympique en 1998.


Chaque discipline impose ses propres exigences physiologiques : les skieurs acrobatiques auront donc des qualités physiques très différentes de celles des fondeurs.



Ski de fond



Les skieurs de cross-country de haut niveau sont parmi les meilleurs athlètes d'endurance au monde au regard de leur puissance aérobie (VO2max) (1,2). Traditionnellement, les athlètes d'endurance et leurs entraîneurs optent pour des programmes d'entraînement à faible intensité et à volume élevé tout au long de l'année. Toutefois, réduire le volume et augmenter travail de haute intensité de temps en temps peut aussi améliorer les performances, même chez les skieurs d'élite (3). Entraînement de la force maximale peut améliorer l'économie de l'effort (4) mais aussi la performance globale par un transfert des gains de force en endurance musculaire (5).



Ski alpin



La condition physique des skieurs alpins est très différente de celle de leurs homologues fondeurs : ils misent davantage sur leur métabolisme anaérobie - puissance, endurance de puissance et force musculaire (6). Pour autant, leur puissance aérobie est souvent aussi très bonne (8), certainement davantage grâce à la répétition des entraînements qu'aux compétitions elles-mêmes (6,8). Le skieur alpin doit être en mesure de réagir rapidement aux variations du terrain et du tracé, ce qui nécessite agilité, équilibre et coordination (5).

Et puisque l'athlète est obligé de maintenir une position accroupie exerçant de fortes contraintes sur les genoux, il n'est pas surprenant de constater que les jambes des skieurs d'élite peuvent produisent de hauts niveaux de force isométrique et isocinétique (7). D'ailleurs, la force des jambes est un bon prédicteur de performance en slalom géant (6).




  L'entraînement en SKI




   Comment concevoir un programme de musculation spécifique ?


   Blessures du skieur :  L'entorse du genou