Dossiers‎ > ‎

Entraînement fonctionnel

L'entraînement fonctionnel est une méthode de préparation physique - ou de remise en forme - basée sur une sélection d'exercices impliquant l'ensemble du corps (ou du moins la plus grande partie) et reproduisant de façon modélisée les mouvements réalisés dans la discipline sportive ou dans la vie quotidienne. On s'entraîne donc à faire "des mouvements", par opposition à la musculation où l'on cherchera plutôt à "travailler des groupes musculaires".

Origines


L'entraînement fonctionnel tire ses origines de la rééducation motrice post-traumatique (ou réhabilitation après blessure). Les physiothérapeutes utilisent souvent cette approche pour ré-entraîner les patients souffrant de troubles moteurs. Les exercices reproduisent des tâches et des mouvements spécifiques aux activités habituelles de chaque patient, avec pour objectif son autonomie fonctionnelle la plus complète possible afin qu'il puisse retourner rapidement à sa vie personnelle, professionnelle et/ou sportive après une blessure, une maladie invalidante ou une intervention chirurgicale.

Par exemple, si l'activité professionnelle du patient implique des tâches de manutention, la réhabilitation sera ciblée sur la capacité à soulever des charges lourdes ; si le patient est parent de jeunes enfants, elle inclura des exercices de levage de charges modérées mais répétées (endurance) ; si le patient est un coureur de marathon, elle visera la reconstruction de ses capacités cardio-respiratoires ; etc. Pour être efficace, le traitement doit être conçu après un examen attentif de l'état de santé du patient et des objectifs qu'il souhaite atteindre (sous réserve qu'ils soient réalistes !). Le tout organisé dans le temps selon un principe de progressivité des charges (durée, intensité, complexité).

Pour les sportifs, l'entraînement fonctionnel est généralement constitué d'activités de renforcement impliquant - directement ou indirectement - les muscles du tronc (abdomen et bas du dos) ainsi qu'une composante de stabilisation (travail de l'équilibre) plus ou moins forte. Les exercices doivent être choisis pour leur ressemblance avec les mouvements réalisés en compétition et être éventuellement complétés par un entraînement en musculation "classique", c'est-à-dire faite d'exercices mono-articulaire ou sur machine guidée. En effet, la plupart des appareils de musculation ciblent et isolent certains groupes musculaires afin de les faire travailler de manière plus intense mais, par conséquent, ceux-ci ne s'entraînent plus à agir en synergie avec le reste du corps pour produire des mouvements complets, naturels ou sportifs, et risquent de créer ou d'amplifier certains déséquilibres musculaires synonymes de blessures à long terme.

Avantages de l'entraînement fonctionnel


Pour le sport

L'entraînement fonctionnel permet d'assurer un équilibre musculaire et une stabilité articulaire de meilleure qualité, et donc de réduire le nombre de blessures subies à l'entraînement et en compétition. Ces avantages découlent de l'utilisation de la capacité naturelle du corps à se déplacer dans toutes les directions. En comparaison, bien que les machines semblent offrir plus de sécurité dans leur utilisation, la restriction des mouvements qu'elles impliquent peut potentiellement produire des contraintes mécaniques trop inhabituelles et conduire à des mouvement défectueux ou des blessures.

Après un accident vasculo-cérébral (ou cérébro-vasculaire)

Au cours des 15 dernières années, la réhabilitation après un AVC a évolué de techniques de traitement classiques vers des techniques d'entraînement avec tâches spécifiques qui impliquent des fonctions, des habiletés et une endurance (musculaire et cardio-vasculaire) basiques. Il a été montré que l'entraînement par tâches spécifiques provoque une réorganisation corticale durable et spécifique aux régions du cerveau utilisées pour chaque tâche. Des études ont également montré que les patients ont des gains plus importants dans les tâches fonctionnelles utilisées durant leur réadaptation car ils sont plus susceptibles de continuer à pratiquer ces tâches dans leur vie quotidienne.

Matériel utilisé


Les machines de musculation ne seront pas utilisées pour l'entraînement fonctionnel car leur guidage - plus ou moins libre - imite rarement les mouvements naturels, et les efforts ne ciblent souvent qu'un ou deux groupes musculaires plutôt que de stimuler l'ensemble des muscles stabilisateurs (profonds) et dynamiques (périphériques).

Hormis les exercices avec poids de corps, c'est-à-dire sans charge additionnelle, voici quelques outils particulièrement utiles pour l'entraînement fonctionnel :
  • Haltères 
  • Barres libres
  • Machines à cable (ou à poulies)
  • Medicine-balls
  • Swissballs (ou fitballs... ou "gros ballons de gym" !)
  • Planches d'équilibre (ou plateaux de Freeman)
  • Coussins gonflables
  • Elastiques
  • Kettlebells
  • Sangles de suspension
  • Sacs de sable
  • Plaques de glisse
  • Massues
  • Cordes lourdes
  • Masses (ou macebell)
En rééducation cependant, l'équipement est principalement choisi selon sa pertinence pour le pratiquant. Dans de nombreux cas, les besoins en équipement sont minimes et comprennent des outils qui leur sont familiers (et surtout utiles !).

Composantes d'un programme d'entraînement fonctionnel

En résumé, pour être efficace et adapté aux besoins d'une personne, l'entraînement fonctionnel doit être :
  • Basé, comme son nom l'indique, sur des tâches fonctionnelles inspirées des activités de la vie quotidienne ;
  • Individualisé en termes d'exercice mais aussi de charge d'entraînement ;
  • Complet, c'est-à-dire incluant une variété de tâches stimulant la souplesse (flexibilité), les muscles du tronc (abdomen et bas du dos), l'équilibre, la force et la puissance,... le tout au travers de mouvements réalisés sur des plans multiples ;
  • Progressif, en termes de durée, d'intensité et de complexité de la tâche ;
  • Périodisé, c'est-à-dire organisé logiquement dans le temps ;
  • Répété fréquemment, si possible tous les jours ;
  • Basé sur la manipulation d'objets réels de la vie quotidienne ;
  • Réalisé dans le contexte d'un environnement spécifique ;
  • Auto-évalué par feedbacks (retours d'information) en complément de ceux de l'entraîneur ou du thérapeute. Exemple de feed-back visuel facile à mettre en place pour contrôler ses propres mouvements : ...travailler face à un miroir !


    L'entraînement FONCTIONNEL

   10 conseils pour un entraînement 100% naturel

    La méthode Tabata (ou 8x 20"-10") : un excellent brûle-graisse !

    4 bonnes raisons de NE PAS mettre la priorité sur les muscles du tronc

   Comment Apprendre à Faire de VRAIES Pompes ?...

   ... et comment Arriver (Enfin) à Faire des Tractions ?

   20 Exercices avec PARTENAIRE pour Mettre du FUN dans vos Entraînements !