Dossiers‎ > ‎

Endurance


Le terme "endurance" fait référence à la capacité à faire duuuureeeeeer un effort dans le temps. Il est donc souvent associé à d'autres qualités physiques ou systèmes énergétiques comme dans les expressions "endurance de force", "endurance de vitesse", "endurance aérobie", "endurance anaérobie",...

L'endurance est la composante essentielle de nombreuses activités physiques. Et pas seulement pour les efforts de longue distance comme la course à pied, la natation, ou le cyclisme. Certains sports de force traditionnels demandent aussi de posséder un certain niveau d'endurance aérobie pour garder la forme sans risquer le surentraînement.

Facteurs influençant la performance d'endurance


Dans les sports d'endurance, les facteurs limitants sont principalement liés aux causes de la fatigue. Or, la fatigue est un problème complexe qui dépend à la fois de phénomènes physiques et psychologiques. Heureusement, on connaît aujourd'hui ceux qui jouent le plus sur les performances et on peut les contrôler grâce à un entraînement adapté :

VO2 max
Il est difficile de parler d'entraînement à l'endurance sans mentionner le fameux VO2 max, ou volume maximal d'oxygène utilisable (par minute et par kg de poids de corps). Les athlètes d'endurance de haut niveau ont un VO2 max max très élevé et en majeure partie prédéterminé génétiquement (merci maman, merci papa !). Cependant, pas d'excuse pour les personnes non entraînées car elles peuvent améliorer leur VO2 max jusqu'à 20% ! Le but d'un programme d'endurance est donc d'amener l'athlète à atteindre le plus haut niveau de puissance aérobie autorisé par son potentiel génétique.

Seuil(s) lactique(s)
De nombreux outils ont été proposés pour décrire la relation entre la lactatémie (taux de lactate sanguin) et l'intensité d'un exercice, mais ce sujet continue à être débattu dans le milieu sportif. Le seul point sur lequel tout le monde s'entend est que l'entraînement sportif a un effet positif sur la tolérance à la fatigue, synonyme d'amélioration de la performance.

Economie d'énergie
Deux athlètes au VO2 max identique ne s'entraîneront pas forcément pour autant à la même vitesse, ni avec les mêmes charges (en volume et en intensité). En effet, les athlètes les plus économes consomment moins d'oxygène que les autres, quelle que soit leur vitesse de déplacement. Ainsi, les chercheurs pensent que l'économie d'énergie - qu'il s'agisse de la longueur de la foulée, de la technique de nage ou de la position sur le vélo - est un important contributeur de la performance d'endurance.

Utilisation des substrats
L'organisme humain utilise principalement les lipides et les glucides pour produire de l'énergie. Et plus l'intensité de l'effort augmente (>70% VO2 max), plus il "pioche" dans les stocks de glucides. Or, ces réserves s'épuisent relativement rapidement, et l'intensité de l'exercice doit diminuer d'autant. Avec l'entraînement en endurance, l'organisme utilisera un plus haut pourcentage de graisses - là aussi, quelle que soit l'intensité d'effort - ce qui permettra d'épargner les glucides et de maintenir une plus haute intensité d'effort, plus longtemps.

Caractéristiques des fibres musculaires
Les athlètes d'endurance possèdent une plus grande proportion de fibres de type I, dites lentes ou rouges. Celles-ci présentent une grande densité de mitochondries et une capacité enzymatique qui permet de produire de l'énergie issue en majorité du métabolisme aérobie. L'entraînement en endurance ne semble pas modifier le rapport entre fibres lentes et rapides (type II), mais il influence le métabolisme des fibres musculaires et rend leur production d'énergie plus efficace.

Quelles autres adaptations l'entraînement en endurance permet-il ?


En suivant un entraînement adapté, l'organisme devient capable de produire davantage d'ATP via le métabolisme aérobie, ce qui se traduit par  :

  • une augmentation de la quantité d'oxygène utilisable ;
  • une augmentation de la part d'énergie d'origine aérobie ;
  • une amélioration de l'utilisation des graisses ;
  • une réduction des perturbations de l'équilibre acido-basique.



  L'entraînement en ENDURANCE