Le verbe

 Qu'est-ce qu'un verbe ?

C'est le moteur, le coeur battant de la phrase, ce autour de quoi s'organise tout le reste (sujet, COD, compléments divers...). Quand on veut traduire une phrase latine ou grecque, il faut toujours commencer par chercher les verbes.
En français, sauf pour l'impératif et les formes non conjuguées du verbe, la présence d'un sujet est nécessaire, fût-ce sous la forme d'un simple pronom anaphorique – ce n'est pas le cas du latin ni du grec. Dès lors, c'est le sujet qui détermine la personne du verbe. Dans une perspective de traduction, c'est le verbe qui donne une indication sur le sujet. Ex : "le chat poursuit les souris", la forme au singulier du verbe confirme que le sujet est bien "le chat".
Le verbe s'analyse selon plusieurs paradigmes :
  • la voix : actif / passif
  • le mode :
    • conjugué : indicatif, subjonctif, conditionnel, impératif ;
    • non conjugué : infinitif, participe, gérondif. On parle alors de "formes nominales du verbe"
  • Le temps ; on distinguera, en français, les temps "simples" et les temps "composés" (voire surcomposés) ; cette distinction recouvre, peu ou prou, l'opposition infectum/perfectum que l'on trouve en latin et en grec.
  • La personne : 3 au singulier, 3 au pluriel comme en latin. Le français ignore le "duel" (ensemble de deux personnes) qui existe en grec.

Le paradigme du temps :

En français :

Nous indiquons ici les temps verbaux ; ils existent au passif, comme à l'actif.Nous indiquons en bleu les temps "simples", en noir les temps "composés".

    Indicatif 

 impératif       

 subjonctif    

 conditionnel

 infinitif

 participe

 présent  présent  présent  présent  présent  présent
 imparfait    imparfait      
 passé simple          
 futur          
 passé composé  passé  passé  passé 1ère forme  parfait  passé
 plus que parfait    plus-que-parfait  Passé 2ème forme*    
 passé antérieur          
 futur antérieur          
*Le conditionnel passé 2ème forme est une pure fiction : en réalité, rien ne le différencie, morphologiquement, du subjonctif plus-que-parfait. Il n'y a donc aucune raison de les distinguer

Les voix

Le français, comme le latin, connaît deux voix : l'actif ("le chat mange la souris") et le passif ("la souris est mangée par le chat").
En français – contrairement au latin et au grec – les temps de l'infectum sont formés, au passif, au moyen d'un auxiliaire être suivi du participe passé. Les temps du perfectum seront donc, eux, surcomposés : "la souris a été mangée par le chat".

Les modes conjugués

Comme on peut le voir sur le tableau ci-dessus, ils sont au nombre de 4 :
  • L'indicatif, mode "neutre" ou au "degré zéro", sert à exprimer un simple constat, sans modalité particulière.
  • L'impératif, qui en français compte 3 personnes (chante, chantons, chantez), sert à exprimer l'injonction, comme dans toutes les langues indo-européennes.
  • Le subjonctif et le conditionnel expriment toutes sortes de modalité. Le subjonctif sert notamment pour l'injonction, lorsque celle-ci ne  peut être exprimée par un impératif ("qu'il sorte !"). Nous verrons un peu plus loin les emplois de ces deux modes...

Les formes nominales du verbe

L'on entend par là les formes du verbe qui ne se conjuguent pas, et qui peuvent avoir des fonctions nominales ou adjectivales.
Elles sont au nombre de 2 : l'infinitif, le participe. On parle aussi de "modes impersonnels"
  • L'infinitif présente 4 formes pour la plupart des verbes ; c'est l'infinitif présent actif qui constitue généralement l'entrée du dictionnaire, la manière de désigner le verbe. On dit en effet : "le verbe chanter, le verbe finir". Ce n'est pas vrai en latin ni en grec, où le verbe est plutôt désigné par sa 1ère personne du singulier (le verbe lego, le verbe λύω, les verbes en -μι)
  Présent Passé
 Actif aimer avoir aimé
 Passif être aimé avoir été aimé
  • Le participe présente lui aussi 4 formes possibles : 

      Présent Passé
     Actif aimant ayant aimé
     Passif étant aimé (ayant été) aimé

  • Le latin et le grec possèdent d'autres formes, appelées gérondif ou adjectif verbal. Ces deux langues présentent pour ces formes des marques morphologiques particulières : suffixe -ndus, -ndum pour le latin, suffixes -τος/-τεος pour l'adjectif verbal grec. Rien de tel n'existe en français. Ce que l'on désigne par "gérondif", c'est un usage du participe présent en -ant, accompagné de la préposition "en", qui traduit le gérondif latin.
    Le latin différencie "ambulat canens" (il se promène en chantant, simple simultanéité) et "laborando diues fit" (il devient riche en travaillant, relation de cause). Rien ne permet de différencier les deux formes en français.

Les marques de temps, mode, voix, personne

Les marques personnelles :

  • En latin comme en grec, la désinence suffit généralement pour indiquer à quelle personne se trouve le verbe. Ce n'est pas le cas en français, exception faite de l'impératif.
  • Le verbe français cumule donc deux types de marques personnelles :
    • un jeu de désinences :
 1ère sing -e ou -s
 2ème sing -s
 3ème sing -e ou -t
 1ère pl. -ons
2ème pl  -ez
 3ème pl -nt
    • un sujet toujours présent, syntagme nominal ou pronom personnel (je, tu, il/elle, nous, vous, ils/elles).
Sous-pages (1) : Le verbe - exercices
Comments