La subordonnée comparative

La proposition subordonnée CC de comparaison peut être :
  •  introduite par les conjonctions commeainsi quede même quecomme si ;
Ex. : Il parle comme un livre.
- introduite par que et annoncée par un corrélatif : aussiautantplusmoinsmêmeautre,d'autant plus.
Ex. : Il a autant de mérite que son père en avait.
• La subordonnée de comparaison est généralement à l'indicatif, parfois au conditionnel.
• La subordonnée de comparaison est souvent elliptique du verbe ,c'est-à-dire qu'on ne répète pas le verbe déjà employé. Le complément de l'adjectif ou de l'adverbe au comparatif peut être ainsi analysé comme une subordonnée elliptique de comparaison.
Ex. : Ce tableau est encore plus réussi que le précédent (ne l'était).

La proposition comparative met en balance deux actions ou mesure le degré d’une qualité. Il y a donc plusieurs manières de comparer.

Certaines comparaisons posent un rapport d’analogie entre deux actions et utilisent alors deux propositions entières : Il allait de maison en maison comme un oiseau voltige de branche en branche.

Certaines comparaisons ne posent ce rapport que chez le même individu : il crie plus qu’il ne parle.

D’autres comparaisons posent un rapport de mesure :

  • on compare une même qualité chez des êtres différents : Paul est plus courageux que son frère ne l’était.
  • on compare deux qualités différentes chez un même être : Paul est plus courageux qu’il n’est prudent.
  • on compare une même propriété chez un seul être, mais dans des circonstances différentes : Il est plus aimable qu’il ne l’était autrefois.
  • on compare deux ensembles différents : il a tué plus de lièvres qu’il n’a tué de lions.

Enfin, on peut remarquer que la comparative peut être fixe ou mobile. Elle est fixe lorsqu’elle joue le rôle de complément circonstanciel, à la façon de certaines analogies :Comme tu as semé, tu récolteras / Tu récolteras comme tu as semé. Elle est fixe lorsque la comparaison porte sur un des constituants de la phrase, adjectif (plus intelligent que…), adverbe (plus intelligemment que…), verbe (tu feras comme on te diras), déterminant du nom (plus de lièvres que…)

  1. Marques de subordination

A. Mots conjonctifs

  1. Equivalence
  2. commeainsi queautant quede même que, tel que : il est comme vous l’imaginez

  3. Dissemblance
  4. autre / autrement… que, plus/moins… que, plutôt… que : elle travaille autrement que je ne le pensais.

  5. Proportion

d’autant… que, d’autant plus/moins… que, dans la mesure où, suivant que (cause), à mesure que, au fur et à mesure que… Au fur et à mesure que le temps passe, je l’apprécie davantage.

4.Equivalence hypothétique

Valeur d’hypothèse avec comme si, plus/moins… que si : je sens son infidélité comme si elle n’était point morte.

B. Constructions paratactiques

Présence d’adverbes de degré (marqueurs lexicaux) dans la principale et dans la subordonnée : structures corrélatives. Plus on dort, plus on veut dormir.

Comments