En tant que coopérateur, nous nous concentrons sur la conduite de la vigne, car livrées à elle-même, la vigne ne donne que des rameaux courts et des raisins peu juteux et acides et afin d'en presser le meilleur nous œuvrons pour en maîtriser et orienter son développement.

Ensuite, notre Cave Coopérative Vinovalie Appelation Cahors prend en charge et sélectionne nos récoltes de manière draconienne afin d'en tirer les meilleurs des vins.

La qualification Agri-confiance, associe l'ensemble des coopérateurs engagé a respecter son Environnement et un marché solidaire.

De notre côté, nous travaillons la totalité de nos parcelles selon les exigences imposées par le label A.O.C. Cahors.

Ci-dessous nous vous présentons d'une manière générique les principales étapes de la conduite de la vigne et n'hésitez pas à nous poser vos questions lors de votre séjour.

La Taille :

         Pratiqué durant la dormance (période hivernale), la taille est une opération cruciale qui fait appel à toute les compétence du vigneron. Elle consiste en un élagage judicieux  des sarments : les moins prometteurs sont coupés au sécateur de tel sorte que les sarments subsistants deviennent ensuite plus vigoureux, portent des feuilles plus grandes et donnent des raisins plus gros.

 

Le Palissage :

         La vigne est une liane souple dont le tronc doit être attaché à un tuteur vertical afin de la formée sur une durée minimum de 3 ans. Ensuite les branches sont accrochées par des liens et des fils de fer tendus horizontalement ; cette architecture porte le nom de palissage et s’effectue au printemps.

 

La gestion  des herbes :

         Indispensable au plein épanouissement de la vigne, on y procédait jadis par des labours entre les rangées de vignes. Aujourd’hui, le désherbage chimique, pratiqué avec des moyens mécaniques légers, permet de réduire l’importance des labours, voire de s’en dispenser. Elle s’applique sous les ceps, cependant le rang central est écologiquement- géré par l’ensemencement d’herbes sélectionnées. Les herbes du rang central sont broyées régulièrement  l’été, afin qu’elles ne développent pas d’humidité  sur les fruits.

La gestion des herbes est importante pour la culture et le maintien du sol en complément des galets.

 

Les opération « en vert »

         Lorsque les rameaux et les feuilles ont poussé et que la vigne est devenue verte, on procède à l’épamprage – élimination des rameaux faibles ou mal situés – et, dans certains vignobles, à un éffeuillage partiel, pour mieux exposer les grappes au soleil.

 

Les traitements :

         De nombreuses maladies ou attaques de parasites menacent la vigne qu’il faut en conséquence soigner avec des produits phytosanitaires (sulfate, etc.) le plus souvent pulvérisés sur le feuillage, au printemps et en été, à la suite d’une analyse foliaire  par un technicien Viticole, afin de conserver l’équilibre écologique.

 

Les Vendanges :

         Terme d’un long travail, la récolte doit se découler au bon moment, de préférence au soleil, et dans un laps de temps  bref pour préserver l’homogénéité de la production. Le choix  de la durée est capital : une vendange effectué trop tôt produira un vin très acide ; une vendange effectué trop tard encourra le danger de pourriture provoquée par l’humidité. La vendange doit en outre être opérée avec soin : les grappes dont la maturation est incomplète et les grappes abîmées ne doivent pas être mêlées aux autres.

         Aujourd’hui, les moyens mécaniques permettent, avec une conduite réfléchie, tous ceci : 

-         Vendange rapide (car manque de main d’œuvre) pour une vinification optimale

-         Récolté des grains à maturité convenue (les grains vert et abîmés restent accrochés sur les rafles), les ventilateurs extrais les feuilles qui donneraient un goût de végétales indésirables