_ Compte rendu officiel des premiers groupes de travail

publié le 15 juin 2013 à 14:16 par Stéphane Rabany   [ mis à jour : 15 juin 2013 à 14:28 ]

LIMEIL-BRÉVANNES

Réforme des rythmes scolaires

Compte-rendu des groupes de travail

 

Groupe 1 : L’ENFANT

 

 

Participants :

Mme RABANY (PE Picasso); Mme LOUSA (PE JLM); M. HOUCHOT (PE Curie); Mme BASSOMPIERRE (PE Malraux); Mme BLOHORN (PE Malraux); Mme MARTIN (Directrice école Wallon); Mme TANGUY (Directrice école Malraux); Mme POISSONNEAUX (psychologue scolaire);  Zahia DJIABA (Resp. adj. Service scolaire, directrice accueil de loisirs maternel); Renaud ROLLOT (Animateur référent école Picasso)

Animateur des Francas : Francis VERNHES

 

 

Rappel

Les objectifs du PEL en rapport avec ce thème

Les questions à traiter

 

Groupe 1 : L’ENFANT

Orientations PEL : aider à la construction de sa personnalité et favoriser son autonomie et son épanouissement, promouvoir son initiative et sa créativité, valoriser ses projets, développer son sens des responsabilités.

Questions à traiter :

-         quelles propositions pour que l’organisation à prévoir soit au bénéfice de l’enfant et de sa réussite donc de sa réussite scolaire ?

-         quelles données prendre en compte pour respecter ses rythmes biologiques ?

-         quelles spécificités de l’accueil des plus jeunes ?

 

Compte-rendu des échanges

 

N.B. En s’appuyant sur les orientations du PEL et la volonté de prévoir une organisation qui soit au bénéfice de l’enfant, de sa réussite et donc de sa réussite scolaire ce groupe a abordé différentes questions dont certaines rejoignent ou complètent des points abordés dans d’autres groupes.

 

À propos des conditions à réunir au plan général

-         quelles que soient les séquences d’accueil (matin, pause méridienne, activités périscolaires) il est essentiel de faire référence à un projet pédagogique pour éviter de transformer ces différents temps en une simple garderie,

-         il est également essentiel de distinguer les propositions à faire entre la maternelle et le primaire,

-         il est souhaité une plus grande information sur les propositions des différents acteurs (en ce qui concerne des projets en cours, des thématiques abordées, etc.) pour imaginer d’éventuelles complémentarités, une cohérence, une continuité entre les séquences éducatives et peut être dans certains cas une mutualisation des moyens.

N.B S’il n’y a pas de remise en cause des objectifs définis par le PEL il est rappelé qu’il convient de les préciser en fonction de telle ou telle séquence d’accueil.

 

À propos de la pause méridienne

Les objectifs

Ce temps doit bien être un temps intermédiaire entre deux séquences scolaires qui permet de faire « autre chose », de se ressourcer et de vivre une pause méridienne agréable (prendre plaisir à ...).

Il peut permettre de répondre à différents besoins de l’enfant (motricité, créativité mais aussi, en fonction de l’âge, calme, repos).

Il doit être un temps où l’enfant acquière de nouveaux repères par rapport à son environnement quotidien (pour le repas, dans la découverte des autres ...). En ce sens il participe à l’apprentissage du « vivre ensemble » (s’inscrire dans des groupes différents par leur nombre, par leurs activités, pratiquer des activités avec d’autres adultes, d’autres enfants ...).

 

Les conséquences au plan pédagogique

-         s’appuyer sur le jeu (« le jeu permet de grandir dans son corps, dans sa tête et dans la relation aux autres »),

-         organiser, structurer le groupe en prévoyant à la fois des temps individualisés, de petits groupes, de groupes plus importants...

-         prévoir un encadrement par des adultes pour structurer, proposer, accompagner l’enfant dans ses découvertes ....

N.B Il est constaté que dans certains cas, aujourd’hui, il n’y a pas suffisamment d’activités proposées après le repas.

 

À propos des activités périscolaires

Des souhaits ou des suggestions

-         il est souhaité que ces activités ne s’inscrivent pas dans la suite de la pause méridienne,

-         il est suggéré qu’après un temps scolaire de deux heures l’après-midi (13h30 – 15h30), sans coupure (récréation), on instaure un temps intermédiaire entre le scolaire et le périscolaire (pour marquer la rupture entre ces deux temps, pour organiser la répartition des élèves dans le temps périscolaire ...)

N.B La circulaire relative à l’organisation du temps scolaire ne fixe pas d’heure de sortie de l’école celle-ci pouvant varier en fonction de la situation des activités périscolaires ou de la possibilité de demander des dérogations.

-         il est également évoqué la possibilité de libérer les enfants de maternelle et ceux de l’élémentaire de manière décalée (15 minutes) pour que les parents puissent récupérer leurs enfants dans de meilleures conditions.

Des questions

Comment prendre en compte à la fois :

-         les besoins des enfants, leurs motivations,

-         les potentialités existant dans certains lieux et pas dans d’autres (peut-on imaginer, par exemple, que des propositions implantés dans un lieu de la ville -le conservatoire- puissent aller vers les écoles ?)

Comment, de fait, élargir l’éventail d’activités proposées vers un maximum d’enfants et éviter de créer des inégalités ?

Comment créer les moyens (formation continue des différents personnels d’encadrement par exemple) pour prendre en compte l’ambition éducative recherchée dans les propositions à faire.

 

À propos de la continuité éducative

Si des initiatives existent déjà pour faciliter les liaisons (« passerelles ») entre crèche et maternelle, maternelle et élémentaire, élémentaire et collèges la question est posée de savoir :

-         si cela concerne toutes les écoles,

-         s’il est possible de mettre en commun les acquis de ces initiatives en envisageant comment elles peuvent se généraliser.

Voir aussi si cela peut concerner d’autres aspects que la liaison relative aux périodes scolaires (les formules d’accueil des temps péri ou extrascolaires).

 

 

LIMEIL-BRÉVANNES

Réforme des rythmes scolaires

Compte-rendu des groupes de travail

 

Groupe 2 : MISE EN PLACE DES ACTIVITÉS PÉRISCOLAIRES

 

 

Participants :

M. PEYROTTES (enseignant école Picasso); M. PREVOT (directeur école PIARD); Mme ASSIDI (PE Picasso); Mme MALLET (Directrice école Martine Soulié); Mme de SCHEEMAECKER (PE Anatole France); Mme BAGHUELOU (PE Anatole France); Mme GOISET (PE Anatole France); M. VAILLIER (PE Anatole France); M. MBEDEY (président du GIPE); Mme SABATIER (directrice école  Jean Louis Marquèze); Mme PABOIS (PE Anatole France); Murielle KASTELE (Animatrice référente groupe Pasteur Maternel); Nathalie DA COSTA (responsable service scolaire et enfance).

Animateur des Francas : Francis VERNHES

 

 

Rappel

Les objectifs du PEL en rapport avec ce thème

Les questions à traiter

Les références officielles

 

 

N.B. Le parti a été pris de privilégier dans ce groupe la question de la mise en place des temps d’activités périscolaires (TAP) en référence aux objectifs du PEL.

 

Orientations PEL : promouvoir le respect de soi, de l’autre et de son environnement, favoriser l’apprentissage de ses droits et devoirs et l’apprentissage du « vivre ensemble », faire prendre conscience du contexte écologique, citoyen et social.

Questions à traiter :

Comment prendre en compte :

-         la volonté d’une accessibilité à un maximum d’enfants,

-         la recherche d’une diversité et d’une plus grande accessibilité à différents domaines d’activités :

§        en mobilisant l’ensemble des ressources potentielles,

§        en maintenant les acquis actuels (par exemple les activités sportives),

-         la nécessité de s’interroger sur l’encadrement (quel recrutement, quel statut, quelle formation) pour améliorer la situation actuelle.

Les références officielles (extraits)

« Proposer un large éventail d’activités visant à favoriser l’épanouissement des enfants, à développer la curiosité intellectuelle et à renforcer leur plaisir d’apprendre et d’être à l’école ... »

« Les familles ne sont obligées d’inscrire les enfants à ces activités. Celles-ci sont facultatives, mais chaque enfant doit avoir la possibilité d’en bénéficier ».

 

Compte-rendu des échanges

 

Les objectifs des activités périscolaires

De manière prioritaire

-         apprentissage du »vivre ensemble » (N.B ce point a été complété par les participants du groupe 1).

-         favoriser la mise en place d’activités d’éveil (artistique, culturel, sportif ...) pour permettre à l’enfant de découvrir, de s’enrichir, d’élargir l’éventail d’activités pratiquées

-         s’appuyer sur la notion de plaisir.

D’autres propositions

-         renforcer la confiance en soi chez l’enfant,

-         lui permettre de s’investir,

-         lui donner l’occasion d’exercer son esprit critique,

-         réduire les différences dans la possibilité d’accès à ces activités.

 

Des conditions à réunir

-         ne pas allonger la pause méridienne,

-         créer une rupture, une distinction entre les temps scolaires et non scolaires (ne pas prolonger l’école après l’école en prenant en compte le fait que même si on fait appel à des domaines d’activités semblables les objectifs pédagogiques ne sont pas les mêmes),

Cela peut passer par :

§        des formes d’intervention différentes,

§        des effectifs différents,

§        des espaces d’accueil différents.

-         s’adapter aux âges, tenir compte des niveaux,

-         tenir compte des contraintes (de temps, d’espace ...),

Pour cela recenser les lieux d’accueil potentiels (dans les établissements scolaires, à l’extérieur : centres de loisirs, stades ...).

N.B Les enseignants présents expliquent pour quelles raisons il est préférable de ne pas utiliser les classes : lieu de travail pour l’enseignant après la classe, respect des affaires personnelles des élèves, laisser à la classe son image de lieu d’enseignement.

La question pourra se poser s’il y a intervention d’enseignants dans l’encadrement d’activités périscolaires.

-         prendre en compte la réalité des quartiers (les besoins peuvent être différents, les potentialités d’activités également,

-         rassurer les parents, leur donner confiance.

 

Des contenus possibles

-         activités sportives,

-         activités scientifiques et techniques (informatique ...),

-         activités artistiques et culturelles (arts plastiques, arts visuels, cirque, théâtre ...)

-         découverte des médias (le livre, l’audio-visuel...),

-         sensibilisation aux droits de l’enfant (droits et devoirs),

-         découverte des langues,

-         sensibilisation aux questions de santé.

 

Des formes d’intervention possibles

Possibilité de s’appuyer :

-         sur des projets (autour des droits de l’enfant par exemple ...),

-         sur des cycles (plusieurs séances pendant un mois par exemple pour découvrir l’informatique, une langue, etc.),

-         sur des activités qui peuvent avoir une complémentarité avec des contenus scolaires,

-         sur la possibilité d’activités courtes (trouvant leur fin en soi dans une séquence de 30 à 45 minutes. Exemples : on découvre un conte, on joue à des jeux de société ...).

 

L’encadrement

En fonction de ce qu’il sera possible de mettre en place il convient de réunir deux conditions :

-         recenser les intervenants potentiels : animateurs, personnel d’encadrement d’activités existantes (sport, culture ...), enseignants, parents, intervenants extérieurs ...,

-         envisager des formations correspondant aux projets qui seront mis en place.

Par rapport aux représentations (et parfois sur des a priori trop vite généralisés) qui existent sur les animateurs il convient d’informer :

-         sur la réalité des moyens existants,

-         sur la teneur des projets pédagogiques des temps d’accueil.

LIMEIL-BRÉVANNES

Réforme des rythmes scolaires

Compte-rendu des groupes de travail

 

Groupe 3 : ORGANISATION DES JOURNÉES ET DE LA SEMAINE

 

Participants :

Mme BEAUDENON (PE Piard); Mme COULON (PE Jean Louis Marquèze); M. GERBAULT (PE Jean Louis Marquèze, Président API); Mme BERTRAND (Directrice Pasteur); Mme RIGAL (PE Curie); Mme AISSANI (PE Martine Soulié); Mme CHIBANE (PE Martine Soulié); Rachid BRAIK (Animateur référent école Rosa Luxemburg); Céline AMILIEN (Directrice Générale Adjointe des Services)

Animatrice des Francas : Aïala ELLENBERGER

 

 

Rappel

Les objectifs du PEL en rapport avec ce thème

Les questions à traiter 

 

Orientations PEL  : permettre l’accès de tous à l’éducation et développer une offre d’accueil adaptée aux besoins de la population, développer les offres d’accueil, favoriser la mixité et lutter contre les discriminations, prendre en charge les enfants porteurs de handicap, malades ou éloignés de l’école

Questions à traiter :

Quelle organisation des journées et de la semaine pour :

-         rechercher la réussite scolaire des enfants,

-         l’accessibilité de tous les enfants (géographique, économique...),

-         prendre en compte l’avis des parents,

-         trouver une nécessaire complémentarité avec l’école.

 

Compte-rendu des échanges

 

Des informations

Un positionnement des parents

En introduction, M. Gerbault, Président de l'association de parents d'élèves API, rappelle le résultat du sondage effectué auprès des parents de l'école J-L Marquez (environ 100 parents).

Trois ont été posées :

1/ Quelle demi-journée privilégier pour le temps scolaire ?

2/ Quel horaire privilégier pour les TAP ? (Temps d'activités périscolaires)

3/ Ces TAP doivent-ils avoir un caractère obligatoire ou non ?

 

Les réponses à ces trois questions sont les suivantes :

1/ le mercredi en grande majorité

2/ en fin de journée plutôt que lors de la pause méridienne, ou sinon rechercher d'autres hypothèses.

3/ non obligatoire

 

À propos des temps d’activités périscolaires (TAP)

Il est précisé en début de réunion que les TAP ne peuvent avoir de caractère obligatoire. Le projet de loi de la refondation de l'école dit (article 46) : « des activités périscolaires prolongeant le service public d'éducation, et en complémentarité avec lui, peuvent être organisées dans le cadre d'un projet éducatif territorial associant notamment aux services et établissements relevant du ministre chargé de l'éducation nationale d'autres administrations, des collectivités territoriales ».

 

 

 

Des propositions

1/Sur la question des rythmes biologiques :

Il est proposé de :

û       distinguer l'organisation pour les écoles maternelles et élémentaires,

û       ne pas retarder l'accueil des enfants à l'école au-delà de l'heure actuelle (8h30),

û       ne pas allonger la pause méridienne

(NB : des activités autour de projets sont déjà organisées, au moins sur certaines écoles),

û       privilégier des temps d'activité longs (plutôt 1h ou 1h30 que 45 minutes) pour avoir du temps.

 

Priorités :

û       prendre en compte la sieste et les conditions d'endormissement des enfants dans l'organisation du temps et des espaces,

û       prendre en compte la journée d'une façon globale (temps scolaire, récréations, temps d'activité, temps libre),

û       tenir compte des espaces à disposition et de leur diversité (extérieur et intérieur) pour veiller à un bon équilibre global.

 

2/Sur la question de la réussite :

Il est proposé :

û       que les propositions existantes visant la réussite et proposées en complément de l'école soient maintenues : étude, accompagnement éducatif, clubs coup de pouce...),

û       que les activités puissent être animées (et proposées) par des animateurs, d'autres intervenants, des enseignants et des parents. Si des parents interviennent, ils devront être accompagnés à la fois dans les contenus et dans la forme pour que leurs propositions correspondent bien au public visé,

û       que les TAP portent par exemple sur les thèmes suivants : le développement durable, la cuisine, les arts, le sport, la musique/la chorale, la danse, le cirque, l'informatique, les langues et les autres cultures (voir aussi les propositions du groupe 2).

 

Priorités :

û       varier les formes des propositions afin de permettre à chaque enfant de trouver sa place et des activités à son goût,

û       l'informatique : c'est un sujet sensible. La Ville de Limeil indique dans son recensement des activités proposées sur le temps scolaire, que les enfants de tous les niveaux bénéficient de cette activité, mais ce n'est pas la réalité. Il semble important pour leur réussite, que les enfants puissent vivre des activités informatiques, quel que soient le temps sur lequel ces activités se déroulent.

 

3/Sur la question de l'accessibilité :

Il est proposé de :

û       placer ces TAP plutôt en fin de journée, sur des temps dédiés, pour que tous les enfants aient la possibilité d’en bénéficier, sans exclure ceux qui seraient par ailleurs bénéficiaires d'APC (activités pédagogiques complémentaires organisées sous la responsabilité des enseignants) qui devraient se situer à un autre moment,

û       imaginer un système de cycles au cours de l'année pour varier les propositions et les rendre accessibles à tous.

 

Priorités :

û       L'égalité réelle de traitement entre toutes les écoles.

 

4/Sur la question des parents :

Au-delà ce qui a déjà été évoqué dans les points précédent, il est proposé :

û       que les parents aient la possibilité d'être plus impliqués dans les propositions faites, dans les projets d'école,

û       d'améliorer l'information et la communication vers les familles, à la fois sur le projet de réforme en cours, mais aussi sur les propositions déjà existantes à Limeil.

 

5/Sur la question de la complémentarité :

Priorités :

û       Il est évoqué la nécessité de la coordination entre les différents acteurs, et du temps de l'échange.

 

 

 

 

 

LIMEIL-BRÉVANNES

Réforme des rythmes scolaires

Compte-rendu des groupes de travail

 

Groupe 4 : LE PARTENARIAT- L’INFORMATION

 

 

Participants :

Mme BIGNON (Association usagers et PE du conservatoire); Mme RAUSS (Association usagers et PE du conservatoire); Cyrille BOUDET( responsable du service "les Quartiers de Limeil); Mme FONTENEAU (PE Anatole France); Mme VAILLIER (PE Anatole France); Typhelle TOUATI (Animatrice référente  Anatole France Mater); Céline AMILIEN (Directrice Adjointe des Services)

Animatrice Francas : Aïla ELLENBERGER

 

 

Rappel

Les objectifs du PEL en rapport avec ce thème

Les questions à traiter 

 

Orientations PEL : favoriser la complémentarité éducative autour de l’enfant, promouvoir le partenariat de tous les acteurs intervenant autour de l’enfant, susciter la concertation avec les familles et leur participation, permettre la participation de l’enfant à l’élaboration de l’offre en sa direction.

Questions à traiter :

-          comment prendre en compte (autant que faire se peut) la diversité des situations familiales ?

-          quelles conditions créer pour favoriser un large partenariat et pour assurer l’information de l’ensemble des acteurs ?

 

Compte-rendu des échanges

 

1/En ce qui concerne l'information :

Il est convenu que l'information porte à la fois sur les propositions existantes et sur les enfants (Comment vont-ils ? Y a-t-il des éléments particuliers à partager au sein de la communauté éducative ?)

 

Des propositions

û       Définir l'école comme unité pertinente pour l'information,

û       Proposer un temps d'information par école sur la loi de refondation de l'école, éventuellement pendant l'une des réunions déjà programmée dans les écoles avant l'été ou à la rentrée 2013,

û       Profiter des initiatives existantes, du type « Portes ouvertes », où les équipes présentent le fonctionnement du centre.

NB : Ce type de rendez-vous est à la fois une occasion supplémentaire d'être en relation avec les parents et peut permettre aussi une meilleure connaissance des enfants.

û       Passer par le cahier de correspondance des enfants,

û       Multiplier les occasions d'informer et les vecteurs d'information (par vecteur, nous parlons aussi bien d'occasions (réunions, …) que d'individus (animateurs, enseignants, enfants...).

NB : il serait intéressant de pouvoir s'assurer de la cohérence entre les informations données par tous ces vecteurs.

 

Des priorités :

û       Mieux connaître l'existant et développer l'information.

û       Vérifier l'égalité d'accès entre toutes les écoles, y compris entre celles qui sont en ZEP et celles qui ne le sont pas.

 

2/En ce qui concerne la coordination et la liaison entre les différents partenaires :

Des propositions

Pour les questions qui concernent l'enfant, il est proposé :

û       d'utiliser un cahier de liaison, comme c'est le cas à Anatole France maternelle entre les enseignants et les animateurs. Néanmoins, un tel support ne semble pas généralisable à tous les intervenants, en raison de la complexité de l'organisation de cela nécessiterait, mais aussi du caractère de ces informations (les enfants ne doivent pas être « fichés »),

û       de mettre en place des temps d'échange par site entre tous les intervenants concernés, à propos des enfants bénéficiaires.

 

Pour ce qui concerne les contenus et la liaison entre les différents intervenants, il est proposé :

û       de préciser le calendrier et le rôle des conseils d'école (dans l'une des écoles de la ville, il n'y a que deux conseils d'école par an, ce qui ne permet pas une réelle dynamique de travail),

û       de se baser sur l'existence d'un conseil sportif regroupant toutes les associations sportives (depuis longtemps) et sur la récente création d'un conseil culturel pour envisager un conseil de ce type par école.

NB : ces conseils visent à rassembler les associations sportives ou culturelles dans l'objectif de se connaître et de susciter des partenariats entre les différentes associations qui jusque là ne se connaissaient pas.

 

Des priorités :

û       Améliorer la relation entre les parents et les enseignants,

û       Impliquer les équipes d'enseignants dans la concertation,

û       Mobiliser plus de parents/tous les parents (ce sont toujours les mêmes qui participent).

 

Des questions :

û       Qu'inventer pour mobiliser les parents ?

 

Les structures concernées (inventaire réalisé lors de la réunion)

û       les quartiers de Limeil (centre de loisirs à la demi-journée « Club éclat de rire », CLAS),

û       le conservatoire (classes CHAM à l'école Pasteur, volonté de développer des projets dans le cadre de la réorganisation du temps scolaire),

û       les « transporteurs »,

û       la médiathèque (sur le temps scolaire),

û       le club de tennis (l'enseignant va chercher les enfants au centre de loisirs),

û       autres associations de la ville dont il serait intéressant d'avoir un guide exhaustif – qui existe

û       un espace ludique est en cours de création sur le groupe scolaire Soulié/Pasteur pour accueillir les enfants sur le temps périscolaire, de façon libre, avec la présence d'un animateur.

 

3/En ce qui concerne les enfants :

Des questions :

û       Comment prendre en compte l'enfant, en fonction de son âge, comme interlocuteur premier ?

û       Quel rôle peut-il avoir dans la diffusion des informations qui le concerne ?

û       Comment apprendre à chaque enfant à se repérer dans les différentes propositions ?

û       Comment peut-il être en situation de choisir lui-même parmi les activités proposées ?

û       Doit-il participer obligatoirement ?

û       Comment articuler la volonté des parents que les enfants soient libres de choisir leur activité, avec le souhait qu'ils découvrent  et s'initient à nouvelles activités ?

 

Des priorités :

û       Proposer des activités suffisamment variées pour que chaque enfant puisse faire des découvertes, et puisse « être libre » ou moins encadré.

û       Permettre à chaque enfant d'en profiter.

 

 

4/Les conditions à réunir pour  prendre en compte la diversité des situations familiales :

Des propositions

û       Maintenir les propositions qui permettent de mixer la population (le centre de loisirs par exemple),

û       Prendre en charge l'enfant sur la globalité d'une journée, pour toutes les propositions, en prévoyant le cas échéant le transport sur le lieu de l'activité, l'accueil en amont et en aval de l'activité, au centre de loisirs par exemple

 

Des questions :

û       Préciser l'objectif visé : cherche-t-on à inciter les parents à ce qu'un maximum d'enfants fréquente les accueils périscolaires proposés ?