Actualités‎ > ‎+ Archives‎ > ‎

Réunion du GIPE avec la DASEN, Mme LAPORTE (Directrice Académique des Services de l'Education Nationale du Val de Marne) le 18/9/2014

publié le 20 sept. 2014 à 14:08 par Stéphane Rabany   [ mis à jour : 12 févr. 2015 à 02:25 ]
GIPE - DASEN Val de Marne
Le bureau du GIPE (Emmanuel MBEDEY, Président, Sophie BASSOM
PIERRE, vice-présidente et Stéphane RABANY, secrétaire) a été reçu ce jeudi 18 septembre par la DASEN (Directrice Académique des Services de l'Education Nationale du Val de Marne), Madame LAPORTE et par l'IEN Adjointe, Madame ROHEE.

Nous avons pu échanger sur plusieurs points de façon très constructive, en totale transparence et nous l'avons remercié de cela. Le compte-rendu ci dessous, a été validé par Mme LAPORTE
Madame LAPORTE a commencé par faire un rappel sur le sujet principal qui occupe tous les esprits en ce moment, à savoir la mise en place de la réforme des rythmes scolaires. Depuis Octobre 2012, il a été communiqué à tous les élus que la réforme serait appliquée à la rentrée de septembre 2014. Mme LAPORTE a ainsi rencontré de nombreux maires du Val de Marne, sauf M. ROSSIGNOL. Lors de visites thématiques, non liées à la réforme, c'est M. CATHALA qui était présent au nom de la mairie. Monsieur le maire n’a pas donné suite à ses demandes de rendez-vous, ce qui ne l’a pas empêché de transmettre un projet à la DASEN. La mairie avait donc envoyé un projet d’organisation pour la mise en œuvre des rythmes scolaires sur notre ville. Le GIPE a rappelé que nous étions totalement impliqués dans ce projet, en ayant même organisé une réunion avec tous les parents de la ville. Nous n'étions ni pour la réforme, ni contre, mais nous avons voulu le meilleur pour nos enfants dans le cas où elle serait mise en place. Mme LAPORTE nous a indiqué que c'était l'un des meilleurs projets du Val de Marne qui lui avait été présenté (elle précise qu'elle n'émet pas d'avis sur l'aspect budgétaire des choses puisque cela incombe aux villes. L’avis du directeur académique porte sur la dimension pédagogique).

Après les élections municipales, ce projet a été abandonné par la municipalité. Mme LAPORTE a ensuite vu Mme LECOUFLE à quatre reprises jusqu'au mois d'août. La préoccupation majeure de Madame le maire portait sur la capacité d’accueil des écoles de Limeil-Brévannes, au regard de l’augmentation démographique sur la ville. La mise en place de la réforme ne constituait pas la priorité de Madame le Maire, mais était plutôt considérée comme un frein à la bonne gestion du nombre important de nouveaux enfants à accueillir. Les informations données par le préfet et Mme LAPORTE en juin rappelaient la loi et le fait que la réforme serait appliquée partout. Le 11 juin, Mme LAPORTE a proposé un cadre général qui pouvait être amendé par chaque commune qui n'avait pas déposé de projet. Le dialogue était possible. Et sans réponse, ces horaires ont été imposés début juillet. Mme LAPORTE précise qu'elle n'attribue aucune mauvaise intention à Mme LECOUFLE puisqu'elle était sincère dans sa demande de report.

Emmanuel MBEDEY (Président du GIPE) a rappelé le positionnement du GIPE à Limeil Brévannes. A savoir que nous ne sommes présents que dans notre ville, de la maternelle au lycée. Et que nous étudions éventuellement la possibilité de nous étendre au collège Blaise Cendrars car plusieurs brévannais y sont affectés depuis 2 ans. Notre président rappelle également les résultats des dernières élections des parents d'élèves et notre très grande représentativité dans notre ville.

Nous avons abordé la rentrée chaotique des enfants avec notamment les cadenas le 1er mercredi, les adultes qui s'invectivaient devant les grilles des écoles, les enfants ramenés à leurs parents par la police municipale mercredi, le refus initial de mettre en place la garderie du matin, les quelques problèmes (normaux) de démarrage avec les heures de repas tardives de cantine au début. Nous avons également précisé que l'urgence a maintenant été traité par Madame le Maire, et que nous l'avions remercié pour cela, avec les solutions de garde du mercredi matin. Mais que nous continuons à remonter des choses sur lesquelles il faut travailler, comme l'augmentation excessive des tarifs, la nouvelle facturation des pédibus ou la restauration du mercredi midi au libre choix des parents. Mme LAPORTE nous a indiqué avoir bien reçu nos lettres ouvertes et avoir suivi nos communiqués sur Internet.

Aujourd'hui, Mme LAPORTE pense que l'idéal serait de créer un comité de pilotage pour suivre et améliorer la mise en place des nouveaux rythmes sur Limeil-Brévannes avec ses services, les représentants des parents et évidemment la municipalité. Nous avons noté avec beaucoup de plaisir cette idée car nous pensons que travailler dans le dialogue avec tout le monde ne ferait qu'améliorer les choses pour nos enfants.

Les horaires actuellement en place (9h/12h et 14h/16h15) sont définis pour 3 ans. Néanmoins, si des groupes de travail sont mis en place, si les conseils d'école sont d'accord, il est tout à fait envisageable de les changer pendant les 3 ans. A condition de ne pas changer chaque année. Et en évitant à tout prix de changer en cours d'année, car cela aurait des conséquences sur l'organisation tant des parents que des enseignants. Il serait aussi possible d'aller jusqu'à envisager de passer du mercredi au samedi, mais dans ce cas, un PEDT (projet éducatif territorial), outil de collaboration entre les partenaires, doit obligatoirement être mis en place. Par ailleurs, elle souligne que rien ne peut s’envisager sans la municipalité et sans une démarche partenariale.

Pour travailler sur ces sujets d'horaires mieux adaptés, Mme LAPORTE est tout à fait disposée à participer à des réunions de travail avec les représentants des parents et la municipalité. Nous avons des intérêts communs et partagés entre tous.

Mme LAPORTE et Mme ROHEE nous ont interrogé sur les changements d'emploi du temps avec les nouveaux horaires. Connaître l'impact des nouveaux horaires aux niveaux pédagogique et organisationnel est un sujet qui leur tient à cœur. Nous n'avons pas pu apporter la moindre réponse sur ce point car d'une part, c'est un peu tôt en une semaine d'avoir des retours, et surtout, toute notre attention a été centralisée sur le temps périscolaire. Ces questions devraient être remontées aux prochains conseils d'école.

Nous avons interrogé Mme LAPORTE sur les panneaux d'affichages légaux destinés aux associations de parents d'élèves devant les écoles qui sont plein de colle et sur lesquels, les affiches d'information municipales recouvrent les documents des parents. Elle préconise que les associations demandent à la mairie de les nettoyer (c'est à la mairie de les entretenir), et nous invite également à nous rapprocher des directeurs pour qu'ils en fassent la demande.

Au-delà de ces aspects généraux sur la ville, nous avons alerté et informé Mme LAPORTE d'un problème spécifique à l'école Picasso avec les CM1 qui posent problème depuis la maternelle et pour lesquels les professeurs passent trop de temps à faire de la discipline. Elle regardera avec Mme CHEREL si des solutions pédagogiques peuvent être entreprises pour cette "cohorte" spécifique aux enfants de 2005 dans l'école avec beaucoup de perturbateurs répartis chaque année sur les différentes classes.

Le bilan de cet entretien a été très positif. Le GIPE tient de nouveau à remercier Mme LAPORTE pour sa disponibilité, son écoute et pour avoir proposé la mise en place de réunions de travail avec ses services, les parents et la municipalité.
Nous avons rencontré une DASEN ouverte, prête au dialogue et prête à faire évoluer les choses dès l'année prochaine si un projet est construit avec concertation et acceptation de tous (représentants des parents, enseignants, municipalité et direction académique).

Pour le Bureau