Actualités‎ > ‎+ Archives‎ > ‎

Lettre ouverte du GIPE à Madame LECOUFLE suite à notre Assemblée Générale du 9/9/2014

publié le 10 sept. 2014 à 14:02 par Stéphane Rabany   [ mis à jour : 12 févr. 2015 à 02:25 ]
http://sites.google.com/site/gipelimeilbrevannes/actualites/lettreouvertedugipeamadamelecouflesuiteanotreassembleegeneraledu992014/Lettre%20ouverte%20Mme%20LECOUFLE%2010%20septembre.pdf?attredirects=0&d=1

L’Assemblée Générale du GIPE s’est tenue hier soir, mardi 9 septembre 2014. Compte tenu de l’actualité liée aux rythmes scolaires sur notre ville, nous avons regroupé un très grand nombre d’adhérents présents et représentés, ainsi que d’autres parents simples spectateurs. Notre bureau a été réélu à l’unanimité, et deux nouveaux membres nous ont rejoints (comme indiqué sur notre site www.gipe-limeilbrevannes.fr).

Hormis les points administratifs habituels lors d’une Assemblée Générale, et avec nos adhérents, nous avons défini ensemble deux points liés à la mise en place des rythmes scolaires. Tout d’abord la définition des demandes et des attentes prioritaires des parents. Et également, un planning et la méthode pour avancer avec vous pour avoir les réponses attendues aux besoins exprimés.
Concernant les priorités :
1. Mise en place le mercredi matin d’un accueil périscolaire et des pédibus, comme les autres jours de la semaine
2. Mettre en place une restauration de proximité pour tous les mercredis (soit dans l’école des enfants, soit dans une école à proximité), sans obligation d’aller au centre de loisirs par la suite.
3. Adapter les tarifs de garderie et pédibus de façon acceptable par tous les parents.
4. Amorcer une nouvelle phase de dialogue avec tous les partenaires pour préparer sereinement l’avenir
[...]
Nous considérons être encore au premier moyen d’action. Madame la Maire, sachez que certains parents, les plus pénalisés ou les plus touchés, nous poussent et sont prêts à passer individuellement ou en organisant des collectifs aux moyens 3 à 5. Il est évident que nous ne prônons que la discussion avec vous sur un sujet aussi sensible et compliqué que la mise en place des rythmes scolaires.

Nous savons bien que le sujet est complexe, et vous demandons donc un nouveau rendez-vous pour travailler ensemble à limiter les impacts de cette réforme. Vous savez que vous pouvez compter sur nous, sur notre travail constructif. Il est bien évident que nous savons faire la part des choses entre nos attentes et ce qu’il est possible de faire au niveau technique ou financier (c’est aussi nous qui payons les impôts locaux).

Nous savons que vous suivez les réactions de vos administrés sur notre page facebook, et que vous y voyez la détresse des brévannais, mais aussi leur détermination et leur incompréhension face aux réponses faites actuellement par la mairie. Bien que nous censurons tous propos diffamatoires à votre encontre ou à l’encontre de Madame la Ministre de l’Education Nationale, et que nous tentons de rassurer les parents sur notre implication totale sur le sujet, vous verrez de manière totalement transparente les idées échangées par tous sur cette page de communication.

Nous vous rappelons, si cela était encore nécessaire, que le GIPE ne s’est jamais positionné pour ou contre la réforme (certaines villes ont fait de belles choses dans ce cadre). Et nous avons travaillé de façon constructive à toutes les réunions auxquelles nous avons été invités. Nous avons communiqué que les horaires imposés ne permettent pas la mise en place de NAP de qualité, et que dans ce contexte, la mise en place des rythmes scolaires n’avait aucun intérêt pour nos enfants et que nous nous y étions opposés en l’état.

Si nous pouvons mettre en place des actions permettant d’améliorer les choses, nous souhaitons évidemment être intégrés à toute réflexion pour contribuer aux mieux-être des enfants.

En espérant que vous voudrez bien et pourrez réagir assez vite sur les 3 points prioritaires dont le plus urgent est d’avoir une solution pour les parents qui travaillent. Certains enfants ne sont pas allés à l’école ce mercredi car aucune solution n’était en place et les parents n’avaient pas d’autre choix. Personne ne peut préconiser, accepter ou comprendre que des adultes responsables, dépositaires de l’ordre public pour certains, puissent approuver la perte d’heures de cours dans une ville française au 21ème siècle.

Nous avons toujours confiance en vous, votre équipe municipale, et en vos services municipaux pour travailler dans l’intérêt de tous les habitants de Limeil-Brévannes et pour ne laisser personne dans une situation de blocage.
Ċ
Stéphane Rabany,
10 sept. 2014 à 14:03