contrepeteries

Pour peu que nous soyons émus ou surexcités, pour peu que langue vienne à nous fourcher et que nous commettions en parlant ce que les pédants appellent un lapsus linguae - Une glissade de la langue - nous serons alors devenu l'auteur involontaire d'une contrepèterie. La cuisinière qui annonce : " J'ai mis au four une tapisserie ! " (au lieu d'une " patisserie " ) - l'amoureux timide qui déclare en tombant à genoux de sa belle :  " Je donnerais ma vie pour un mou de veau ! "  ( au lieu de :  " pour un mot de vous " ! ) - ou le comédien qui entre en scène et ordonne, superbe : " Trompez, sonnettes ! "( à la place de : " Sonnez, trompettes ! " ) ont inconsciemment fabriqué la contrepèterie qui provoquera un éclat de rire à leurs dépens.
 
Nota à l'attention de ceux - et de celles - qui ne seraient pas familiers de cette technique, je me bornerai à indiquer en caractères de couleur différente, les lettres, les syllabes, ou les mots à intervertir.
 
Empressons- nous d'affirmer qu'il n'est de véritable contrepèterie que volontaire, car la parfaite réussite en ce domaine nécessite, pour devenir un art, la maîtrise que seul un long entraînement procure.

Nous définirons sommairement la contrepèterie comme l'inversion, au sein d'uns phrase d'apparence volontairement anodine, de deux lettres, de deux syllabes ou même de deux mots, de manière à obtenir une autre phrase, gaillarde et drôle, celle-là !

Ce jeu - car s'en est un - est aujourd'ui d'une étonnante jeunesse et d'une incontestable actualité en dépit de ses bientôt cinq siècles d'âge. Eût-on songé à démanteler la Bastille il y a deux cents ans de cela, si l'on ne s'était d'abord fait mla main sur les mots ?

C'est, en effet, le bon maître et docteur François Rabelais ( 1494-1553 ) qui passe pour avoir été l'inventeur de ce procédé qu'il nommait antistrophe :

"[ Panurge ] disoit qu'il n'y avoit qu'un antistrophe entre femme folle à la messe et femme molle de la fesse; " ( Pantagruel, XVI. )

On trouve, dans l'oeuvre de Rabelais, de nombreuses illustrations de ce procédé.

J'ai, du reste, dresser une liste de contrepèteries, dues à des hommes et des femmes célèbres, à partir du numéro 800.
 
Quelques docteurs de l'Eglise n'ont pas hésité à attribuer la première contrepèterie connue à Bernard de Clairaux ( 1090 - 1153 ), plus connu sous le nom de
Saint Bernard : O Beata Solitudo...

C'était une simple remarque sur l'historique de la contrepèterie. Je vais me borner sur site, uniquement aux contrepèteries en français.

C'est à l'époque d'Estienne Tabourot ( 1547 - 1590 ) ,qui se fit l'historien de ce jeu de lettres, que l'appellation " contrepèterie " apparu.

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, le contrepet, aussi appelé ainsi, connut une éclipse totale, ce qui lui permit sans doute de prendre des forces pour effectuer au XIXe siècle une réapparition fracassante.

En cette période souriante entre toutes pour la profusion d'humoristes et de gens d'esprit qui s'illustrèrent, la contrepèterie retrouva une jeunesse et un brio qu'elle a conservé jusqu'à nos jours. Vous trouverez, comme je l'ai indiqué plus haut, une liste non exhaustive des exemplaires les plus célèbres.
C'est en 1934 que parut l'ouvrage qui, de nos jours, fait encore autorité en la matière, enfin jusqu'à la création de ce site !!! Je plaisante, bien sûr. Je voulais parler de La Redoute des contrepèteries, dû à l'imagination de Louis Perceau.

C'est un véritable somme où sont répertoriés tous les grands classiques actuels du contrepet. Avant de vous livrer un bouquet des plus réussis, il est utile de rappeler, à l'usage des néophytes, un certain nombre de règles qu'on pourrait appeler...
 
Du bon usage du contrepet

1. La contrepèterie est un art essentiellement oral.

Bien qu'il soit recommandé pour élargir son répertoire de consulter les recueils spécialisés, le véritable plaisir est d'échanger des contrepets avec un ami. Pour atteindre à une plus grande efficacité, la contrepèterie demande même le concours de trois personnes : celle qui dit le contrepet, celle qui le comprend et celle à qui la signification cachée échappe complètement, le plaisir des deux premières étant décuplé par l'incompréhension de la troisième.

2. La contrepèterie est-elle un divertissement masculin ?

De même qu'il existe en physique deux sortes de forces, l'une centripète qui tend à ramener un corps vers le centre, l'autre centrifuge qui l'incite à s'en éloigner, de même l'intelligence humaine semble se répartir selon deux structures opposées : le cerveau contrapétique, irristiblement attiré par la dislocation des mots, et l'inaptitude contrafugique de ceux qui, hermétiques à cette gymnastique, choisissent de s'enfuir. Bien que le patronage du contrepet soit dévolu à une femme - comtesse de surcroît - l'observation courante permet, sans recours aux sondages d'IPSOS ou de la SOFRES de constater que l'art du contrepet attire les hommes de préférence aux femmes.

3. La contrepèterie est le langage codé d'un société secrète.

Sous un masque convenable et on ne peut décent, une phrase gaillarde se dissimule. dans une société quindée, l'impression délicieuse d'un encanaillement contrôlé n'est pas le moindre des charmes de l'exercice.
Un interlocuteur à l'oreille attentive peut, sans trop de difficulté, reconnaître qu'il y a du contrepet dans l'air. D'abord, ses soupçons seront mis en alerte par le sens, teinté d'une vague hermétisme, d'une phrase entendue. Ils pourront se trouver confirmés par l'instant de silence souriant et légèrement interrogatif qui la suit - à peine le temps de fermer les guillemets. C'est ainsi qu'un contrepéteur habile parvient à tâter le degré d'initiation de son auditoire et à s'y découvrir des complices.

4. La contrepèterie ne doit jamais être traduite.

La contrepèterie est drôle en ce qu'elle recèle, derrière le masque de la bienséance, une phrase triviale à l'état virtuel. Aussi longtemps que celle-ci reste inexprimée, elle provoque une intense jubilation chez les initiés. Traduite, elle n'est plus qu'une phrase grossière parmi d'autres.
 
L'album de la Comtesse

Avant de quitter ce préambule relatif aux contrepèteries, je me garderais de passer sous silence l'album de la comtesse. En effet, chaque semaine, Le Canard Enchainé publiait, du moins jusqu'à la fin des années quatrevingt, une rubrique de contrepèteries intitulée " Sur l'album de la comtesse Maxime de La Fontaine ".

Pendant un bon quart de siècle qu'existait la rubrique, les lecteurs se sont interrogés sur l'identité de cette fameuse comtesse qui contrepétait à ravir. Des personnes bien introduites étaient en mesure de révéler qu'il s'agissait à l'origine d'une comtesse authentique, une irlandaise superbe qui avait épousé en légitimes noces le comte Maxime de La Falaise. Histoire d'enquiquiner son hobereau de mari de qui elle était en train de divorcer, elle avait autorisé  Yvan Audouard à baptiser de son nom la rubrique de contrepèteries dont il était responsable. Il est utile d'ajouter que la comtesse ignorait jusqu'au terme même de contrepet
 
La rubrique, après Yvon Audouard, fut tenue par le dessinateur Henri Monier, puis par le mathématicien et humoriste Luc Etienne. Celui-ci fut assisté dans cette lourde tâche par les envois des lecteurs  du Canard et plus particulièrement par ceux d'entre eux qui devinrent les disciples du Maître : Jacques Antel, d'abord, qui publia en 1975 un recueil intitulé, bien sûr : Le Tout de mon cru ( comprendre qui voudra ! ), et par Joël Martin, physicien de haut niveau au Commissariat à l'énergie atomique, qui, en 1984, à la mort de Luc Etienne, a repris le flambeau. Il est également l'auteur de l'Art de décaler les sons, un livre dans lequel il enseigne, grâce à une méthode inspirée du Rubik's cube, ( Au fait, vous voulez jouer au Rubik's cube en ligne, cliquez ici  ) les recettes permettant de réussir de savoureux contrepets.
 
En 1988, il a repris dans un nouveau tome de Sur l'album de la comtesse les 2 800 contrepèteries - dont 500 inédites - parues dans Le Canard enchainé de 1979 à 1987 ( Albin Michel éditeur ).*

Décidément, il s'en faut de peu que j'en dise de belles dans cet exposé qui, hermétique aux yeux innocents, n'offencera pas, je l'espère,  la pudeur ni la morale.

Comme l'aurait dit le philosophe s'il avait su l'art de contrepéter : il faut savoir prendre les choses en riant !

Le contrepet, disait le grand Luc Etienne, est " une école d'irrespect ". On y  apprend à ne pas respecter grand-chose, c'est vrai. Mais c'est également une université où tous les sujets sont abordés :

Quant aux esprits chagrins , je me bornerais à les envoyer à cette contrepèterie belge, qui me plait particulièrement : Il fait beau et chaud. J'en profite, au passage pour saluer nos amis d'outre-Quiévrain.

Foin de la théorie ! Comme le mouvement, le contrepet se prouve en marchand :

Ca y est, vous êtes prêts à découvrir plus de 1 000 contrepèteries , dont certains sont extraits de La Redoute des contrepèteries de Louis Perceau. Pour ce faire, cliquez sur ce lien, et bon surf...
 
Après le préambule, je tenais à vous donner la définition d'une contrepèterie trouvée dans le Petit Larrousse Illustré. Il dit ceci : n.f. (de l'anc. fr. contrepéter, imiter par dérision). Interversion plaisante de lettres ou de syllabes dans un groupe de mots. (Ex. : trompez, sonnettes, pour sonnez, trompettes.)

En fait, un contrepèterie est une permutation de lettres ou de sons à l'intérieur d'un groupe de mots, donnant à celui-ci un nouveau sens, généralement humoristique, voire grivois, même très très grivois. D'ailleurs, je vous prie de m'excuser d'avance !!!

Pour trouver l'astuce, il est donc souvent nécessaire de réfléchir quelques instants.

Si vous en connaissez d'autres qui ne figurent pas ici, vous pouvez me les envoyer, en cliquant sur le bouton " Envoyez-moi un e-mail " placé ci-dessous. Je complèterai cette liste, merci d'avance.

Pour vous aider, j'ai modifié la couleur des lettres ou des groupes de lettres à permuter. Alors, amusez-vous bien !
 
001 - Couper les nouilles au sécateur.

002- La cuvette est pleine de bouillon.

003 - Une barette de shit.

004 - C'est long comme lacune.

005 - Avoir le choix dans la date.

006 - Il fait beau et chaud ( Contrepèterie belge...évidemment ) Déjà citée en préambule

007 - L'explorateur enfourne dans ses caisses le produit de mes fouilles.

008 - Au Moyen-Age, les demoiselles gardaient toujours leur coeur pour le vaincu.

009 - Il courait tant de buts divers, qu'il en perdait sa belle mine.

010 - De manière générale, le fard plait aux dames.

011 - Venez faire des escalopes avec une belle salade.

012 - Pour aller au but, il faut essentiellement du courage.

013 - Le marin a été obligé d'enfumer sa cale.

014 - Une femme a été ensevelie sous des piliers de mine.

015 - Marco Polo est arrivé à pied par la Chine.

016 - Le couturier secoue les mites de ses habits.

017 - Le pape préfère les pétales ris.

018 - La jeune fille contemple le plant qui vient de Guinée.

019 - Supermann a une bouille incroyable.

020 - Les parasites lui brouillent l'écoute, surtout s'il a une panne de micro !

021 - Les jeunes filles aiment le tennis en pension.

022 - Taisez-vous en bas !

023 - Le chasseur a eu le sanglier .

024 - L'Afrique est bonne hôtesse.

025 - Avez-vous déjà aperçu le linge qui sèche ?

026 - Glisser dans la piscine.

027 - Les ingénieurs  brassent le béton à la tonne.

028 - Votre père a l'air mutain.

029 - Cabine treize.

030 - Le plan de Gaulle brise le coeur de Massu.

031 - Quel beau métier professeur !

032 - Son engin sent le calvados.

033 - Les mutins passaient la berge du grand ravin.

034 - Le cuisinier secouent les nouilles.

035 - Après le match, il faut brancher les lampions.

036 - Le berger écarta les biches et découvrit le petit mouton, bien calé entre les deux  chèvres.

037 - Trahis par les élus de son camp, le ministre est éculé en finance.

038 - Pioline a un tennis prévisible.

039 - La comtesse à un clerc qui lance des écus.

040 - Elle tricote des pulls pour personne.

041 - Les nippons contribuent au redressement de la Chine.

042 - J'ai les jambes en ton : j'ai causé debout toute la nuit.

043 - Bernard Tapie n'a pas toujours bonne presse mais s'y connaît en foot.

044 - Ce polisson est inquiet.

045 - Voulez-vous que je vous envoie dans la culture ?

046 - Y'a une tourte aux cailles.

047 - Tentacule.

048 - Remettez-moi les quilles de nouveau !

049 - Y'a un panne de micro dans la pièce du fond.

050 - Les canicules s'emballent.

051 - Le magasinier empile des petites culottes.

052 - Le Caire est noir de mûres.

053 - J'aime, au sortir du camp, une longue pêche sous-marine.

054 - Henri a été maculé de boue.

055 - C'est pas un métier de faire du ciné.

056 - Cette graille me coûte beaucoup.

057 - La jouvencelle glisse dans la piscine.

058 - Mon oncle perd courage devant les amas de patentes.

059 - Soldats, brûlez vite ces camps !

060 - La femme du capitaine a fait mander la marin à bord.
 
061 - La bonne épouse connaît son dû.

062 - J'ai du tracas jusqu'au cou.

063 - La malheureuse s'est tordu l'humérus.

064 - Marinières, laissez les péniches !

065 - La duchesse n'est pas une femme à découper la biche en trente.

066 - Il faut retrousser la culotte pour enfiler les patins.

067 - La bergère s'amuse à voir passer ce pitre.

068 - Le préfet de Nîmes voudrait plus d'écus pour son Gard.

069 - La marquise lavait son caleçon de satin..

070 - Voici le t_out de mon cru !

071 - C'est la discorde dans un ménage quand le beau-père est b_ouilleur de cru.

072 - La jeune Marion m'a fait un beau papier.

073 - Le marin embrasse la Marion sur le quai.

074 - J'ai vu la population laborieuse du Cap.

075 - Le prieur a tiré son capuce devant le préfet.

076 - Le maniement réitéré des fonds multiplie les mouvements de caisse.

077 - Voulez-vous Mademoiselle, des nouilles encore ?

078 - Il est émouvant de voir le pétardier derrière le char.

079 - La mariée partit avec un grand salut à la noce.

080 - Le touriste admire l'écusson de la Suisse
 
081 - Le député réservait au sénateur une belle collection de piques.

082 - Rien ne plaît au matin comme un bon coup de Byrrh.

083 - Il ne faut pas juger la pichet sur la mine.

084 - Si vous voulez qu'elle goûtent, donnez-leur donc des flans.

085 - Le clerc de notaire n'arrive pas à atteindre son but.

086 - Le champion jette avec puissance.

087 - Le vigneron mettrait le doigt entre les deux caisses pour boucher le trou du fût.

088 - Méfiez-vous des dons coûteux !

089 - Le chasseur sous-marin recherche des fonds curieux.

090 - Tarzan caressait le jonc de sa canne.
 
091 - J'ai le nom de la russe sur le bout de la langue.

092 - Allons ma fille, esuie ça vite et bien !

093 - Le facteur ne veux pas qu'on chipote quand il trie.

094 - La jeune paysanne rêve devant un beau vendeur.

095 - La physicienne a un poids qui vaut plus d'une dyne.

096 - Le maire s'exerce sous la flotte.

097 - Les cardinaux ne jettent guère l'habit rouge aux orties.

098 - La bergère longe le verger jusqu'à la berge.

099 - La cantinière met son quart au trou du fût.

100 - Tu n'as que des petits pois pour diner ?
 
101 - L'éditeur aimerait que son bouquin rende.

102 - Le jeune homme veut diner en pensant.

103 - Ah, Madame, quel site à votre balcon !

104 - Ah, Monsieur, quel site à votre balcon !

105 - Cette dame jouit d'un nom bien côté..

106 - la cantinière porte une grosse d'oeufs au camp.

107 - Les vastes fouilles n'ont donné que de vieux coutres.

108 - Le marchand avait lésé la paysanne en lui retirant sa biquette.

109 - A l'idée de voir la Chine, la jeune fille est envahit d'une étrange pâleur.

110 - Il est défendu de scier dans le chantier.
 
111 - La petite nonne admire les grands boeufs.

112 - La baronne se réchauffe avec un feu de poutres.

113 - A quoi bon me pousser pour que je vous trompe ?

114 - Prenez toujours l'échelle par le bas !

115 - La fermière a une poule qui mue.

116 - Accroupie sur la chaise, la cuisinière se réchauffait le bras.

117 - Le bouffon de la reine est travaillé par une catarrhe.

118 - la préfète se réjouit de passer des landes au Gard.

119 - la jeune fille était abusée par les Mythes.

120 - Cet enfant de Paris s'est éfféminé.
 
121 - Je donnerais bien ma paie pour avoir votre rubis.

122 - La bigote a vu pivoter le sicaire.

123 - Le banquier racole des fond véreux.

124 - Le forgeron empilait son vieux fer dans l'arrière-boutique.

125 - On ne nettoie pas son lit au savon.

126 - La petite indienne lavait le pis de la vache.

127 - Les enfants de Paris son minables, il serait bon de ne pas les quitter.

128 - Il faut de fortes bottes aux dames de  la Piste.

129 - Le garagiste a des câbles rouillés.

130 - Les enfants s'amusent avec des piles de btes.
 
131 - Le paysan regarde pousser les épis

132 - Ne ménage pas ta peine pour secouer la litière.

133 - Dès que l'on touche à son petit banc, l'enfant boude.

134 - Le sage montre son dos aux goguenards.

135 - Aujourd'hui petite Marion, combien rapporta votre quête ?

136 - C'est à l'ami que j'offre mon vin.

137 - Admirez donc l'écaille de mes moules !

138 - Ramonez-moi cette valve à fumée !

139 - Les gueules noires portent leur pain à la mine.

140 - Les femmes se font vite à la vie de butte.
 
141 - Chez la femme, le cou est bien près du tronc.

142 - En quittant le quai, le soldat réclama un bidon.

143 - Les propiétaires de Bordeaux ont de magnifiques hôtels.

144 - La travailleuse ne rougit pas d'un cal fécond.

145 - L'abbé a bien de la peine a tirer un écu de son tronc.

146 - La mortadelle fut attaquée par les Scipions.

147 - Ne restez pas dans ce chambranle si vous voulez qu'on se barre !

148 - Ne laissez pas décider ce bandit !

149 - Ma belle-mère est enchantée des rossignols du caroubier.

150 - La commerçante a un horrifique bénéfice.
 
151 - Le chirugien amputa une jambe.

152 - La servante revient de la ferme pleine d'espoir.

153 - La comédie nous enseigne à détester nos ridicules

154 - Que de fous dans ce comptoir !

155 - c'est dans les vieux pots qu'on fait la meilleure compote.

156 - Les professeurs ont admiré le factum du recteur.

157 - Monsieur l'abbé, convertissez mon père !

158 - Cet oiseau aime bien mettre son nid entre deux bouchons.

159 - La sainte nitouche trouve les plus petits délits vicieux.

160 - Vous avez une bien belle gerbe, Ovide !
 
161 - Retirant le quart de son dû, il en perdait sa belle mine.

162 - A l'auberge du Congre Debout, j'ai humé des rillettes en fût, j'ai aimé l'escalope
sur une belle salade, j'ai dégusté les C_ôtes du cru et je me suis délecté d'une
vielle fine sans dépôt.

163 - A l'hôtel du Bon Coucher, j'ai apprécié la poire à la fine et j'ai goûté un vieux marc
          très doux.
 
164 - Quelle admirable beauté de site !

165 - Le cardinal tient à être curé pendant l'élection.

166 - La jeune fille agace les roussettes avec des bouts de pain.

167 - Le maire de Riom a toujours de belles élections.
 
168 - Il faut être peu pour bien dîner.

169 - Le petit camp n'est pas désagrable à la longue.

170 - Ne montrez pas votre génisse aux puristes !

171 - Comment peux-on dîner avec si maigre part.

172 - L'aviatrice a pendu son fuselage à la cime du pin.

173 - Quand je laisse travailler ma bile, je me sens détesté et quand je suis saoûl, je n'ai
          plus de remords.

174 - Monsieur, goûtez donc cette farce !

175 - Les lièvres n'aiment guère la ch_asse.

176 - Virginie prend les bols.

177 - Si j'étais papier, j'aimerais les poncifs.

178 - les meilleures pages se font à l'usine.

179 - On peu s'orienter à la faveur d'une sente.

180 - Plus elles mentent et plus elles se souillent.
 
181 - La fée la plus aimante a toujours la faveur du ciel.

182 - Admirables folles, il ne vous manque que la paresse !

183 - La poétesse aime les vers belges.

184 - L'ordonnance du capitaine secoue sa caissette jusqu'au camp.

185 - Les polytechniciens s'en lèchent dans leurs calculs.

186 - Les normaliens se battaient autour des turnes.

187 - Les élèvent voudraient tous avoir un dix à leur composition.

188 - Le jeune existentialiste se prête au jeu du néant.

189 - Soldats, c'est en dressant vos parts que la cantinière s'est souillé les mains !

190 - Elle hésitait à dévoiler son but devant tant de candeur
 
191 - L'enfant du ché serait-il mythomane ?

192 - Trop de chaleur rend les frites ébénées.

193 - De vieux messieurs bedonnant s'évertuaient sur leurs frites.

194 - Donnez un bon coup de batte à ce Démocrite.

195 - Les constructeurs du chemin de fer tirèrent leur _ rampe dans la craie.

196 - Les Miss béent devant les péniches.

197 - Le Président trouve toutes les baisses faisables.

198 - L'abbé confesse l'épicier.

199 - Le vieux sauteur s'accroche au record du bond.

200 - Il vaut mieux ne pas trop allaiter la biche
 
201 - L'étudiante travaille les mots grecs.

202 - Ne poser jamais votre dos sur le billard.

203 - Ca m'a tout l'air d'un poids ferreux.

204 - La Rosière songe à la mine orgueilleuse du père.

205 - Il est défendu aux dames patronesses de quêter sur un pliant.

206 - L'Ecole de Saumur vante ses bons côtés.

207 - Il y a deux sortes de gendarmes, les courts et les longs.

208 - Les jeunes filles n'aiment guère qu'on leur fasse pénétrer les voies de Dieu.

209 - La bonne ménagère bouche les trous de mites.

210 - L'ouvrière est passive devant linotype.
 
211 - Les fidèles de Chartres aiment les Cénobites.

212 - Après les douilles, les chasseurs ont vidé les carafons.
 
213 -  La pauvre femme se tordait les mains devant le sinistre.

214 - Adjudant, faites bosser l'appel
 
215 - Je trouve que Mâcon a un drôle de nom.

216 - Quel dommage de laver pareille robe à l'usine !

217 - L'ânesse a le feu au derrière.

218 - Marquise, je vous confie la chasse.

219 - Il n'y a pas de cesse dans cette profession.

220 - Cette décharge de foudre m'a enlevé toute ma poutre.

221 - L'amoral a des qualités.

222 - Les danseurs exhibaient des corps arsouilles.

223 - Voyez donc ces bulles qui sortent de votre valves !

224 - La fermière a des nichoirs en forme de pont

225 - Si tu ne manges pas mon chou, je ne toucherai pas à tes cailles.

226 - Il y a des résidus de pierre dans la saline.

227 - L'oiseleur se débrouille pour montrer l'appeau de ces cailles.

228 - Quelle femme résiste à l'appel de Claudine ?

229 - Le jus de sapin_apaise mon angine.

230 - Campeurs, il faut que vous quittiez ces bâches !
 
231 - Méfiez-vous de la tulance du flateur !

232 - L'hôtelier a étalé ses carpettes sur la route.

233 - Le professeur vante la Constitution.

234 - Votre compère a l'air d'un saint.

235 - Ces satins de jeunes mariés sont pudiques.

236 - Tu ne peux pas te passer de vaccin dans les régions ou tu es !

237 - Le pêcheur approcha sa conquête du quai.

238 - Quand elle a ses affaires, l'avocate ne veut pas  de consoeur dessus.

239 - Que de peine me fait votre malice !

240 - Il faut au général un troupier pour forcer le pont
 
241 - Grand-père, avez vous de le mousse à la pistache ? 
 
242 - Le petit vicomte montre sa civilité de façon virile.
 
243 - Le général devint pâle à cette nouvelle subite de l'action.

244 - Le médecin n'aime pas que l'infirmière parte pendant les ventouses.

245 - La vieille négresse réussit à se nicher dans ses torchons.

246 - Claudel, voilà une chose qui me fait bien prier !

247 - L'architecte donnerait toutes ces vieilles briques pour une belle lucarne.

248 - Ne confondez pas la fine et l'épaisse.

249 - J'aime quand les Russes sont en te.

250 - Le capitaine redoute les proues qui tuent. 
 
251 - Voulez-vous compter mon tas ?

252 - La douane israélienne n'admet pas les préposés russes.

253 - Il court, il court, le furet.

254 - Voilà encore deux pinsons de nichés !

255 - Je regrette que ce balcon saille.

256 - Je gémis sans pouvoir lutter.

257 - Venez-voir les chambres illuminées !

258 - Le faune aime prendre la flûte de Pan.

259 - La duchesse voudrait voir des groupes de cailles.

260 - Le général sait reconnaître le cri d'un bonne population. - Voulez-vous 
compter
          mon tas ?

261 - Ce n'est pas en tissant qu'on fait des éperons.

262 - L'abbé ne supporte pas la laideur quand il est en curé.

263 - Affaissant subitement son broc, le garçon laitier mouilla les fiches de la dactylo
          et chuta dans la jatte.

264 - Cette crique m'a procuré plus d'une bonne trempette.

265 - Le jardinier a placé sa belle serre entre les pins.

266 - Le Pied-Noir a fait souche dans le Midi.

267 - Le peintre a mis le couchant en valeur.

268 - Le campeur découvre des tentes à foison. 

269 - L'étudiante constate la raideur des berges de visu.270 - Cet engin à roulettes est-il décapotable ?

271 - Tricotez-moi ce poncho !

272 - Votre pose a raidi l'échine.

273 - A vouloir aller plus vite que le son, vous risquez de vous briser la mique.

274 - L'abbé se dresse en chaire devant ces colonnes.

275 - Cette agitation de novembre accroîtra encore notre malheur.

276 - L'évêque présente le néophyte puis l'abbesse.

277 - Rien n'est trop beau quand il s'agit de grandeur.

278 - Le plomb est bien côté.

279 - Il n'est pas difficile de mettre les chèques en valeur.

280 - Le gros Bob ne voulait pas sortir de la zone.

281 - La Chine est toujours attirée par le Pakistan.

282 - Il faut rassembler beaucoup de fonds pour former des cliques.

283 - La petite indienne caresse la patte de la biche.

284 - Le président veut des calotins pour députés.

285 - L'évêque rentre la bête dans l'écurie.

286 - Chaque fois que j'attrape l'angine, je pèle.

287 - Votre recteur est un grand bonhomme !

288 - Si vous êtes mariés, vous vous plairez à Bandol.

289 - Ce camp a été victime d'un coup de semonce.

290 - La cantatrice passa toute en brillants.

291 - Les demoiselles aiment que le vent caresse leurs vitres.

292 - J'aimerais prendre mon thé avec ces deux piétons.

293 - Ce n'est pas quand vous chez les élèves qu'il faut leur parler de la lecture.

294 -  Cette vieille terre est grande ouverte aux militantes.

295 - Ne parlez pas de paix au grand Condé !

296 - La romancière ne veut pas cher le lecteur.

297 - Le marmiton veut goûter la sauce.

298 - Un vieux contrôleur n'a pas de vassal.

299 - Avant de mettre mon ampoule à la douille, j'ai commencé par brancher son culot.

300 - Le volume de vos tresses m'empêche de voir le foot-ball.
 
 
 
PROFITEZ-EN, VOUS AVEZ ENCORE 4 PAGES A VISITER...
 
 
Vous n'avez pas trouvé la solution à certaines contrepèteries, n'hésitez pas à m'interroger, en cliquant sur la BAL ci-contre, je me ferai un plaisir de vous  répondre !   

Voilà, au départ, quand j'ai décidé de réaliser cette rubrique dédiée aux contrepèteries, je m'étais fixé un objectif de 1 001. Mais c'était sans compter sans la sympathie d'un très grand nombre de visiteurs qui m'en envoie. J'ai donc pris la décision de continuer. Mon nouvel objectif n'est pas d'arriver à 2 002, mais d'y tendre. Aussi, je compte encore sur vous pour m'aider à complèter cette liste non exhaustive. Il vous suffit de m'envoyer un e-mail en cliquant sur l'animation ci-contre. D'avance, merci et à bientôt...

Si vous aimez les contrepèteries, cliquez sur les liens suivants pour les visiter, je vous les conseille fortement : delhumour.net, mots-de-tete.com et duhamal.bz.


Si ce site vous a plu, n'hésitez pas à me contacter pour me faire part de vos remarques et suggestions. Pour ce faire, cliquez sur le lien suivant " Envoyez-moi un e-mail "  .