Format des Livres

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




 format des feuilles de papier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 





























 

 

 

Manuscrit du 13e siècle avec gloses et annotations


 

Quelques exemples de page de titre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Modèle d'imposition in octavo

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 La préparation de l'imposition

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Format 

 
Un livre est généralement rectangulaire dans le sens de la hauteur, il peut l’être aussi dans le sens de la largeur (format oblong ou à l’italienne).
 

 Le format d’un livre s’exprime rarement en centimètres mais plutôt en fonction du pliage de la feuille fournie par le papetier à l’imprimeur.
 

 La grande feuille non pliée sur laquelle on imprime 2 pages est dite «in-plano».
 

 Une feuille pliée en deux (4 pages) donne un format «in-folio» (environ 50 cm),
une feuille pliée en quatre (8 pages) est un «in-quarto» (in-4) (environ 30 cm),
en huit (16 pages) est un «in-octavo» (in-8) (moins de 25 cm).
 

 On trouve aussi des formats «in-douze» (in-12), «in-seize» (in-16), «in-vingt-quatre» (in-24), «in-trente-deux» (in 32).
 

 À noter que la dimension des feuilles, donc celle des formats, a évolué au cours des temps, ou selon les lieux, en fonction de l’industrialisation de la fabrication du papier. 

 

 

 

Table de correspondance des formats de papier en cm

Nom des feuilles in-plano in-folio in-4° in-8° in 16° in-18 °
Colombier 84 x 61 61 x 42 42 x 30,5 30,5 x 21 - -
Jésus 70 x 54 54 x 35 35 x 27 27 x 17,5 17,5 x 13,5 18,5 x 11,5
Raisin 64 x 49 49 x 32 32 x 24,5 24,5 x 16 16 x 12,5 16,5 x 10,5
Coquille ou carré 56 x 44 44 x 28 28 x 22 22 x 14 14 x 11 14,5 x 9
Ecu 40 x 52 26 x 40 20 x 26 13 x 20 11 x 13 13,3 x 8,6
Couronne 36 x 46 23 x 36 23 x 18 18 x 11,5 11,5 x 9 12 x 7,7

 

 

 

In folio

L'espressione latina In folio, tradotta letteralmente, significa nel foglio.

 

 «in-quarto»  (=8 pages)

 

 

 

È un termine tecnico dell'editoria: si intende indicare un libro i cui fogli di stampa sono stati piegati una sola volta in modo da avere quattro facciate. Le dimensioni in altezza della pagina possono variare da 30,49 cm e 38,1 cm.
 

 La tiratura, per l'alto costo che il libro presenta, è normalmente limitata a pochi esemplari.

 












La mise en page de l’imprimé naissant, l’incunable*, copie celle du manuscrit : même présentation en colonnes pour les grands formats, les commentaires (la glose) en petits caractères entourant le texte principal lorsque c’est nécessaire. Ce principe du texte glosé disparaît au cours du 16e siècle.

 

 

*du lat. Incunabulum = berceau, un ouvrage datant des débuts de l’imprimerie, paru avant la fin de l’année 1500

 

 

 

 

 

 


Les paragraphes tels que nous les connaissons aujourd’hui n’existent pas dans les incunables (15e siècle), ni même dans certaines éditions du 16e siècle. En tête du livre ou du chapitre un espace blanc est réservé à l’initiale ornée, suggérée par la «lettre d’attente». Dans le corps du texte c’est le «pied de mouche» qui marque les paragraphes.

 

 

 

 

 

 

 



La page de titre voit le jour de façon progressive.
Les manuscrits médiévaux comportaient rarement une page de titre ; il en est de même pour les premiers imprimés. Par souci de protection, on laisse souvent le premier feuillet en blanc. Puis on voit apparaître un titre bref, en une ou deux lignes, dans la partie supérieure de la page, le blanc disponible au-dessous étant occupé par une illustration qui peut être la marque du libraire. La date manque souvent et la page de titre ne devient complète qu’au 16e siècle.



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les nouvelles mises en forme

 

 

 

 À partir de 1525, la mise en page s'organisa selon de nouveaux modèles destinés à améliorer sa conception et sa lisibilité.

Le choix du format et de l’imposition fut l’une des premières règles que s’imposa le livre en employant surtout ceux dénommés regalis et médian.
On institua divers modes de pliure qui déterminèrent ce que nous appelons l’imposition, c’est à dire le placement exact des pages dans la forme destinée au tirage, de manière que, après pliure du papier, chacun tombât à sa place.



 

 1) pour faciliter le travail des relieurs :
- la réclame, mot imprimé sous la dernière ligne de l’ultime page d’une feuille et qui constitua le premier mot de la page suivante.

- la signature, lettre placée au bas de la première page de chaque feuille pour fixer la position de celle-ci dans le livre, les autres feuillets de chaque feuille reproduisant la lettre, accotée d’un chiffre, et cela jusqu’au feuillet précédant le centre de la feuille.
Aux origines cette signature était manuscrite, mais dès 1450, on la trouve imprimée;


2) pour aider le lecteur dans le maniement de l’ouvrage : le titre courant qui se reproduit de page en page jusqu’à la fin du livre ; la foliation ou numérotation de chaque feuillet au haut de la page recto, cette foliation étant en général, manuscrite au 15e siècle ; la pagination ou numérotation moderne à chaque page du livre.