Accueil

Bienvenue sur le nouveau site de géographie
consacré à l'analyse de "la ville en guerre" !

 

 

Le site "Géographie de la ville en guerre" est en cours de déplacement vers cette nouvelle plate-forme, offrant des contraintes techniques moins grandes. Les pages seront complétées progressivement, et l'ancienne plate-forme sera maintenue. En attendant, n'hésitez pas à consulter l'ancien site et le blog (plus actif) !
 
 
Pour compléter ce site, je mets en ligne un blog (depuis août 2008), qui cherche à apporter des compléments à tous les articles, diaporamas de conférence et autres documents proposés dans ce site. Toujours consacré à la "géographie de la ville en guerre", il s'agit d'analyses courtes, qui ne sont pas liées à des normes de publication, et permettront de mettre en place un système de commentaires, afin de prendre en compte vos avis. "ographie de la ville en guerre, le blog".

 

 

La ville en guerre est une thématique encore peu abordée par la géographie, si ce n'est dans l'étude de cas particuliers. La volonté de réflechir à cette notion de manière systémique et de dresser un portrait des grandes problématiques des villes en guerre, par-delà les continents, est née d'une constatation simple : aujourd'hui, la guerre se déroule de plus en plus dans les villes. Et même lorsqu'elle ne s'y déroule pas directement, la ville est affectée par la guerre, par le biais de la dérégulation de son économie et de l'arrivée massive de déplacés ruraux, venus des zones de combats. Une thématique qui reflète donc les questions que se posent aujourd'hui la géograpie urbaine : au-delà des destructions matérielles (qu'il ne faut pas négliger bien évidemment !), il est nécessaire de comprendre les diverses fragmentations qui naissent ou se consolident dans la ville en guerre.

Fragmentations sociales (entre catégories socio-économiques), fragmentations communautaires (entre groupes ethniques, religieux et/ou linguistiques), fragmentations politiques (entre modérés et radicaux)... Et de comprendre les manipulations de l'histoire, les discours politiques, les enjeux "cachés" et les instrumentalisations de l'appartenance communautaire, pour mettre en exergue les véritables enjeux de la (ré)conciliation. Réconciliation ou conciliation ? Certaines villes en guerre possédaient autrefois un savoir-vivre ensemble (Sarajevo, Beyrouth), certes avec ses limites. D'autres villes étaient le fruit de la division des communautés (Mitrovica) marquée par la pratique d'espaces de vie différenciés. Ce site se propose de vous faire part de mes résultats de recherche, nourris de séjours dans ces "villes en guerre", autour des notions de fragmentations, marginalisation, (ré)conciliation, enclavement... Et également d'apporter une approche géographique sur l'action des militaires français dans ces villes à travers une analyse des échelles et des temps de l'intervention.

Ce site est né de l'envie de mettre en pratique une thèse, et d'offrir des ressources pédagogiques sur le thème de la "ville en guerre". En contact avec de nombreux professeurs d'histoire-géographie en collège et en lycée, j'ai longtemps discuté avec eux de la place de l'enseignement des conflits et de leur désir d'accéder à des ressources leur permettant de dénouer les enjeux des conflits en cours. Ce site s'adresse donc aux professeurs d'histoire-géographie bien sûr, mais aussi à tous les passionnés de géographie et de géopolitique, ainsi quà tous ceux qui désirent un éclairage sur le Kosovo, le Liban et la Côte-d'Ivoire.

Issues de recherches menées à la fois en recherche bibliographique et sur le terrain, les analyses qui vous sont ici présentées se proposent une analyse scientitfique sur "la ville en guerre". Ce site a aussi pour objectif de mettre en exergue la complexité des enjeux politiques, culturels et sociaux dans la ville en guerre, et d'offrir des pistes de réflexion sur la pacification de la ville de l'immédiat après-guerre. Autant d'analyses sur les fragmentations, les lignes de division, l'entre-soi communautaire, la peur de l'Autre... qui attendent avec impatience vos commentaires !  
 
 

Un grand merci à Melles Sophie Latour, Cécile Gintrac et Elsa Alves Dias pour leurs nombreux commentaires dans l'approche pédagogique. Des professeurs d'histoire-géographie qui m'auront beaucoup appris afin d'apporter une démarche pédagogique à ma thèse !

 

Bénédicte TRATNJEK


Beyrouth, entre reconstruction et destruction
Photographie de B. TRATNJEK, prise en avril 2007

 

 

 
Comments