Accueil - Une géographie des opérations militaires

 

Ce site présente un mémoire de maîtrise soutenu en juin 2004 par Bénédicte Tratnjek sur Les opérations militaires en milieu urbain : le cas de Mitrovica (Kosovo). Ce site est un complément du site "Géographie de la ville en guerre" et du blog éponyme, qui présentent tous deux des travaux plus récents dans le cadre d'une thèse de géographie consacrée à une réflexion de géographie politique, sociale et culturelle sur les enjeux de la guerre, le vivre en guerre, les enjeux de la reconstruction et de la réconciliation. L'idée est de metttre en ligne ce mémoire, un peu ancien, un peu naïf (il s'agit d'un mémoire de maîtrise), qui présente tout de même quelques informations recueillies suite à un travail de terrain mené en février et mars 2004 et pose quelques pistes de réflexion sur les interactions entre l'intervention militaire, les rivalités de pouvoir et les logiques de peuplement dans la ville de Mitrovica. Comment naviguer sur ce site.

 

 

Kosovska Mitrovica : une ville emblématique de la division ethnique, religieuse, linguistique, démographique, sociale… qui déchire le Kosovo. La rivière Ibar sert de frontière à cette ville multiculturelle marquée par le rejet de l'autre. Sur la rive nord, les Serbes sont majoritaires. Au sud, ce sont les Albanais. Deux peuples, deux langues, deux comportements, deux histoires… s'affrontent tant dans leurs points communs que dans leurs différences. De plus, de nombreuses petites minorités se regroupent dans des quartiers bien déterminés géographiquement, et ajoutent à l'hétérogénéité de la ville, en plein conflit yougoslave. Les problèmes économiques, sociaux et environnementaux amplifient la haine au cœur de la ville de Mitrovica.

 

Kosovska Mitrovica : une ville "modèle" pour les futurs engagements  interarmées et interalliés en zone urbaine. Les opérations militaires à Mitrovica se sont déroulées en trois grandes phases : l'intervention aérienne par bombardement, le déploiement des forces armées dans la ville, et la mise en place du maintien de la paix. Avec un évident souci de protéger la population civile locale, les militaires sont intervenus en zone urbaine, ce milieu qu'ils redoutent tant. La peur d'un engagement en ville et la sous-estimation de certains facteurs de géographie urbaine ont entraîné des erreurs et des incertitudes lors de l'opération aérienne Allied Force et de l'intervention de la force terrestre KFOR. Néanmoins, les missions à Mitrovica sont fortes d'enseignements pour les militaires appelés à intervenir, à l'avenir, en milieu urbain.

 

Au coeur de la ville et de ses enjeux : un pont, symbole de difficultés qui dépassent le cadre de Mitrovica. Les Balkans regorgent de ponts similaires, potentiels acteurs de futurs conflits. Les militaires assurent jour et nuit la protection de ce pont, en attendant une amélioration des tensions à l'échelle de la ville, mais aussi du Kosovo, voire de la Serbie-Monténégro. Mais ce pont, reflet de la division de Mitrovica, que certains voudraient transformer en pont de la réconciliation, est aussi une menace : un conflit dans une ville où les rancœurs des exactions de la guerre amplifient une haine intercommunautaire ancienne, ne s'achève pas par le simple déploiement de la force armée. C'est pourquoi, chaque relâchement de l'attention pendant des opérations en milieu urbain peut permettre à des tensions sous-jacentes de se raviver. Les nouvelles missions des militaires se font en priorité dans un milieu urbain qui impose un engagement difficile et long.

 

 

Sous-pages (1) : Comment naviguer sur ce site ?
Ċ
Bénédicte Tratnjek,
12 févr. 2009 02:03
Ċ
Bénédicte Tratnjek,
12 févr. 2009 02:23
Ċ
Bénédicte Tratnjek,
12 févr. 2009 02:22
Comments