arrangements

agencements 

a-genre-ments


La narration du genre en question

 

Deutsch

Colloque international et pluridisciplinaire

13 et 14 mars 2009

EHESS / Université Paris 3

Organisé par
Cécile Chamayou-Kuhn (Paris 3)
Patrick Farges (Paris 3)
Perin Emel Yavuz (EHESS)

Accueil

Programme complet
13 mars 2009
14 mars 2009

Télécharger le programme

Participants
Abstracts

Informations pratiques

Contacts


Colloques "Junior"

Conseil Scientifique
EA 4223 – Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone (CEREG)


UMR 8566 − Centre de recherches sur les arts et le langage

Si le questionnement du (des) genre(s) a émergé assez tardivement en France, il constitue l’un des axes fondamentaux d’analyse de la culture et de la société dans la recherche germanophone, souvent plus avancée sur le sujet. Par-delà les contextes nationaux et les traditions universitaires toutefois, l’un des postulats des Gender / Queer Studies est de penser le genre à partir de sa performativité, c’est-à-dire de définir les constructions genrées comme résultant d’actes discursifs, notamment narratifs. Par ailleurs, la parution en français des textes de Judith Butler sur la théorie du genre a lieu alors même que la philosophe aborde une réflexion centrée sur la narration de soi, comme en témoigne la traduction de son ouvrage Le récit de soi (2007). Considérant le « phénomène-retard » propre à la réception française de Butler, il semble opportun de se confronter aux avancées des chercheurs germanophones sur le sujet. Enfin, la question des narrations et de leurs circulations est au cœur de la recherche.

Partant de ce double constat, la présente journée d’étude franco-allemande a pour objectif de procéder à une lecture approfondie de la problématique « genre(s) et narration(s) » et d’interroger les modes privilégiés d’expression du genre (mode ludique, mimétique, expérimental, normatif, subversif, etc.) et de mise en voix narrative. Paul Ricœur signalait déjà que «l’histoire d’une vie ne cesse d’être refigurée par toutes les histoires véridiques ou fictives qu’un sujet raconte sur lui-même. Cette refiguration fait de la vie elle-même un tissu d’histoires racontées». Cette refiguration est alors une manière signifiante pour soi de ré-agencer son récit propre pour les autres, au moyen de masques et – serait-on tenté d’ajouter – de travestissements.

Entrée libre