Presse

CHANSONS

Textes engagés, critiques, acerbes voire railleurs, peinture de la société parfois en parlanghe, touchent au cœur le spectateur souvent surpris d’être jusqu’ici passé à côté d’un tel talent.
- La Nouvelle République, A.Brillaud, mars 2004
 
Passionnée du verbe au point d’avoir conjugué son dernier album au « présent intérieur », l’artiste sait avec talent jouer des notes comme des mots pour chanter le temps qui passe, les gens, le terroir, l’amour, les enfants… Comme Barbara ou Anne Sylvestre, Geneviève Charlot est une vraie poétesse. 
- La Nouvelle République, F.Vincent, mars 2006
 
Touchante interprétation et fraîcheur des mots, de la mélodie et de l’interprétation.
- Chant’Essonne J-P.C.  mai 2006

Quand du silence à la parole, les mots s'harmonisent dans la variété musicale, et une qualité vocale remarquable... Quel commentaire peut-on rajouter ?
J'ai écouté ce disque avec une disponibilité totale et dans un silence complet pour m'en imprégner pleinement.
Ce n'est pas nouveau de souligner que Geneviève est rodée à l'exercice de savoir traduire en chanson ses sentiments, sa poésie, sa sensibilité, son sens de l'observation, son réalisme, son idéalisme, son attachement à une forme de culture locale, et aussi une forme d'humour pour parler des hommes...avec une richesse dans la précision des mots choisis.
Comme au printemps, silence, plus d'hirondelles, message, sont les titres qui ont le plus retenu mon attention.
Discriminer la valeur artistique de ce disque serait tuer une maturité à promouvoir et continuer
à mettre en valeur notre belle langue française...sans mesurer le travail de réflexion qui permet de faire aboutir le plaisir de l'écouter et de le comprendre.

- (Anonyme)

Comme les quatre albums précédents, c’est un vrai petit bonheur à écouter pour qui aime la chanson française pur texte. Des mots et des musiques mêlées, tissées ensemble pour dire et évoquer, avec sensibilité et sérénité, la vie : celle d’une femme celle des femmes. Un regard tendre, amusé, lucide et sensible sur la vie, celui d’une épouse, mère et grand mère comblée, enseignante à la retraite, Poitevine attachée à sa terre et à sa langue natales, une femme de son temps avant tout.
- La Nouvelle République, Françoise Vincent , octobre 2011
LA DAME DE CHAMBRILLE 

Geneviève Charlot a occupé la scène, tour à tour conteuse et chanteuse, dans des registres aussi variés que l’humour et le tragique, que la musique traditionnelle et les rythmes modernes du rap. L’histoire d’un impossible amour telle que l’artiste la campe, montre à quel point la poésie est indispensable à toute existence humaine.
- La Nouvelle République, J-C Pommier, oct  2004
 
« Tour à tour incisive, caustique, provocante et tendre, la voix de Geneviève (…) nous a fait passer une bien belle soirée. Les éclairs de chaleur qui, tard le soir, ont illuminé la forêt soulignent les applaudissements d’un public tour à tour amusé, recueilli et ému. »
- La Nouvelle République, S.Heckly, 31/07/2006