Infos‎ > ‎les INFOS‎ > ‎

La généalogie à l'honneur dans l'édition INFOLILAS d'octobre 2013

publié le 4 oct. 2013 à 04:59 par sylvain oerlemans   [ mis à jour : 15 oct. 2013 à 21:04 ]
Une fois n'est pas coutume, nos activités sont mises en avant ce mois-ci au niveau de la commune des LILAS. L'article du journal est titré "une histoire de famille..."; on ne saurait mieux dire.
Membre du Cercle de généalogie des Lilas, Sylvain Oerlemans s'est lancé dans une quête sans fin : l'histoire de sa famille.

  Rencontre avec un enquêteur passionné.

Moustache et barbichette parfaitement taillées, cheveux blancs mais sourire juvénile, yeux bleus, Sylvain Oerlemans, 60 ans, parle volontiers de sa famille, de son arbre généalogique qui remonte à... 1305 : une lignée de petites gens, de paysans, au sud des Pays-Bas. Mais il se livre plus difficilement sur lui-même. Il naît dans le 19e arrondissement de Paris, passe son bac dans les années 70 où ses cheveux poussent « au-delà du raisonnable » et va bientôt suivre malgré lui les traces de son père, cadre financier après une formation en Sciences économiques et comptabilité. En 1976, il rencontre sa femme Corine, assistante sociale, et commence une carrière en direction financière internationale pour Alcatel, Unilever, France Télécom, DHL, en France et aux Pays-Bas. En 1982, il emménage aux Lilas.

Tout commence aux Lilas

Si sa passion pour la généalogie est dévorante, elle est aussi récente. Il a 15 ans quand son père lui offre l'arbre généalo­gique de la famille élaboré par un notaire. Un document qu'il rangera soigneusement, sansy prêter trop attention... Tout va commencer lors d'un Forum des associations aux Lilas. Sur le stand de généalogie, il assiste à une démonstration du logiciel Généatique qui l'interpelle. Le déclic va néanmoins survenir quelques années plus tard grâce à la... photographie ! «J'avais récupéré tous les albums photos de la famille. Je me suis alors donné la mission de reconsti­tuer son histoire. C'est primor­dial, surtout pour moi car je n'avais pas de famille proche autour de moi, l'essentiel de celle-ci vivant en Belgique et aux Pays-Bas. J'ai alors découvert que mon père avait des cousins et des cousines dont je n'avais jamais entendu parler. C'était énorme ! En 2007, je me suis inscrit enfin au Cercle de généa­logie des Lilas. » 

Au Cercle, qu'il anime depuis maintenant trois ans, il participe aux réunions qui ont lieu deux fois par mois. « Le Cercle n'est en rien un cours, c'est vraiment interactif. Nous sommes 25 inscrits. Nous commençons avec un tour de table et la ques­tion rituelle " Où tu en es ? "Je consacre souvent six heures par jour à la généalogie. Je fréquente des sites spécialisés en France et aux Pays-Bas. Avec Internet, on a moins besoin de se déplacer comme avant. 90 départements ont numérisé leurs archives et on y trouve les registres d'actes civils et les registres d'actes paroissiaux. Ensuite, il faut chercher car c'est véritablement un travail d'en­quêteur dont la mission n' est jamais achevée. Il y a une multi­plicité de sources avec les archives notariales, le cadastre... On peut également se faire aider par d'autres collègues qui ont fait une recherche qui rejoint la vôtre ou encore chercher à l'aveuglette sur Google. » 

Un livre et un nouveau spectacle 

Sylvain Oerlemans a trois enfants, mais pas encore de petits-enfants. «J'aimerais beaucoup rajouter une ligne sur l'arbre de la famille. La généa­logie, c'est le jeu vidéo ultime, il n'y a pas de dernier niveau. » Grâce à la généalogie, il a pu reprendre contact avec des cousins qu'il n'avait pas vus depuis 50 ans... «J'étais fou de joie quand j'ai retrouvé des cousins à Hollywood ! » Avec les membres du Cercle, il a déjà réalisé un spectacle autour de la généalogie sur le romancier lilasien Paul de Kock. Il songe à écrire un livre sur sa famille en 2014 et prépare, avec l'atelier lyrique un spectacle, au théâtre du Garde-Chasse, sur un soldat et sa famille, à l'oc­casion du centenaire de la première guerre mondiale. 

Pour contacter le Cercle de Généalogie :
genealilas93@gmail.com


Source: http://www.ville-leslilas.fr/media/kiosk/file/infoslilas_1310.pdf#page=2




Comments