Chronique


Dégradation des forêts : 39 infractions relevées en 2 jours !

publié le 23 août 2016 à 06:51 par Fan de la Gendarmerie Royale


Trente-neuf infractions ont été relevées, les 15 et 16 août, par la Gendarmerie royale dans le cadre des opérations de lutte contre les infractions relatives aux dégradations des forêts dans les régions de Kénitra, Khémisset, Khénifra, Essaouira et Tétouan.

Il s’agit notamment de 17 cas de pacage en jeunes forêts de moins de 6 ans, 11 cas de violation du domaine forestier et culture de kif, 3 cas de saisie de bois et destruction de charbonnières et 3 autres cas d’abattage d’arbres et fabrication illicite de charbon.

Dans le cadre de ses missions de police administrative, la Gendarmerie royale, procède depuis début juillet 2016, à travers le royaume, à des compagnes d’assainissement visant la prévention et la lutte contre les différentes formes de criminalité.

Source : http://lnt.ma

Tcharmil: la gendarmerie tire sur un malfrat

publié le 21 juil. 2016 à 02:37 par Fan de la Gendarmerie Royale   [ mis à jour : 21 juil. 2016 à 02:48 ]


Un malfrat a été blessé mortellement après une intervention de la Gendarmerie royale pour arrêter une bande de malfaiteurs à Lqliâ.

Les éléments de la Gendarmerie royale ont dû intervenir, vendredi, dans la municipalité de Lqliâ (préfecture d'Inezgane Ait Melloul), pour neutraliser une bande de malfaiteurs munis d'armes blanches qui barraient la route aux passants en vue de les délester de leurs biens et violentaient toute personne qui tentait de s'interposer ou de les pourchasser.

Selon des sources locales de la préfecture d'Inezgane Ait Melloul, les membres de cette bande sont entrés en confrontation avec des éléments de la Gendarmerie Royale, ce qui a contraint un gendarme à faire usage de son arme de service blessant l'un des malfrats d'une balle au niveau de la cuisse. Ce dernier a été évacué vers l'hôpital provincial où il est décédé, ajoute la même source.

Les recherches et investigations sont activement menées par les différents services de sécurité pour arrêter le reste des membres de la bande.

Source : http://www.h24info.ma

«Marhaba 2016»: Plus de 50.000 MRE ont regagné le Maroc via Tanger Med

publié le 1 juil. 2016 à 03:17 par Fan de la Gendarmerie Royale   [ mis à jour : 1 juil. 2016 à 03:17 ]



Quelque 50.426 Marocains résidant à l’étranger (MRE) ont regagné le Maroc via le port Tanger Med passagers, depuis le début de l’opération Marhaba 2015, le 5 juin dernier, contre 57.352 durant la même période une année auparavant, soit une baisse de 12%, a indiqué, lundi, le directeur du port Tanger-Med Passagers, Hassan Abkari.

Ainsi, un total de 93.909 passagers ont transité via le port Tanger Med, dans les deux sens, du 5 au 26 juin, dont 73.766 de MRE, en régression de 15%, a confié à la MAP M. Abkari, notant que le nombre de véhicules et d’autocars ayant regagné le Maroc à travers ce port a atteint respectivement 21.758 voitures, dont 15.077 des MRE, et 356 autocars. Au cours de la même période, les mouvements vers la sortie au niveau du port Tanger Med ont concerné 32.890 passagers, dont 23.340 MRE, 13.163 véhicules, dont 7.622 des MRE, et 286 autocars.

Le responsable a assuré que l’opération «Marhaba 2016» se déroule dans de bonnes conditions, grâce aux efforts déployés par les différents services concernés pour réussir cette opération, dont la Fondation Mohammed V pour la solidarité, la Gendarmerie royale, la Direction générale de la sûreté nationale et l’Administration des douanes.

Source : http://aujourdhui.ma

Saisie de près de 15 tonnes de chira par la Gendarmerie royale d'Agadir à bord d'un camion frigorifique

publié le 3 juin 2016 à 06:33 par Fan de la Gendarmerie Royale   [ mis à jour : 3 juin 2016 à 06:34 ]


Les éléments de la Gendarmerie royale d'Agadir ont intercepté, vendredi, un camion semi-remorque frigorifique, en provenance du nord du Maroc et se dirigeant vers le Mali, transportant environ 15 tonnes de chira, dissimulées dans des sacs d'aliments de volaille.

Lors de cette opération, qui s'inscrit dans le cadre de la lutte contre le trafic international de stupéfiants, trois trafiquants ont été interpellés et présentés à la justice et une somme de 39.000 DH a été également saisie. La marchandise, le moyen de transport et l'argent saisis ont été remis aux services compétents, alors que l'enquête est en cours sous la diligence du Parquet général d'Agadir pour le démantèlement du réseau.

Source : http://www.lemag.ma/Saisie-de-pres-de-15-tonnes-de-chira-par-la-Gendarmerie-royale-d-Agadir-a-bord-d-un-camion-frigorifique_a99589.html

Trafic de drogues: sur la piste d'un baron algérien

publié le 4 mai 2016 à 04:23 par Fan de la Gendarmerie Royale


La gendarmerie royale a publié un avis de recherche concernant un Algérien dénommé “Chibani” suspecté d’être le dirigeant d’une entreprise impliquée dans un trafic international de drogues.
Assabah, qui rapporte l’information dans son numéro de ce week-end des 23 et 24 avril, rappelle que deux barons de drogue, en lien avec cette structure, ont été arrêtés, il y a deux semaines dans les quartiers Maârif et Racine de Casablanca.
Selon le journal, les deux suspects ont été transférés au tribunal de première instance de Marrakech où ils ont subi un interrogatoire approfondi. Tous deux sont accusés de trafic international de drogues et tentative de corruption pour une somme d’un million de dirhams.
«De nouvelles informations révèlent l’implication d’autres membres dont des Espagnols», précise le journal. Selon des sources concordantes, la lettre d’un espagnol incarcéré depuis 2014 à la prison de Marrakech, a révélé des données inédites sur les opérations de trafic. Parmi elles, l’implication de hauts responsables.
Un autre complice, répondant au pseudonyme de “Chino”, a été arrêté lors d’une opération réalisée conjointement par la brigade nationale de la gendarmerie royale et le Centre judiciaire 2 Mars. «La lettre de l’Espagnol a également mis au grand jour la nature de la relation qui le lie au suspect», rapporte le journal. Elle a également mis la lumière sur ses relations avec de hauts responsables dans différents domaines.
Des sources concordantes du quotidien ont affirmé que le but de cette lettre était de faire pression sur les hauts responsables en question pour influencer le cours de l’enquête dans ce dossier.
Les mêmes sources ont assuré que les saisies opérées par les services de la gendarmerie se sont focalisées sur les téléphones portables des suspects, un ensemble d’appareils de marque Blueberry. «Les données du téléphone du suspect sont cryptées. Les autorités essayent pour le moment de trouver un moyen de les déchiffrer car elles peuvent mener à d’autres suspects», souligne le journal.
En attendant, souligne Assabah, les voitures, objets précieux et bijoux saisis au domicile de Chino sont tous enregistrés au nom de sa femme. Bien qu’elle soit simple hôtesse de l’air, ses comptes bancaires au Maroc et à l’étranger comptent plusieurs dizaines de millions de dirhams. Le doute plane sur l’origine de cette fortune, surtout que jusqu’en 2006, elle ne disposait que d’une modeste Fiat Uno.

Source : http://www.le360.ma

La généralisation de l’alcootest prévue pour fin 2016

publié le 14 avr. 2016 à 05:43 par Fan de la Gendarmerie Royale   [ mis à jour : 14 avr. 2016 à 05:44 ]


Plus de 24 000 conducteurs ont été contrôlés depuis l’adoption du dispositif, 900 cas se sont avérés positifs. Casablanca, Marrakech et Meknès sont à la tête des villes connaissant le plus grand nombre de cas positifs. Le nombre des alcootests mis à la disposition des agents est insuffisant mais devrait être renforcé.

Les fêtards n’ont qu’à bien se tenir. Et pour cause, le déploiement de l’alcootest sera généralisé et renforcé dans toutes les villes du Royaume à partir de la fin 2016. C’est en tout cas ce qu’a confirmé Najib Boulif, ministre délégué auprès du ministre de l’équipement, du transport et de la logistique, chargé du transport, contacté par La Vie éco. Selon lui, «cette première période (fin 2014 à aujourd’hui) n’est qu’une étape pédagogique pour familiariser les conducteurs à ce dispositif. Mais à partir de la fin de l’année nous allons renforcer le contrôle».

La mise en place effective de ce dispositif a démarré en décembre 2014. Selon les chiffres relatifs à l’activité de contrôle de la conduite sous l’effet de l’alcool, communiqués par la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) en exclusivité à La Vie éco, les équipes de contrôle de la circulation relevant de cette entité ont réalisé, sur la période allant du 8 décembre 2014 au 6 mars 2016, près de 4 500 sorties de contrôle, dont plus de 1080 uniquement dans la région de Tétouan. Le nombre d’heures d’utilisation des alcootests a dépassé les 14 000. Quelque 23 800 conducteurs ont été contrôlés durant cette période, dont 4778 à Casablanca, 5 700 à Tétouan 3940 à Meknès. Près de 4% des individus contrôlés ont été positifs. Ce sont précisément 924 conducteurs, dont 4 chauffeurs d’autocars. Avec 265 cas positifs, Casablanca est en tête des villes comptant le plus grand nombre d’infractions, suivie de Marrakech (177 cas), Meknès (136), Oujda (99) et Tétouan (75). Bien qu’elles soient de petites villes, El Jadida et Ouarzazate ont enregistré respectivement 38 et 34 cas positifs durant cette période.

Le taux d’alcoolémie toléré est fixé à 0,1 mg/l, selon l’arrêté ministériel conjoint n°2707.10 du 29 septembre 2010 du ministère de l’équipement, du transport et de la logistique et du ministère de la santé. Au delà, «l’agent verbalisateur immobilise le véhicule, dresse un procès-verbal et retire le permis de conduire du contrevenant pour le transmettre au parquet». Et le conducteur passe 48 h en garde à vue.

Un deuxième lot de 243 éthylomètres sera bientôt livré aux agents de la circulation

Sur le terrain, les brigades en charge du contrôle font, dit-on, preuve d’une rigueur sans pareille dans le traitement des cas positifs. «Les agents ont des consignes pour une application stricte de la procédure, sans aucune complaisance avec les automobilistes contrôlés positifs», témoigne un agent de la circulation.

Si le nombre de conducteurs contrôlés entre fin 2014 et 2016 est très faible (1% du total des conducteurs au Maroc qui sont de 3 millions), c’est parce que pour cette période test, le ministère de l’équipement, du transport et de la logistique, qui a financé l’acquisition de ces appareils dans le cadre de son accompagnement de la mise en œuvre du nouveau code de la route, n’a fourni à la DGSN qu’un seul lot de 320 éthylotest et 80 éthylomètres (le même nombre a été affecté à la Gendarmerie royale).

Soulignons que le contrôle sous l’influence de l’alcool s’effectue en deux étapes. En premier lieu, le conducteur est soumis à l’éthylotest qui détecte la présence de l’alcool dans l’haleine. Si le test est positif, les agents de contrôle utilisent ensuite un éthylomètre pour mesurer le taux d’alcool dans le sang avec précision. Selon les sources de la DGSN, «ces appareils ont été affectés au niveau des différents commandements du Royaume, aux services des accidents de la circulation et aux brigades de la circulation routière selon l’importance du trafic routier caractérisant chaque ville et notamment celles enregistrant un taux d’infraction au code de la route élevé». Pour le moment, les moyens sont donc limités. A titre d’exemple, à peine 3 éthylomètres et 6 éthylotests (avec 1 000 embouts jetables pour chacun de ces appareils) ont été remis aux agents de contrôle de Casablanca et régions. Les services de contrôle de la ville ocre qui enregistre une forte concentration de pubs et discothèques n’ont à leur disposition que 2 éthylotests et 2 éthylomètres. Du coup, pour optimiser l’utilisation de ces dispositifs, «les contrôles s’effectuent généralement à la suite des accidents corporels de la circulation, lors des contrôles de vitesse ou lors d’opérations ponctuelles de contrôle de la circulation routière». La situation devrait évoluer dans les semaines à venir puisque «le ministère vient de financer l’achat d’un deuxième lot de 246 éthylomètres au titre de l’exercice 2016, dont la moitié sera confiée à la DGSN et le reste à la Gendarmerie royale», confie M. Boulif qui promet que d’autres lots seront acquis d’ici la fin de l’année afin de généraliser et renforcer le contrôle via ce dispositif. En fait, malgré la bonne volonté du ministère qui a instauré une période transitoire en vue de sensibiliser sur les risques encourus, beaucoup de conducteurs semblent peu disposés à se conformer à la loi. Au lieu de maîtriser leur consommation ou d’éviter de conduire sous l’emprise de l’alcool, il y en a qui cherchent à repérer les barrages des agents de contrôle pour les éviter.

Source : http://lavieeco.com

Taroudant: coup de filet de la gendarmerie royale contre des trafiquants de drogue

publié le 12 févr. 2016 à 03:28 par Fan de la Gendarmerie Royale   [ mis à jour : 12 févr. 2016 à 03:33 ]


Les éléments de la gendarmerie royale d’Oulad Teïma dans la province de Taroudant ont démantelé, hier vendredi 29 janvier, une bande criminelle spécialisée dans le trafic de drogue. Les membres de cette bande s’activaient dans les frontières entre Taroudant et Inezgane.

Les éléments de la gendarmerie royale d’Oulad Teïma ont mis la main sur un trafiquant de drogue dans un douar à Oulad Dahou.

Selon les sources de Le360, le mis en cause est vite passé à table, reconnaissant les faits qui lui sont reprochés. Il a également indiqué aux gendarmes la maison de son fournisseur.

La perquisition de la maison a permis la saisie d’un demi kilo de chira et 300 litres de Mahia (eau de vie). Deux motos et une voiture légère servant dans la distribution de la drogue ont été également saisies.

Les prévenus seront déférés devant la justice après complément de l’enquête. Le reste de la bande est activement recherché.

Source : http://www.le360.ma

Berrechid: fin de cavale d'un dangereux baron de la drogue

publié le 18 janv. 2016 à 04:09 par Fan de la Gendarmerie Royale   [ mis à jour : 18 janv. 2016 à 04:09 ]


La gendarmerie royale a organisé, vendredi, un vaste coup de filet contre un dangereux baron de la drogue, à Berrechid,

L'opération a duré cinq heures. Cinq heures au bout desquelles les gendarmes, aidés de chiens renifleurs, ont réussi à appréhender huit personnes, "dont le baron local en cavale, connu sous le pseudonyme d'Escobar", rapporte Assabah dans son édition de ce lundi 4 janvier. Et de préciser que, pour intimider les trafiquants, "les gendarmes ont utilisé leurs armes à feu". Le quotidien qualifie d'ailleurs ce coup de filet d'une scène digne d'un film hollywoodien.

"Escobar a été touché d'une balle à l'épaule, alors que deux chiens de la gendarmerie ont été abattus par les trafiquants", rapporte Assabah. L'intervention des gendarmes a débuté aux alentours de 22h, heure à laquelle un étrange attroupement avait lieu devant le domicile d'"Escorbar".  Un attroupement de dealers venus s'approvisonner chez le baron de la drogue, un récidiviste qui faisait l'objet d'une série de mandats de recherche. A l'apparition des gendarmes, les sbires du baron de la drogue ont opposé une farouche résistance et jeté divers projectiles, notamment des pierres, contre les véhicules des forces de l'ordre. Il a fallu la mobilisation de la préfecture de Berrechid et de la gendarmerie régionale pour venir à bout des trafiquants.

Lors de la perquisition du domicile du baron de la drogue, les gendarmes ont saisi une importante quantité de stupéfiants, dont du chira et des psychotropes, ainsi qu'un lot d'armes blanches, dont des épées. "Escobar" est un repris de justice qui a recouvert la liberté il y a tout juste huit mois, précise Assabah qui nous apprend que son domicile se situe à proximité de celui d'un autre trafiquant notoire, connu sous le nom de "Ould Zemouri". Ce dernier est toujours en cavale.

Source : http://www.le360.ma


Gendarmerie Royale / Dakhla: sauvetage en mer de 18 membres d'un bateau de pêche

publié le 21 déc. 2015 à 02:54 par Fan de la Gendarmerie Royale   [ mis à jour : 21 déc. 2015 à 02:55 ]


La Marine royale a pu repêcher sains et saufs les dix-huit membres d'un bateau de pêche qui chavirait, apprend-on samedi auprès des autorités locales de la province d'Oued Ed-Dahab

Un avion de la Gendarmerie royale, en mission de surveillance maritime, a repéré vendredi un bateau de pêche en train de chavirer au sud de Dakhla et a aussitôt alerté la Marine royale qui a pu repêcher sains et saufs les dix-huit membres de son équipage.

Le bateau de pêche, de type palangrier, était en train de chavirer à 200 km au sud de Dakhla et à 16 km de la côte lorsque qu'un avion de la Gendarmerie royale, en mission de surveillance maritime, l'a repéré, vendredi 18 décembre vers 16H45, précise-t-on de même source.

Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances du naufrage du bateau.
Source : http://www.le360.ma

Fièvre aphteuse: maladie maitrisée grâce à la mobilisation de la gendarmerie royale et des autorités locales.

publié le 25 nov. 2015 à 03:16 par Fan de la Gendarmerie Royale   [ mis à jour : 25 nov. 2015 à 03:17 ]


Quatre nouveaux foyers de fièvre aphteuse ont été enregistrés dans les provinces de Sidi Bennour, Settat et El Jadida, a annoncé lundi l'Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA).

"Les mesures nécessaires de lutte et de prévention ont été immédiatement prises par les services vétérinaires provinciaux concernés en collaboration étroite avec les autorités locales pour contenir les foyers de la maladie et limiter sa propagation aux autres exploitations des provinces limitrophes", a précisé l'ONSSA dans un communiqué.

Ces mesures consistent notamment en la mise sous surveillance des exploitations et l'interdiction d'entrée ou de sortie des animaux sensibles à la maladie ainsi que leurs produits (lait, viandes, etc...), l'abattage et la destruction, sur place, des animaux infectés et cohabitants (42 bovins, 74 ovins), le nettoyage et la désinfection des exploitations (locaux et matériel, etc...) et la vaccination des bovins autour des foyers (10.000 têtes bovines).

Elles portent aussi sur la restriction des déplacements des animaux, l'interdiction des lieux de rassemblement des animaux sensibles à la maladie (bovins, ovins et caprins), notamment au niveau des souks et des foires, le respect des mesures de biosécurité dans les exploitations infectées et le renforcement de la surveillance sanitaire du cheptel dans la région et au niveau national.

L'ONSSA a précisé que "cette maladie est maitrisée et reste circonscrite dans la région de Casablanca-Settat grâce à la mobilisation des services vétérinaires, des autorités locales et de la gendarmerie royale'', ajoutant que "l'opération de vaccination de rappel des bovins vis-à-vis de la fièvre aphteuse, réalisée autour des foyers de la maladie, sera généralisée immédiatement sur tout le territoire national en vue de renforcer l'immunité du cheptel".

A cet effet, l'ensemble des acteurs (éleveurs, organisations professionnelles, chambres d'agriculture, vétérinaires privés, autorités locales, services des directions régionales de l'Agriculture et de l'ONCA, etc...) sont invités à se mobiliser pour réussir cette campagne et immuniser l'ensemble du cheptel bovin national, a noté l'ONSSA, qui a mise en place un comité de vigilance, qui suit de près l'évolution de la maladie au niveau national.

Source : http://www.h24info.ma

1-10 of 159