Histoire de la Désirade

     La Désirade = 3 îles. La Désirade et les ilets "Petite Terre" que les amérindiens ont appelé  "Oualiri" et "Cayooli" rebaptisés en 1493 par Christophe Colomb  "Deseada"  - la Désirée - croyant y trouver de l'eau après sa seconde traversée. Mais c'est en Guadeloupe qu'il y trouvera l'eau douce. Les français qui prirent plus tard possession de l'île la rebaptiseront "LA DÉSIRADE".

      L'île de la DÉSIRADE, dépendance officielle de la Guadeloupe - domaine royale français en 1674, connaîtra malgré son si joli nom, un triste destin, celui d'être choisi pour recevoir les lépreux de Guadeloupe dès 1725 . Ce n'est qu'en 1956 que la léproserie fermera ses portes ! La Désirade sera choisi également par ordonnance royale en 1763 pour recevoir les mauvais sujets des familles de France. En 1865 une épidémie de choléra frappera les habitants de cette île. Deux cyclones, en 1899 et en 1989 "Hugo" détruiront les habitations de l'île dans sa quasi totalité... 

 
 

                                                         La Désirade après le Cyclone Hugo (1989)

 

Pourtant parallèlement à cette histoire chargée, LA DÉSIRADE continue de s'épanouir, de se moderniser tout en veillant à la protection de son patrimoine écologique exceptionnel. Le domaine maritime est  d'une beauté rare à l'image de ses plages, de ses récifs, de la réserve des îlets de petite terre et de la prochaine création d'une réserve géologique unique dans les Caraïbes.

La gendarmerie à La Désirade


                                         Avant                                                          et après rénovation en aout 2005

      

        L'armée française dont la Gendarmerie est partie intégrante a été présente à La DÉSIRADE dès le 18° siècle. Elle était représentée par une petite garnison installée aux Galets qui avait pour but de veiller sur les "mauvais sujets" de sa majesté.

        Aujourd'hui l'armée est toujours présente mais elle est représentée par la Gendarmerie Nationale qui veille scrupuleusement  au respect des Lois de la République. Les gendarmes ont installé leur quartier dans une jolie petite maison appartenant à la famille Robin. Cette petite unité, véritablement autonome, qui dépend de la Compagnie de Gendarmerie du Moule possède également une annexe, que constitue le nouveau poste de secours, boulevard Schœlcher près du port. A cet endroit, se trouvait l'ancienne brigade détruite en 1989 lors du passage du cyclone "Hugo".   

 


                          Ancienne brigade                                                   Poste de secours actuel