C2i niveau 1 - 2017

  • Le texte suivant est extrait du document d’accompagnement pour la mise en place du C2i niveau 1, Mission Numérique pour l'Enseignement Supérieur (MINES - DGESIP), Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, 06.2012, http://www.c2i.education.fr/IMG/pdf/DocAccompagnement-C2i1.pdf, consulté le 17.01.2014.
  • Il est désormais nécessaire de faire évoluer les dispositifs d’évaluation pour qu’ils s’appuient sur des activités en contexte par opposition aux activités pratiques terminales.
  • Par activité en contexte, on entend que l’activité prend place dans une situation réelle d’usage du numérique, plutôt qu’une situation d’évaluation terminale où les travaux sont réalisés en temps limité avec pour seul objectif de vérifier l’aspect manipulatoire sous-jacent aux compétences visées.
  • ... le certificat C2i niveau 1 se situe à la frontière des niveaux 5 et 6 du Cadre européen des certifications, correspondant au cycle court de l’enseignement supérieur, et peut être obtenu jusqu’à l’issue du premier cycle universitaire.
  • Le niveau 5 suppose que le candidat est placé dans des situations imprévisibles et qu’il fait preuve d’autonomie et d’initiative pour atteindre le but qui lui est fixé.
  • Il faut donc veiller à laisser au candidat l’initiative de mobiliser les aptitudes et les savoirs utiles, compte tenu de l’objectif à atteindre et de la situation dans laquelle il se trouve.
  • ... la validation des compétences repose sur un dossier numérique de compétences constitué par le candidat.
  • L’équipe pédagogique peut guider les candidats dans la constitution de ce dossier, afin que ce dernier permette de valider l’ensemble des compétences du référentiel.
  • L’équipe peut notamment présenter les compétences à acquérir en illustrant son propos par des situations concrètes, dans lesquelles l’étudiant mobilisera les compétences visées, et proposer des activités qui permettent effectivement de le faire.
  • Les productions d’un candidat qui prennent la forme de documents numériques peuvent être rassemblées dans son dossier numérique de compétences.
  • Lorsque la preuve de la maîtrise d’une compétence réside dans les traces d’usage d’outils, l’équipe pédagogique peut s’assurer un accès à ces traces ou demander au candidat une production qui retranscrit et commente le vécu associé à ces usages.

Domaine D1 : Travailler dans un environnement numérique évolutif

  • Tout au long de sa vie, l'usager travaille dans un environnement numérique. La virtualisation des ressources, les risques inhérents au numérique et les enjeux de l’interopérabilité rendent cet environnement complexe.
  • Cela signifie qu’il doit adapter son comportement aux spécificités des environnements multiples auxquels il est confronté en tenant compte des impératifs d'échange et de pérennité, ainsi que des risques associés à sa situation.

Domaine D2 : Etre responsable à l'ère du numérique

  • L'usager évolue dans un environnement numérique toujours plus prégnant, plus imprévisible, qu’il met à profit pour exposer non seulement des éléments de sa vie privée mais aussi des éléments publics en lien avec son projet professionnel. Dans ce contexte, le droit positif (ensemble des règles juridiques en vigueur) et des principes éthiques régulent l'échange d'informations et l'appropriation de ressources numériques
  • Cela signifie notamment que l'usager construit son identité numérique, prend en compte les règles et les risques liés au partage d'informations et adopte une attitude responsable. Pour cela, il connaît les règlementations et les règles de bon usage du numérique afin d'éviter les infractions ou les maladresses, et de faire valoir ses droits.

Domaine D3 : Produire, traiter, exploiter et diffuser des documents numériques

  • L'usager est amené à produire, traiter, exploiter et diffuser des documents numériques qui combinent des données de natures différentes, avec un objectif de productivité, de "réutilisabilité" et d'accessibilité.
  • Cela signifie qu'il doit concevoir ses documents en ayant recours à l'automatisation et les adapter en fonction de leur finalité. Les compétences qu'il mobilise peuvent s'exercer en local ou en ligne. Il les met en œuvre en utilisant des logiciels de production de documents d’usage courant (texte, diaporama, classeur, document en ligne).

Domaine D4 : Organiser la recherche d'informations à l'ère du numérique

  • Dans le monde numérique, l’usager est confronté à une masse d’informations pléthoriques et peu vérifiées, étant produites et diffusées par tous. Les informations accessibles ne sont pas toujours stables dans le temps, certaines se présentant même comme des flux d’information diffusés en continu.
  • Dans ce contexte, l’usager met en place une démarche de recherche adaptée et évalue avec discernement la qualité des informations qu’il trouve. Il exploite les informations et ressources pour documenter ses propres productions en les référençant conformément aux usages et compte tenu de leur potentielle instabilité. Il met en place une veille au moyen d’outils d’agrégation de flux, et organise ses références de façon à pouvoir y accéder en situation nomade.

Domaine D5 : Travailler en réseau, communiquer et collaborer

  • Lorsqu’on mène un projet ou une activité dans un cadre personnel ou professionnel, les échanges entre les acteurs se déroulent souvent sous forme numérique. Utiliser à bon escient les outils de communication et de travail collaboratif permet d’améliorer l’efficacité du travail mené à plusieurs.
  • Dans ce contexte, l’usager utilise avec discernement et efficacité les outils de communication numériques individuels ou de groupe pour échanger de l’information et travailler à plusieurs. Dans le cadre d’une collaboration à distance, il contribue à la production synchrone ou asynchrone de documents communs en gardant la trace des modifications et des versions successives de ces documents.