Prier‎ > ‎

Intercéder

La prière d’intercession fait de nous des êtres de proximité avec Dieu, mais aussi avec les humains du monde entier. Ainsi nous nous plaçons à côté du frère qu’il soit proche ou lointain pour lui manifester (le plus souvent dans le secret) notre compassion, notre solidarité, notre engagement à son côté. En se tenant tout près de Dieu nous demandons quelque chose en faveur de quelqu’un, nous plaidons pour lui. Nous implorons la miséricorde du Père pour ses enfants ; et nous agissons avec nos petits moyens.

Sans actes concrets - il y a tant de situations de par le monde pour lesquelles nous pouvons si peu entreprendre - cette prière d’intercession pourrait être considérée comme un anesthésiant pour notre conscience. Il n’en n’est rien ! Elle est acte de foi, prière désirée par Dieu et enracinée en Lui, une pleine confiance en son œuvre agissante, bien au-delà de ce que nous pouvons en percevoir. Elle est un combat de communion fraternelle, par l’Esprit qui nous inspire, et avec le Christ, véritable intercesseur qui n’a pas baissé les bras mais les a ouverts pour tous sur la croix.

Nous sommes bien impuissants devant nos fragilités humaines et face à tous les déchaînements de violences actuelles, persécutions, exils, misères et tyrannies que s’infligent les hommes, et dont les médias nous font part ; ce mal nous touche en profondeur, et réveille en nous bien des questions. Il suscite aussi notre compassion. Alors, au-delà de nos incompréhensions, et de nos écœurements, monte de nos cœurs notre prière, avec de pauvres mots, mais prière qui nous rend solidaires des souffrances de l’humanité et nous fait coopérer aux projets de Dieu pour l’homme, projets de miséricorde, de paix, de justice, de pardon, de guérison.

Cette prière d’intercession nous engage, nous appelle à résister d’une manière ou d’une autre, et nous ramène aux besoins de notre prochain, afin d’être pour lui : passion, écoute, service d’amour.

Intercéder, n’est-ce pas là une façon d’être « veilleur » au milieu de nos frères proches ou lointains ?


Comments