7.3 Que faut-il égaliser ?

L'égalisation, c'est comme le sel de cuisine. Il en faut un peu pour donner du goût. Mais trop, ce n'est pas bon du tout.

Une bonne illustration du fait qu'il n'est pas possible de tout égaliser est donnée par "The Acoustical Design of Home Theaters" de Floyd E. Toole :
http://www.harmanaudio.com/all_about_audio/acoustical_design.pdf


Ce document montre qu'il faut effectuer une mesure après égalisation pour identifier les trous dans la courbe de réponse qui ne peuvent être corrigés. Les mesures des courbes de réponses de mes caissons de grave pour différentes positions autour du point d'écoute montrent la présence d'un creux vers 40-50Hz qui dépend de la position du microphone (et de la géométrie de la pièce) :

En partant de la position du microphone la plus défavorable qui
donne le trou le plus important vers 50Hz:

Un système laissé en automatique calculera une correction en prenant en compte :
- la réponse en fréquence mesurée (en noir),
- la courbe de réponse cible (en bleu),
- le filtre (en vert foncé).

La correction calculée (en orange) est très importante puisqu'elle atteint environ 16 dB à 49,6 Hz :

Malheureusement, la mesure de la courbe de réponse après égalisation montre que cette correction est sans effet :

En effet, le trou à 49,6Hz correspond à une annulation liée à la pièce et à la position du microphone qui est présente quelque soit le niveau acoustique et qui ne peut donc être comblée par l'égalisation.
De plus, non seulement cette correction de +16 dB est inefficace, mais elle est nuisible puisqu'elle limite la dynamique maximale du système et qu'elle génère une augmentation spectaculaire de la distorsion du fait d'un l'écrêtage dans le domaine numérique (voir chapitre 5.7 "Où placer les enceintes").

Meridian propose une correction acoustique qui travaille uniquement en atténuation, ce qui évite ce type de problème :
http://www.meridian-audio.com/w_paper/Room_Correction_prt.pdf


Cette étude concerne un cas volontairement défavorable, puisque, habituellement, on évite une position d'écoute située à un lieu d'annulation :


http://www.infinitysystems.com/home/technology/whitepapers/inf-rooms_3.pdf


La documentation du logiciel REW résume bien la situation :

"Given all the limitations we have uncovered, and with the problem of non-minimum phase on top, we might wonder whether the equaliser is any good to us.
All is not lost, however.
The non-minimum phase behaviour of the room is connected to the dips in the response.
It means we are even less able to deal with them, but there wasn't a lot we could do about them anyway, so we are really not much worse off.
On the plus side, the peaks of the response are caused by features that lie firmly in the region our minimum phase equaliser can handle.

We can use the equaliser to help tame the peaks, and the lower down they occur, the better the results we are likely to get - a nice complement to our acoustic treatments, since they start to struggle (or we start to struggle with the size of them!) at low frequencies.

EQ is a useful tool to keep handy when trying to fix our acoustical problems, but it can only ever be a small part of the solution."

http://www.hometheatershack.com/roomeq/wizardhelpv5/help_en-GB/html/iseqtheanswer.html


Il reste cette conclusion pour les possesseurs de DEQ, SMS ou Tact : l'égalisation ne peut rester en automatique.
L'égalisation doit être modérée (limitée typiquement à +6/-12dB) et doit concerner uniquement ce qui peut être corrigé.










Comments