Propriétaires du site

  • Ludovic Marty

Exercices

EXERCICES D’OUTILS DE LANGUE SUR LA FABLE

 

 

VOCABULAIRE

 

OBJECTIF : CONNAITRE LA FAMILLE DU MOT « FABLE »

 

 

Le nom fable vient du latin fabula, « récit », «histoire ».

 

 

  1. Faites correspondre chaque mot de la liste A à la définition qui lui correspond dans la liste B.

 

A : fablier, fabliau, fabuliste, fabuleux.

 

 

B :

- conte en vers des XIIe et XIIIe siècles, écrit pour donner une leçon ou faire rire;

- qui appartient à l'imagination, extraordinaire;

- auteur de fables;

- recueil de fables.

 

 

OBJECTIF : REPERER LES NIVEAUX DE LANGUE

 

 

 

  1. «Vous êtes le phénix des hôtes de ces bois. »

       Vous êtes la gloire des hôtes de ces bois.

    Vous êtes la star des hôtes de ces bois.

 

À quel niveau de langue : familier, courant, soutenu, chacun des groupes nominaux soulignés correspond-il ?

 

  1. Retrouvez l'intrus qui s'est glissé dans chacune des listes.

       À quel niveau de langue chacun de ces intrus appartient-il?

 

- le repas, la nourriture, la bouffe ;

- goinfre, glouton, friand ;

- le coquin, le facétieux, le rigolo ;

- la demeure, la maison, les pénates.

 

 

  1. «Le lièvre se déplace rapidement

 

Classez les mots et expressions suivants synonymes de l'adverbe en gras, en trois groupes selon qu'ils appartiennent à un niveau de langue familier, cou­rant ou soutenu :

 

A fond de train -  à vive allure - vite diligemment - ­prestement - comme une flèche - promptement ­- hâtivement.

 

  1. Dans les extraits suivants de fables de La Fontaine :

 

a. À quel niveau de langue les mots et expressions soulignés appartiennent-ils ?

 

b. Remplacez-les par des expressions de niveau courant.

 

 

- «Maître Renard, par l'odeur alléché,

Lui tint à peu près ce langage.»

 

- «Voilà l'opératrice aussitôt en besogne.»

 

- «Gageons, dit celle-ci,... »

 

- «Elle se hâte avec lenteur.»

 

- «La Cigale ayant chanté

Tout l'été

Se trouva fort dépourvue... »

 

 

EXPRIMER DES MOUVEMENTS ET DES ATTITUDES DU CORPS

 

 

  1. «Le Renard s'en saisit.»

 

Les verbes suivants sont synonymes du verbe « se saisir» : harponner, attraper, colleter, empoigner, agripper, happer.

 

a) Vérifiez le sens exact de chacun d'eux il l'aide d'un dictionnaire.

b) Employez chacun d'eux dans la phrase qui convient en les conjuguant au présent de l'indicatif :

 

- L'alpiniste ... solidement la paroi pour ne pas glisser.

 

- Les pêcheurs... les gros poissons.

 

- Les policiers... le voleur qui leur a plusieurs fois échappé.

 

- L'oiseau ... les insectes en vol.

 

- Un enfant lance le ballon à son ami qui l'... facile­ment.

 

- Le joueur de tennis ... sa raquette à deux mains.

 

  1. «Un loup se pressa.»

 

a)  Complétez les expressions suivantes pour trouver des synonymes du verbe en gras, que vous conju­guerez au même temps.

 

 

Un loup : se hâ... - accél... - se préci... - se dépê... - ­cour... - f…t diligence.

 

b) Quelles sont les deux expressions qui appartien­nent à un niveau de langue soutenu ?

 

 

 

LES MOTS DE LA JUSTICE ET DE L’INJUSTICE

 

 

  1. L'emploi de l'adjectif «juste» recouvre trois sens dif­férents : a. conforme à la justice b. qui convient bien c. trop étroit. Classez les phrases suivantes selon le sens du mot «juste».

 

1)   Il n'a pas été juste dans son jugement.

2)   Le client aimerait payer les articles au prix juste.

3)   Cet espace est un peu juste pour tant d'invités.

4) Ce professeur est juste dans sa notation.

5) Il est juste qu'il ait réussi.

6) Mes chaussures sont trop justes.

 

 

 9. Le nom «justice» correspond au premier sens de l'adjectif «juste». Quel est celui qui correspond au deuxième sens ?

 

 

10.Complétez le texte ci-dessous avec les mots suivants (vérifiez au besoin leur sens dans un dictionnaire) : punir, irrecevable, injustice, se plaindre, jugement, inique.

 

Un paon vint….……à Junon : elle lui avait donné un chant désagréable.

Il trouvait cela…………… par rap­port au rossignol à la belle voix ; il voulait que la déesse répare cette…… . Junon trouva que la plainte était…………….car, si le paon n'était pas doté d'une belle voix, il avait de belles plumes. Elle le menaça de le……………….  en lui ôtant son plumage. Le paon dut se soumettre à ce       ………………..

 

D'après Jean de La Fontaine, «Le Paon se plaignant à Junon ", Livre deuxième.

 

 

LES THEMES DE LA PITIE ET DE LA CRUAUTE

 

 

11.Les trois mots « pitié », «commisération », «miséri­corde» ont un sens très proche. Parmi les mots suivants, choisissez celui qui a un sens voisin : commission, com­missure, compassion, commissionnaire (n'hésitez pas à utiliser un dictionnaire).

 

 

12.Retrouvez des mots de la famille du nom «pitié» grâce aux définitions suivantes. Employez chacun d'eux dans une phrase (attention à l'orthographe !).

 

a)   Qui inspire la pitié.

b)   Qui est incapable de pitié.

c)   Être touché de pitié.

d)   Qui suscite une pitié mêlée de mépris.

 

 

13.Recopiez ce texte et complétez-le comme il convient avec les mots de la liste suivante :

 

indulgence, ingrat, reconnaissant, charitable, supplier, bienfaiteur, implorer, redevable.

 

 

Un cheval eut une querelle avec un cerf. Comme il ne pouvait le rattraper, il        …………..un homme qui pas­sait par là d'être………. et de l'aider. L'homme monta sur le dos du cheval et l'éperonna jusqu'à ce qu'ils rattrapent le cerf qu'il tua. Le cheval, ………. , remercia son. ……. .. avant de repartir dans son séjour sauvage. Mais l'homme, considérant qu'il lui était…………., lui refusa la liberté. Le cheval eut beau…………… l'homme n'eut aucune………….. et obligea celui qu'il considérait comme un……………. , à devenir cheval de trait.

 

D'après Jean de La Fontaine, «Le Cheval s'étant voulu venger du cerf", Livre quatrième.

 

 

 

LE LEXIQUE DE LA FORCE ET DU POUVOIR

 

 

14.Classez ces adjectifs en deux colonnes selon qu'ils appartiennent au champ lexical de la force ou de la fai­blesse :

 

influent, fragile, frêle, puissant, fort, faible, chétif, important, fluet, impuissant.

 

 

15.En langage familier, certains noms désignent des personnes considérées comme faibles (avorton, gringa­let, freluquet, mauviette, par exemple). Citez des mots appartenant au langage familier (ou correct) et désignant des per­sonnes considérées comme fortes.

 

 

16.Recopiez ces phrases et complétez-les avec le mot qui convient : «pouvoir» ou «puissance » (n’oubliez pas d’ajouter un déterminant logique).

 

A. Merci de baisser…….        ………….de votre poste de radio.

B. Nul ne connaît………………… de destruction de ces engins de guerre.

C.  …………………..des fées est parfois maléfique.

D. Cet athlète a prouvé………………………   physique en remportant plu­sieurs médailles d'or aux Jeux olympiques.

E. J'admire………………………de concentration dont il est capable.

 

 

CHAMPS LEXICAUX EN DESORDRE !

 

Pour ces exercices, le niveau est plus difficile…

 

N’oubliez pas de chercher le sens des mots et le genre des noms qui vous sont inconnus !

 

 

17.Les mots ci-dessous désignent un sentiment. Disposez-les en les classant selon leur sens, du plus faible au plus fort (ou de l'intensité la moins grande à la plus grande).

 

Noms : énervement, crispation, irritation, colère, courroux, fureur, ire...

 

Verbes : s'énerver, s'irriter de / être irrité, se crisper, se courroucer/ être courroucé...

 

Adjectifs : acerbe, irascible, coléreux, impulsif, furieux…

 

 

 

18.Les mots ci-dessous sont mêlés. Regroupez par trois les synonymes*.

 

 

Noms : candeur, obstination, cupidité, opiniâtreté, ingénuité, rapacité, innocence, ténacité, avidité...

 

Adjectifs : perfide, rétif, consciencieux, fourbe, hon­nête, difficile, scrupuleux, récalcitrant, déloyal...

 

Verbes : se pavaner, débaucher, simuler, tromper, dévergonder, parader, se rengorger, feindre, dépra­ver...

 

 

19.Voici quatre séries de mots. Supprimez les intrus dans chacune d'elles.

 

outrecuidance / futilité / fatuité / vanité

 

dédain / dépit / mépris / dégoût

 

arrogance / insolence / indifférence / orgueil

 

   se targuer / s'évertuer / se glorifier / se flatter

 

Utilisez ces intrus dans des phrases de votre com­position.

 

 

AH ! LES FAMILLES !!

 

20.Voici une liste d'adjectifs. Formez les noms dérivés de chacun d'eux. Cherchez leur sens et n’oubliez pas d’indiquer leur genre !

 

oisif / présomptueux / inerte / étourdi / imposteur / loyal / sympathisant / timide / audacieux

 

 

21.Voici une liste de noms. Formez des verbes déri­vés de chacun d'eux. Vérifiez que vous comprenez leur sens !

 

orgueil / vertu / brutalité / dédain / sagesse / fer­meté / compassion / pitié

 

 

 

 

GRAMMAIRE ET ORTHOGRAPHE

 

 

OBJECTIF : RESPECTER L’ACCORD DANS LE GROUPE NOMINAL

 

 

22. 

a)       Quels sont le genre et le nombre des noms dans chaque colonne ?

b)      Les déterminants varient-ils de forme selon le genre du nom qu'ils accompagnent ? Varient-ils selon son nombre ?

c)       Définissez la classe grammaticale de ces déterminants.

 

 

 un lièvre

des lièvres

 le récit

les récits

 mon récit

mes récits

 cet animal

ces animaux

 ce rat

ces rats

 une tortue

des tortues

 la morale

les morales

 ma fable

mes fables

 cette bête

ces bêtes

 

 

OBJECTIF : RESPECTER L’ACCORD DANS LE GROUPE VERBAL

 

 

23.

 

a. Où les sujets en gras sont-ils placés par rapport aux verbes ?

b. Quels types de phrase reconnaissez­-vous ?

 c. Le verbe s'accorde-t-il avec un sujet inversé ?

 

- « Que faisiez-vous au temps chaud ? dit-elle à cette emprunteuse. »

- « Êtes-vous sage? Ayant, dis-je, du temps de reste pour brouter. »

 

24.

a. Prononcez les différentes propositions de ver­bes entre parenthèses : Que constatez-vous ?

b. Repérez les sujets des verbes entre parenthèses et choisissez la bonne orthographe.

 

 

(Pense, penses, pensent)-tu, lui (dis, dit)-il, que ton titre de roi me fasse peur ni me soucie ?

Eh bien, lui cria-t-elle, (avais, avait, avaient)-je pas raison ? De quoi vous (sers, sert) votre vitesse ?

 

J. de La Fontaine. Fables, II, 9 et VI, 10.

 

Recopiez la phrase en la complétant :

 

Dans les phrases... et dans les propositions qui introdui­sent les dialogues, le sujet est inversé, c'est-à-dire placé... le verbe. Le verbe s'accorde avec son sujet même si le sujet est … .

 

 

Préparer la dictée

 

1. Repérez les sujets des verbes en gras.

2. a) Donnez le genre et le nombre des détermi­nants en italique. b) Avec quel nom chacun d'eux s'accorde-t-il ?

 

Un Lièvre en son gîte songeait [...] «Les gens de naturel peureux sont, disait-il, bien malheureux! [...] Voilà comme je vis : cette crainte maudite m'empêche de dormir sinon les yeux ouverts. Corrigez-vous, dira quelque sage cervelle. Eh ! la peur se corrige-t-elle ? » [...] Ainsi raisonnait notre Lièvre, et cependant faisait le guet.

 

                    J. de La Fontaine. Fables, II, 14.

 

 

OBJECTIF : DECOUVRIR LES VALEURS DU PRESENT

 

 

25.  À quel temps les verbes en italique sont-ils conjugués ? Se trouvent-ils dans des phrases de récit ou de dialogue ? Les verbes en gras font-ils partie du récit ou du dialogue ? Quels sont les deux temps auxquels ils sont conjugués ? Lequel de ces deux temps rend l'action plus vivante ?

 

Maître Renard par l'odeur alléché,

Lui tint à peu près ce langage :

«Hé ! bonjour, monsieur du corbeau.

Que vous êtes joli ! Que vous me semblez beau ! »[.. .]

À ces mots, le corbeau ne se sent pas de joie ;

Et pour montrer sa belle voix,

Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.

 

J. de La Fontaine, Fables, I, 2.

 

 

26.À quel temps les verbes en gras sont-ils conju­gués ? Pourquoi ?

 

Rien ne sert de courir ; il faut partir à point.

On a souvent besoin d'un plus petit que soi.

Deux sûretés valent mieux qu'une.

 

J. de La Fontaine, Fables, VI, 10; II, 11 et IV, 15.

 

À partir de vos observations, complétez la phrase suivante :

 

Le présent de l'indicatif peut s'employer dans les phrases de ... mais aussi pour rendre plus vivant un passage de ... . Il peut éga­lement exprimer une ... .

 

 

 

OBJECTIF : REPERER LA PHRASE COMPLEXE

 

27.Entre les pattes d'un lion, un rat sortit de terre assez à l'étourdie. Le roi des animaux, en cette occasion, montra ce qu'il était, et lui donna la vie.

 

J. de La Fontaine, Fables,  II, 11.

 

a.   Combien de phrases repérez-vous ?

b.   Combien de verbe(s) conjugué(s) chaque phrase comporte-t-elle ?

c.    Laquelle est une phrase simple ? Complexe ?

 

 

 

28.Recopiez les phrases suivantes et soulignez les verbes conjugués. Repérez les phrases complexes.

 

Ce bienfait ne fut pas perdu. Quelqu'un aurait-­il jamais cru qu'un lion d'un rat eût affaire ? Cependant il advint qu'au sortir des forets ce lion fut pris dans des rets (filets), dont ses rugisse­ments ne le purent défaire.

                                 J. de La Fontaine, Fables, II, 11.

 

 

OBJECTIF : DISTINGUER PRONOMS ET DETERMINANTS

 

 

29.Quels mots en gras déterminent un nom ? Lesquels remplacent un nom ?

 

Cette fable met en scène un renard et ce conte parle de loups. Celui-ci est plaisant et celle-là instructive. Mon fabuliste préféré est La Fontaine ; ton conteur adoré est Perrault. Le mien a vécu au XVIIe siècle et le tien également.

 

À partir de vos observations, complétez les phrases suivantes :

 

Ce, cette sont des ... démonstratifs ; celui-ci, celle-la sont des pronoms

Mon, ton sont des déterminants ...; le mien, le tien sont des... possessifs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

S’ENTRAINER A L’ECRITURE

 

 

SUJET 1 : Développez les deux étapes de ce scénario pour écrire une fable :

 

-      première étape : dans une certaine cir­constance, un gros animal de votre choix épargne un très petit ;

 

-      deuxième étape : dans une autre circons­tance, le petit porte secours au gros animal.

 

Vous rédigerez votre fable, en prose, en une vingtaine de lignes.

 

Méthode

 

Pour mieux écrire, veillez à :

. utiliser des verbes pour exprimer des      attitudes et mouvements du corps ;

. rédiger le récit au passé simple de l'indicatif ;

. imaginer une phrase de morale au présent de vérité générale ;

. employer au moins deux          phrases complexes que  vous soulignerez.

 

 

 

SUJET 2 : Racontez une anecdote personnelle qui pourrait illustrer l'une de ces moralités :

 

- « C'est ainsi qu'à vouloir tromper les autres, on risque d’être ridiculisé par plus malin que soi. »

 

- « La fable montre qu’il faut parfois se méfier de ceux qui se montrent trop gentils avec vous. »

 

- « La fable montre que c'est dans les épreuves que       l'on reconnaît ses vrais amis. »

 

 

Méthode

 

. Vous rédigerez votre récit au passé simple de l'indicatif.

  . Vous utiliserez des phrases simples et des phrases complexes.

. Vous pouvez raconter une expérience person­nelle réellement vécue ou l'inventer.

 

 

 

Sujet 3 : Lisez cette fable, pastiche de la célèbre fable de La Fontaine (ainsi que celle de Jean Anouilh publiée sur le blog).

 

La Cigale s'en fut en traînant sa guitare

À travers hameaux et vallons. [...]

« Il ne me reste plus qu'à attendre la mort !»

Se désole la malheureuse, « Mais avant

Je veux, dans un dernier effort

Arracher à mon instrument

Ses plus pathétiques accords. [...]

Et voilà que s'élève au cœur de la tourmente

Une plainte si émouvante

Si belle, si sauvage et si triste à la fois

Qu'elle tire tous les bourgeois

De leur léthargie égoïste. [...]

On écoute, on s'émeut, on pleure, on se régale,

Et les sous de pleuvoir,

Preuve qu'on apprécie un si beau désespoir.

Quand avec apparat la misère s'exprime

Elle acquiert du public les faveurs unanimes. [...]

 

Gudule, Après vous, M. de La Fontaine.

 

 

Choisissez une fable de La Fontaine et, à la manière de la fable de Gudule, récrivez la fin de manière à changer le sens de la fable.

 

 

Méthode

 

. Vous pouvez situer la fable à notre époque.

. Vous n'êtes pas tenu(e) d'écrire en vers.

. Recopiez ou résumez le début de la fable de La Fontaine.

. Rédigez votre récit au passé simple de l'indicatif.

. Proposez une morale rédigée au présent   de vérité générale qui corresponde au nouveau sens de votre fable.

 

1.   hameaux: regroupement de quelques maisons.

2. pathétiques: qui expriment la souffrance.

3. léthargie: inaction.

4. apparat: éclat.

5. acquiert: obtient.

 

 

 

 

Comments