Lectures des chapitres N°3 - N°4 La révélation / Le monstre

N°3

La révélation

 

Sylvain se réveilla endolori, la tête entourée de bandages, le corps meurtri, allongé dans un lit de la salle des soins et des guérisons de la forteresse du Royaume des Feux d’Or.

Il entrouvrit lentement les paupières, et vit ses parents à son chevet. La reine Liane priait, les mains jointes. Son père, Diandor, anxieux faisait les cent pas dans la pièce.

    - Ces orages sont inexplicables. S’agit-il des forces démoniaques du Royaume des Lutins Ténébreux ? Demanda la Reine Mère.

    - Je ne le pense pas, car aucun message de guerre ne nous est parvenu, répondit le Roi.

Sylvain reprit conscience, et se redressa brusquement. Il pensa à son épouse Océane. Où se trouvait-elle ?

    - Ne bouge pas Sylvain, lui conseilla la reine. On t’a trouvé, avec le prêtre Snorri, évanouis dans la chapelle.

A quelques mètres de lui, allongé dans un lit, le jeune roi remarqua la présence du religieux. Celui-ci, endormit, le bras bandé, avait le sommeil agité.

    - Un grand malheur est arrivé, annonça Diandor en s’approchant du lit. Que tu aies été te recueillir, dans notre petite chapelle pour honorer ton trône, c’est méritant mon fils. Mais tu n’avais plus ta précieuse Couronne des Feux d’Or, lorsque les gardes t’ont retrouvé.

Sylvain embarrassé, n’osa avouer à ses parents son mariage secret avec la jolie naïade.

    - Je ne me souviens plus de rien, répondit-t-il évasif. Mère, où sont mes oiseaux ?

    - Ils sont certainement morts dans cette effroyable tempête, murmura la Reine.

Sylvain fut chagriné en entendant cette phrase. Océane était sûrement morte aussi, pensa t-il, les yeux embués de larmes.

    - La perte de la couronne du Royaume des Feux d’Or, va nous mettre en danger, lui confia la Reine dans un sanglot.

    - Sans la Couronne ancestrale qui a un immense pouvoir de protection sur notre royaume, nous périrons, intervient le Roi.
 

Au loin, une trompette retentit. Elle annonçait l’arrivée d’un visiteur important.

    - Nous avons fait appeler en urgence Maître Njörd, l’Elfe de Sagesse, lui apprit son père.

Sylvain fut surpris par cette nouvelle, car lorsque l’Elfe de Sagesse se déplaçait, c’était pour de graves évènements en cours. Sa dernière venue, datait de sept ans, alors
 
que le Royaume des Feux d’Or, se trouvait en guerre contre celui des Lutins Ténébreux. Ce fut une éclatante victoire pour les Elfes de Lumières.

    - Écoute bien ses recommandations, lui conseilla sa mère en le serrant dans ses bras.

    - Fais bien attention à toi, ajouta son père.

Ses parents tristement, quittèrent la chambre.
 

Assis dans son lit, Sylvain vit s’approcher un étrange visiteur.

L’Elfe de Sagesse, tout de jaune vêtu, portait sur sa tête, un chapeau en forme de manuscrit. Il traversa rapidement la salle en la survolant à vingt centimètres du sol,

    - Mes hommages votre Majesté.

- Bienvenue dans mon château, Maître Njörd, répondit Sylvain.

L’Elfe de Sagesse sortit un recueil de son chapeau, et le feuilleta.

Il interrogea son répertoire, dont les pages tournaient toutes seules.

- Sire Sylvain des Elfes de Lumière, je ne puis que vous éclairer mon bon roi. Oh ! Le livre des Esprits nous dit, que des vérités devront être révélées. Il y a trois secrets cachés.

    - Maître Njörd, que vous dit-il encore ? Demanda Sylvain anxieux.

    - Sire, le livre des Esprits me souffle que si vous voulez retrouver la paix dans votre royaume, vous devez aller chercher votre couronne avant la prochaine pleine lune. Autrement, d’ici une lune, l’eau inondera votre Royaume des Feux d’Or qui sera englouti et disparaîtra.

Voici donc mon Seigneur, les recommandations :

Les pages tournaient de plus en plus vite et soudain, s’arrêtèrent sur deux feuilles vierges. Tout à coup, l’écriture réapparut lorsque l’Elfe de Sagesse posa son doigt dessus.

    - Voici le premier message pour retrouver votre couronne, Sire, deux grands Elfes devront être consultés. Le Moine Clercsaint sera le premier.

Le Sage arracha quatre feuillets du livre et les tendit à Sylvain.

    - Mais se sont des pages blanches, remarqua t’il ahuri.

    - Gardez-les précieusement Seigneur, lui confia le Sage, elles vous guideront.

Ebahit, le jeune roi attendit la suite.

    - Seigneur ! Voilà un deuxième avis. Le Mage Majester saura guider vos pas, vers la Couronne des Feux d’Or. Il vous montrera l’univers de l’invisible.

Puis il referma le livre, mais, subitement celui-ci se rouvrit tout seul. Les feuilles tournèrent de plus en plus vite. Soudain, elles s’arrêtèrent.

Les écrits du livre devinrent violets.

    - Il y a un troisième message ! Constata Maître Njörd. Vous irez voir la Reine Adélaïde qui connaît tous les secrets des êtres qui l’approchent. Avez-vous écoutez Seigneur, les prédictions du répertoire des Esprits?

    - Oui, Grand Sage, confirma Sylvain.

    - Car, grâce aux pouvoirs des trois grands Elfes, vous récupérerez votre couronne, si vous êtes vaillant et courageux.

Soudain, Maitre Njörd tourna plusieurs fois sur lui-même. Sylvain stupéfait, assista à un étrange spectacle.

Les pages du Livre des Esprits augmentèrent de volume, puis volèrent autour du Sage en l’enveloppant. Puis, lorsqu’il s’arrêta net en fixant étrangement Sylvain, les
 
pages retrouvèrent leur taille à l’intérieur du livre.

    - Je vois de grands dangers, menaçants. Les trolls, nos ennemis les plus puissants, rodent.

Sylvain tressaillit, et se rendit compte que les draps de son lit bougeaient. C’étaient ses jambes qui tremblaient.

L’Elfe de Sagesse continua gravement.

    - Sous une apparence humaine, les trolls ont des têtes d’animaux, et peuvent devenir féroces et cruels.

Le jeune roi déglutit péniblement.

Le livre se referma. L’Elfe de Sagesse le replaça dans son couvre-chef.

    - Majesté, annonça fermement le Sage, vous devriez partir dès ce soir, et ceci avant minuit.

Soudain le livre surgit de son chapeau, rebondit sur le sol et s’ouvrit.

Sylvain sursauta.

Les pages continuaient de tourner à toute vitesse puis s’arrêtèrent sur une feuille rouge. Tout à coup, l’Elfe de Sagesse plongea dedans, la tête la première.

    - Sir ! Agissez avec feinte et diplomatie, cria-t-il une dernière fois en écho.

Les feuillets virevoltaient de plus en plus vite et s’entrelaçaient tout autour de l’Elfe de Sagesse. Le livre se referma sur lui en dégageant aux alentours une lumière
 
jaune, éblouissante.

Le livre se rétrécit, devint de plus en plus petit, puis disparut.

Comment un Elfe peut-il disparaître dans son propre ouvrage ? Se dit Sylvain, abasourdit.
 

Fatigué, il se coucha et s’endormit en pensant au serment qu’il avait fait à Océane, lorsqu’il l’avait demandé en mariage sous le saule pleureur.

    - Sylvain, mon bien-aimé, en m’épousant, je ne pourrais vous laisser voir mon regard. Pourrez vous le supporter ? Avait- elle ajouté timidement.

    - Je le sais bien ma douce, lui avait-il répondu ému. Un petit voile ne nous éloignera jamais de notre bonheur...

 

 

N°4

Le monstre

 
Au lever du jour, Océane se trouva transit de froid, au bord d’une rivière entourée de roseaux. Elle éclata en sanglots, en réfléchissant à son amour disparu.
     Que s’était-il passé ?
 
Soudain, elle aperçut au loin, une femme qui cueillait des champignons. Elle sécha ses larmes, puis se dirigea vers elle. Mais, elle se ravisa aussitôt, car c’était un troll avec une tête d’ours.

Les trolls sont très méchants. Ils mangent les naïades, lui avait toujours dit la reine Natice Hannah, sa mère. Si tu les vois, tu devras les fuir comme la peste.

Océane avait peur, elle se cacha rapidement derrière un arbre. Brusquement, elle ressentit une violente douleur au pied.

    - Aie ! Hurla t’elle avant de s’apercevoir qu’elle avait marché sur les ornements de la couronne de son époux, Sylvain. Elle la ramassa.

Elle remarqua que son cri avait attiré l’attention du troll, qui reniflait l’air dans sa direction. Alors, elle décida de cacher la couronne dans des broussailles.

Tout à coup, le troll fonça sur elle, la gueule grande ouverte, toutes griffes dehors. Océane n’avait aucune chance de s’échapper. Tétanisée, elle ferma les yeux, en attendant la mort.
 

Au bout de dix secondes, ne sentant aucune morsure, la Naïade ouvrit timidement les yeux. Elle vit la femme ourse qui l’observait de près.

L’ourse vêtue d’une robe en toile de jute marron, portait un foulard sur la tête. Son panier regorgeait de champignons frais.

    - Pourquoi jeune naïade n’as-tu pas utilisé ton pouvoir sur moi ?

    - Mais je ne voulais vous faire aucun mal, madame troll ! Je suis Océane Hannah, une jeune mariée et je me suis égarée. Une tempête m’a emmené jusqu’à cette rivière.

    - Tu as donc épargné ma vie, s’étonna l’ourse. Et bien, moi madame Léonce Buster, je t’offre en retour l’hospitalité dans mon modeste foyer.

    - Merci de votre générosité madame Buster, dit Océane, contente de trouver un refuge.

La femme ourse regarda son pied meurtri ;

    - Mon logis est à quelques lieux d’ici, appuie-toi sur moi, jeune fille.

Océane, soutenue par l’ourse marcha lentement en boitillant.
 
 

Elles traversèrent un champ de pâquerettes et de coquelicots, puis s’enfoncèrent au cœur d’une forêt de fougères géantes, qui débouchait dans un sentier étroit.

Elles arrivèrent à l’entrée d’une caverne, où un ours troll brun appuyé contre la paroi les dévisageait.

    - J’amène une invitée, énonça la femme ourse en présentant Océane à son mon mari, Martial.

L’ours, les yeux pétillants, se rapprocha de la naïade ; il la salua en lui souhaitant la bienvenue.

Une légère appréhension saisie Océane, en franchissant les parois étroites de la caverne…