Emi Kane, et les Tablettes de Jade. Chapitre 4 partie 2

Tous droits réservés par Joëlle JEAN-BAPTISTE

Emi Kane et les Tablettes de Jade.

Chapitre N°4 partie 2

La métamorphose


Dans l’auberge du Cygne vert, Amasu Kiwa, termina rapidement son service et monta dans sa chambre avec sa fille Sae Kiwa. Elles possédaient deux chambres juxtaposées. Elles s’installèrent sur le grand lit.

   - Raconte-moi tout ma chérie, annonça sa mère en lui caressant les cheveux.

Le Seigneur Tora Ryūku m’a demandé d’effectuer une statue, et de choisir une des deux apprenties pour travailler avec lui.

-       Le dissimulateur lunatique est de retour.

-       Oui, on l’appelle aussi le lunatique Edo !

-       Je me souviens de cela.

-       J’ai effectué un choix qu’il a désapprouvé par la suite, celui de partir avec Emi Kane.

-       C’est de la jeune fille que tu es jalouse ?

-       Pas du tout !

 -                Pourtant tu me parles souvent d’elle, de sa façon de rédiger les lettres calligraphiques, et de ses origamis.

-       Je sais, mais ce n’est pas de la jalousie.

-       Bref, coupa sa mère inquiète, continue tes explications Sae. La statue que tu devais créée avait quelle forme ?

-                 Je ne suis pas touchée par la métamorphose, ne t’en fais pas maman.

-                Il t’a pourtant donné la même pâte d’argile que les autres ?

-       Oui, mais je ne ressens rien.

-       Par contre, Miyu Hina a effectué une mante religieuse et Emi Kane un macaque.

-       Oh, les pauvres ! Bredouilla sa mère, cet homme utilise divers moyens pour utiliser les êtres humains.

-                Je suis allée dans ma chambre prendre un présent pour le Seigneur, et j’ai découvert quelque chose d’horrible.

-       Comment cela ?

-       En fouillant dans son bureau....

-       Quoi ? Tu as fouillé dans ses affaires ? Cela ne se fait pas !

-       Je sais maman, mais j’ai découvert une lettre.

Elle sortit un pli de sa poche.

-       Ne me dis pas que tu l’as prise ?

-       Non, j’ai recopié les principales idées.

-       Bravo ma fille, approuva sa mère. C’est très bien pour le message, mais non pour l’action précédente, lui dit-elle en se ravisant.

Elle fut stupéfaite de découvrir le contenu du message.



Installé sur une échelle, dans une salle obscur au fond de la bibliothèque Amaterasu, au troisième étage d’une rangée de manuscrits, le maître archiviste Gen Hayao Kazuhisa semblait absent des discussions qui se déroulaient dans sa propriété.

Madame Senami Izumi poussa lentement la porte, puis entra dans la pièce.

-       Maître, je vous cherchais. Puis-je vous parler ?

-       Madame Izumi, ne voyez-vous pas que je suis occupé.

-       C’est extrêmement important.

-       Qui a-t-il ?

-       Je viens vous apporter les dernières nouvelles. Le Seigneur Tora Ryūku veut partir avec les deux apprenties. Elles sont enfermées dans une pièce. Un palanquin doit les conduire dans une heure au centre de soin, m’a-t-on dit.

Soudain, par le biais d’une poulie, le Gokenin fit descendre un objet qui arriva devant la femme.

-       Elles doivent faire des ablutions particulières.

-       De quelle sorte ?

-       Des ingrédients ont été dilués dans les bains.

-       Expliquez-moi ! Réclama l’homme.

-             Je pense que vous pourriez utiliser vos relations pour stopper la procédure du Seigneur Tora Ryūku

-                Mes relations ne peuvent pas faire grand-chose contre le Shogun, dit l’homme en plaçant dans un panier un manuscrit poussiéreux.

-       Bon sang ! Que font nos serviteurs !

-       Celle-ci retourna l’ouvrage poussiéreux, et fut surprise d’y lire « Les facultés des sculptures maléfiques ».

-       Oh ! Je suis heureuse que vous preniez à cœur le problème. Je vous sentais ailleurs ces jours-ci.

-       Croyez-vous que j’allais laisser mes apprenties partir avec cet homme sans qu’elles ne puissent se défendre ? Annonça-t-il en descendant précautionneusement de l’échelle.

-       Je le soupçonne de les avoir infectées, continua la femme.

-       Nous avons affaire à un puisant ennemi. Il ne s’agit pas d’infection madame Izumi, mais de pouvoirs maléfiques.



Pendant ce temps, les deux fillettes qui paniquaient, décidèrent de lutter, contre ce qu’elles découvraient sur leurs corps.

Emi Kane se dirigea derrière un paravent, enleva quelques vêtements et se glissa pratiquement toute habillée dans le bain. Puis, elle essaya de tirer sur la touffe de poil.

-       Jun, aide-moi. !

Le pêcheur sous le choc de ce qu’il voyait ne pouvait ni parler, ni avancer.

-       C’est toujours aussi rêche, constata Emi Kane en frottant les poils dans l’eau.

Pétrifié, Jun Wataru regardait depuis un bon moment Miyu Hina. Il observait épouvanté ses cheveux, car quelque chose d’étrange bougeaient sur sa tête.

Miyu lui demanda

-       Pourquoi me regardes-tu ainsi ?

Le garçon leva lentement le bras en direction de sa tête, puis quitta la pièce en reculant vers la fenêtre.

-                Mais il s’enfuit ! Dit Emi Kane.

-                Qu’est-ce qu’il a ? S’étonna l’apprenti en se tournant vers Emi Kane.

Celle-ci mit sa main sur sa bouche, en hurlant. Ne sachant quoi faire, Miyu couru vers un miroir, pour se regarder.

Elle ouvrit de grands yeux et poussa un long cri strident.