Conte N°8. Emi Kane et les Glycines sacrées du Shogunat. Chapitre N°4 Le Lo Shu, le carré magique. Partie 1

Emi Kane et les Glycines sacrées du Shogunat

Tous droits réservés par Joëlle JEAN-BAPTISTE

Chapitre N°4

Le Lo Shu, le carré magique Partie n°1


Il ne restait que trois heures à Emi Kane pour retrouver l’objet que cherchait le Gokenin. Elle voulait se rendre auprès du maitre de la bibliothèque, et lui expliquer la situation, cependant elle préféra quitter l’infirmerie en rasant les murs des couloirs.

Après tout, elle n’avait rien fait de mal. Elle n’avait pas pris l’objet qu’il recherchait. Et Donna Lingfug en savait plus sur la situation qu’elle. Mais une idée lui traversa l’esprit car elle travaillait parallèlement pour les serviteurs du daimyo, Shimazu Nariakira. Donc, elle se trouvait en désaccord avec les recommandations du gouvernement des Tokugawa. Il fallait agir au plus vite, et tenter une manœuvre.

Lorsqu’elle arriva devant le bureau du Gokenin, elle fut surprise de voir défiler plusieurs soldats en capuches sombres. Elle se cacha derrière un long et lourd rideau décoratif de la fenêtre du couloir, puis fouilla ses poches. Elle en sorti une capuche et s’en couvrit la tête. Puis, pris la direction opposée, car elle devait avant tout trouver Donna Lingfug.

 

Dans les jardins de la bibliothèque Amaterasu des samouraïs arrivèrent. Leur chef s’avança vers la conservatrice de la bibliothèque, Senami Izumi.

-        Nous sommes envoyés par le shogun. Nous avons reçu des ordres du daimyo. Nous voudrions parler au Gokenin.

-        Suivez-moi.

Le groupe traversa, une pièce encombrée de la bibliothèque où avaient été entassés des éléments du pavillon brulé.

Emi Kane suivit discrètement et au loin, le groupe, lorsque soudain, une main vigoureuse la happa par l’épaule.

-        Soldat ! L’alerte a été donnée. Dépêchez-vous de les rejoindre ! Une nouvelle très importante vient de me parvenir.

-        Oui  heu, à vos ordre chef, heu seigneur.

Emi Kane eut la divine surprise de comprendre que cela n’était pas elle qu’on recherchait. Elle rentra discrètement dans la salle.

Heureusement qu'elle avait eu la bonne idée de revêtir la tenue du soldat endormit dans l'infirmerie, qui camouflait son apparence. Cependant, elle n’avait pu mettre qu’une partie de son armure et le pantalon qu’elle portait avait tendance à se relâcher.

Autour du Gokenin, et de Senami Izumi, s’attroupaient des hommes déterminés.

 


Miyu Hina voulait prendre des nouvelles d’Emi Kane. Elle se cacha quand elle vit le soldat sortir de l’infirmerie en titubant.

Puis, elle décida de l’aider.

-        Que vous arrive-t-il ?

-        Elle m’a trahi ! Elle m’a endormi avec du chloroforme.

-        Qui ?

-        La fille de Matsudaira Yoritoshi.

-        Je ne connais personne de ce nom ici. Qui êtes-vous ?

-        Je m’appelle Gin Teruki, dit le soldat, gêné de s’être fait berné par une jeune nipponne.

-        Moi je suis Miyu Hina, l’amie d’Emi Kane.

-        Mais pourtant son père est sous ses ordres du seigneur Kanemort. Il faut donner l’alerte, elle s’est échappée !

-        Si c’est d’Emi Kane que vous parlez, vous risquez de vous faire sérieusement gronder.

Le soldat prit peur. Il avait oublié ce que l’on faisait à ceux qui ne respectaient pas les ordres.

-        Oh ! C’est vrai que je devais la surveiller, pensa t-il. Kanemort sera sans pitié. 

-        Je veux bien vous aider, mais uniquement pour protéger mon amie.


Désarçonné, il acquiesça en se tenant la tête.

-        Allons dans sa chambre et nous allons trouver une solution, proposa Miyu Hina.


 

Pendant ce temps, dans la salle de réunion, de la bibliothèque, des discussions rugueuses se déroulaient.

-        Il faut absolument trouver un autre objet ! S’écria le visiteur.

-        Il nous reste peu de temps.

Ils furent interrompus. Deux samouraïs pénétrèrent dans la salle.

-        Maitre Gen Hayao Kazuhisa, la cargaison que vous attendiez, est arrivée. L’homme opulent pénétra avec une caisse en bois.

Le Gokenin semblait ravie. Il se frotta les mains en découvrant le colis.

-        Nous voici sauvé ! Dans trois jours, le seigneur Kanemort arrivera dans cette bibliothèque pour effectuer une signature du traité de paix de la province.

Les soldats regardèrent dans la boite et découvrirent des tortues vivantes.

-        Le Lo Shu est très précieux. Nous devons en fabriquer un d’urgence, pour effectuer une substitution.

Emi Kane se souvenait du fameux carré magique gravé sur une carapace de tortue, avec une écriture codifiée. Voilà ce que recherchait le Gokenin ! Et c’est aussi cet objet qui était tombé au fond du lac.

Celui-ci hurla.

-        Vous, dit un supérieur en s'adressant à Emi, allez me chercher la fille que vous aviez sous votre responsabilité. Mais, vous saignez ?

Emi Kane ne se s’était pas rendu compte que des gouttes de sangs s'échappaient de son bras. En essayant de maitriser le soldat elle avait heurté un meuble.

La jeune fille, déguisée en samouraï, leva timidement la main pour approuver l'ordre.

-        Alors soldat, allez la chercher ! Tonna le Gokenin.


Emi Kane pensait au jeune soldat qu’elle avait berné. Si on découvrait qu’il avait laissé s’échapper, il risquait véritablement sa vie. Elle partit rapidement en direction de sa chambre et croisa, Miyu Hina qui soutenait le soldat.

Emi Kane enleva sa capuche !

-        C’est encore vous ? S’écria le jeune homme.

-        Oui, je suis Emi Kane.

-        Vous êtes revenue ?

-        Oui, pour vous sauver la vie.

Elle se précipita dans sa chambre, fouilla au fond de son coffre et en sorti une épée. Miyu, je dois quitter la bibliothèque et retrouver Jun Wataru.

-        Et vous venez avec moi ! Ajouta la nipponne et menaçant le soldat.

 

 

Pendant ce temps, Donna Lingfug, la petite apprentie, ne comprenait pas ce qui lui arrivait. Elle reprenait ses esprits et pensait qu’elle n’avait pas été prudente. Elle se souvenait d’avoir suivi l’aide de la bibliothèque, madame Chiko, puis on l’avait agressée. Elle se trouvait maintenant bâillonnée dans une pièce de la bibliothèque.

Elle regarda autour d’elle. D’une lucarne filtraient les rayons du soleil. Elle comprit qu’elle se trouvait dans l’ancienne salle de réfections des manuscrits.

On lui avait fait traverser une cloison, entraver les mains et les pieds, et laisser dans un coin sombre.

Elle suffoquait.

Qui m’a mise dans cet état ? Et pourquoi ? Elle redoutait le pire maintenant qu’elle avait vu ce qu’il ne fallait pas voir la veille dans le jardin. Elle se souvenait de son secret. Elle était peut-être en danger.

Elle regrettait de n’en avoir pas dit plus à Emi Kane de sa découverte.

Tout à coup, la porte grinça. Quelqu’un s’approchait d’elle dans l’obscurité.

On lui enleva son bâillon, et on lui tendit un verre. Donna reconnu le bracelet au poignet de sa ravisseuse. C’était celui de Fumi Chiko.

-        Que voulez-vous de moi ?

-        Dis-moi où est l’objet sacré !

-        De quoi parlez-vous ?

La main sortit une petite bouteille

-        Buvez !

-        Non, je n’ai pas soif.

-        Tant pis, tu souffriras.

Brutalement, on la bâillonna.

Soudain, elle ressenti une douleur atroce, lorsque quelque chose s’enfonça dans sa cheville.