Chapitre n°3 Le fer de lance 1/3

Tous droits réservés par Joëlle JEAN-BAPTISTE "

Emi Kane et les incantations

du Shogun d’Edo

 

 

Chapitre N°3

Le fer de lance

Première partie 1/3

 

Les invités marchaient en file indienne dans les allées du jardin de la bibliothèque Amaterasu. Ils se dirigèrent vers le chashitsu, pendant que le gong retentissait.

Ils firent une halte dans les allées du jardin, pour effectuer le rite de purification. Ils se lavèrent d'abord les mains autour d’une source d’eau claire, entourée de pierres noires. Ensuite, ils s’acheminèrent vers le chashitsu (1). Ils s’agenouillèrent devant le tokonoma, (2) en admirant l’alcôve, ornée par l’Ikebana. La composition florale préparée par Emi Kane et sa collègue apprentie Miyu Hina, avait du succès.

Gen Hayao Kazuhisa, l’archiviste de la bibliothèque avait prit la tête du cortège. Il arriva devant le chashitsu, et semblait troublé par la nouvelle, qu’il venait d’apprendre. Il ne voulait pas montrer son désarroi.

Le moment de la cérémonie du thé allait commencer. Les convives se déchaussèrent. Silencieux, ils s’installèrent sur les tatamis confortables.

Le grand maître du thé, Zen Dai Daichi, s’affairait depuis un bon moment dans le chashitsu. Il commença à purifier le service à thé, avec l’aide de linges de soie. Puis, il observa avec une grande attention, l’eau du thé qui chauffait à une température précise, et la versa sur le mélange.

  Gen Hayao Kazuhisa observait attentivement les gestes du maître du thé. Précis, méticuleux, le connaisseur maitrisait à la perfection cette séance. Zen Dai Daichi prit le fouet de bambou, que lui tendait la gouvernante, Izumi Senami, pour remuer dans chaque bol, la mixture. Une mousse fine se rependit à la surface du thé. Ensuite, il déposa sur un plateau, une portion équivalente du breuvage pour chaque invité.

L’atmosphère était au recueillement.

-        Avec respect et humilité, je vous présente vos nectars, dit l’homme, pendant que les invités inclinèrent leurs têtes

 

Pendant ce temps, Dosan Hidenori, le samouraï, se plaça derrière un paravent pour revêtir des vêtements propres, qu’Emi Kane lui avait apporté. 

 

-        Où vit ton ami ? Tu m’épargneras bien des efforts Emi Kane en me donnant son adresse.

-        Je ne vous dirai rien ! Je vous ai soigné, et maintenant enfilez vite ces habits et partez, avant que je n’alerte les autorités.

-        Vois-tu Emi, j’ai toujours obtenu ce que je voulais, lâcha l’homme sûr de lui.

-        Vous allez me faire du mal ? Je n’ai pas peur de vous ! Je suis en retard pour la cérémonie. A mon retour, je ne veux pas vous trouvez dans ces lieux, car vous n’'êtes plus le bienvenue !

Emi Kane se dirigea vers le jardin.

Lorsqu’elle entra dans le chashitsu, la jeune nippone sentit le regard désapprobateur de la gouvernante la fixer. Toute ébouriffée, elle n'avait pas eu le temps de se recoiffer, après son intervention pour arracher son ami des mains du samouraï.


Alors, elle se précipita dans la mizuya, pour se recoiffer et commença le service.

 

A quelques mètres de là, dans une petite maison d'Edo, construite au bord du canal, Jun Wataru, anxieux, courrait en regrettant d’avoir lu les correspondances. Le samouraï mettrait-il sa menace à exécution : de l’emmener avec lui ?





Suite de la deuxième partie 1/3 bientôt


Comments