Les anabaptistes

 
 
 
 
 
 
        L'histoire de cette ferme, de cette vallée et notre propre cheminement évoquent très souvent les anabaptistes et les mennonites.
        Pour mieux vous aider à comprendre, voici quelques définitions et quelques documents.
 
  • ANABAPTISTES :
Etymologiquement : re-baptiseurs
En fait, adeptes des mouvements de réforme de Zürich en 1525.
Vient de Menno Simon, prêtre frison converti en 1536 et qui est devenu le chef de file des anabaptistes pacifiques.

Vient de Jacob Amman, "ancien" de l'assemblée de Markirch (Ste Marie-aux-Mines) qui, entre les années 1693/1697, a voulu réformer les assemblées mennonites devenues, selon lui, trop mondaines. Presque toutes les assemblées d'Alsace furent "amish" jusqu'au siècle dernier. Suite à l'émigration aux Etats-Unis, ceux qui restèrent ont fini par rejoindre les mennonites.

 
 
Une spécialité anabaptiste : l'agriculture en montagne
 
        Durant tout le XVIIIe siècle et la première moitié du XIXe siècle, les anabaptistes furent à l'avant-garde du progrès et de la réussite agricoles. Ce fait tenait à plusieurs raisons : union de l'élevage et de l'agriculture, amélioration des terres et des prairies par la fumure et l'irrigation, importance des superficies exploitées et du cheptel, goût du travail, etc...
 
        Les fermes de la région accordaient plus d'importance à l'élevage. Certaines, les marcairies, produisaient et commercialisaient le fromage. D'autres enfin, se procuraient des revenus annexes grâce à la distillation.