partenariats


 
 (...) L'oeuvre monumentale intégrée au Théâtre du Manège de Mons a pour la première fois dérogé aux contraintes de la Caravana obscura, aux règles que les photographes s'étaient jusqu'alors fixées. Par son échelle monumentale tout d'abord, l'oeuvre placée au-dessus d'une verrière de même dimension occupant tout l'espace d'un plan incliné correspondant aux gradins de la grande scène. Par son procédé de réalisation qui a mené à l'amplification d'une photographie des proches casemates de Mons, ancienne architecture militaire dont la forme est déjà un panoramique en soi, réalisée avec la caravane en mosaïques de 68 panneaux scannés puis assemblés, constituant la première "reproduction" d'une oeuvre jusqu'ici vouée à l'exemplaire unique, la ville retrouvant le théâtre, comme un décor se liant à elle à travers le vitrage. Puis sa disposition enfin, le ciel de l'oeuvre rejoignant en point de fuite celui qui s'étend par-delà la baie, obligeant le spectateur à lever les yeux plutôt qu'à se pencher sur l'oeuvre, l'amenant au déplacement autant qu'à la contemplation.
Photographie Martin Garanger.
  Xavier Canonne, Le Manège.Mons, La Lettre Volée, Bruxelles, p.77

<  >