ON VERRA BIEN: chapitre 1




elle photographie le ciel de l'aube
comme d'autres contemplent leurs pieds,
et son cœur de fantaisie sur la mob,
met plein gaz et file comme une fusée.
c'est l'héroïne des temps modernes,
mais elle l'ignore !
Un jour, elle a levé la main,
comme pour faire un signe,
et tout fut changé.

D'un seul coup, l'alerte est donnée.
Sirènes, messages radiodiffusés,
un évènement extraordinaire est annoncé.
entre en scène Walkyrie et Mac Coy,
attention Limoges, ville plancher,
un Alien va te chevaucher!
un l’œil géant qui dit "Joy" !

Les deux défenseurs patentés quittent leurs abris
et se jettent dans la bagarre
chacun veut la médaille militaire,
décerné par Monsieur le Maire
pour fait courageux en faveur de la ville,
c'est pour ça qu'ils partent en vrille !


c'est alors que commença la course-poursuite .
Ford Mustang contre Peugeot 404 en fuite!
et sans que personne n'intervienne,
elles se coincent au milieu du tunnel du périphérique,
sortie direction "La Creuse", ça fait chic.
impossible d'ouvrir les portières.
reste l'invective langagière:
- non  mais, chez qui ?
- comment donc, la rombière !
- de quoi, tu m'empêcheras pas de faire mon devoir !
- toi non plus, Walkyrie d'eau douce! 
- fais marche arrière, Cow-boy grand comme mon pouce
 ( on l'appelait Tom Thumb dans une autre vie).

Pendant ce temps-là, l'Alien mangeait les quartiers -Nord,
 l'abattoir, la fête foraine juste installée,
et avisait le Parc Central pour sa sieste bi-hebdomadaire.
 Il faisait à peu près trois kilomètres de haut,
mais les deux derniers étaient ridiculement ténus
. Les nuées d'étourneaux passaient à travers.
Il est beau, finalement.

 Un peu bleu, un peu rose.
Un fan-club voit le jour.
M le Préfet, qui avait toujours du mal à se réveiller
 ( séquelle post-traumatique de la guerre des poubelles 1995) 
 restait dans le vague jusqu'à Midi.
A midi deux, il fit appel à l'armée de Terre.
 ou ce qu'il en restait, depuis le Président Cocteau,
qui s'en était servi comme harem.



Les arrêts-maladie se succédaient
et personne ne venait défendre la Patrie.

Les généraux limogés en 1918 étaient à l'Hospice municipal,
branlant du chef,

inoffensifs, de toute façon.
Restaient deux passionnés du territoire. 
Coincés sous l'autoroute de Paris à s'invectiver pour la gloire.
Le vrai responsable de cet événement désastreux pour la contre-attaque,
était 
un escargot trop sûr de lui, 
qui dessinait des arabesques sur la chaussée.
En réalité, des formules énigmatiques destinées à sa descendance.
Toutes les connaissances du monde résumées
W l'a immédiatement compris et freine
MC aussi et freine pareil
et les voilà en retard pour le match !
Ils prennent des notes et s'épient
Y-aurait-il un rapport entre ces formules cabalistiques
et l'Etre venu des étoiles ?


L'Alien s'allonge au Parc
et se connecte avec son peuple resté là-bas.

Le message prend la forme d'une sphère d'un violet profond au sillage jaune,
comme sur un tableau de Matisse.



Il raconte la saveur du quartier Nord,
la barbe à papa, le porc transgénique, 

le boudin aux hormones.
cela fait sensation sur Bételgeuse.
Les cousins rappliquent demain 



mais demain, c'est demain
et rien ne sera pareil !

La preuve!
Le géant dort encore.
C'est pas normal.
Il ne peut rester si vulnérable plus de quelques heures,
c'est impossible.

L'horloge atomique de son cœur le réveille automatiquement à Minuit,
heure locale

enfin, Minuit de chez lui
ça dérange tout le monde, en général
car il est toujours en vadrouille,
celui-là, pas comme ses frères.


Il a un don : il voit "les portes" et file de lunes en galaxies,
de planètes en soleils.

Il est infatigable et ne se lasse pas d'explorer l'univers.

Et Limoges, c'est merveilleux ! 

Photo

Il est entré par un appartement du dernier étage par un Velux resté ouvert,
malgré la tempête.
Chez une jeune femme bien comme il faut,
mais qui laisse les fenêtres de toit 

ouvertes, malgré la tempête.
Elle dira plus tard (Archives départementales):
- c'est nécessaire pour que mon âme s'envole !
- ah, elle a quelle aspect, cette âme ?
- une sphère d'un violet profond avec une traînée jaune
- ah, comme dans les tableaux de Matisse
- oui, Kandinsky.
- ah, pensez-vous qu'il y ait un rapport avec le géant qui dort ?
ses messages ressemblent 
physiquement à votre âme, non ?
- je suis innocente ! votre âme à vous, elle a quelle couleur ?
- euh, bon (raclement de gorge), quand même, c'est troublant !
- moi, ce qui me trouble, c'est qu'il ne se réveille pas !
malgré son horloge atomique

On l'a su plus tard.
C'était la première fois en mille ans que cela arrivait.
L'effet "Limoges" ?



L'enquêteur de l'ONU est formel :
- il dort dans l'amour !
  il re programme son disque interne,
il fabrique des milliards de nouveaux neurones.

  au dépend de sa sécurité.
Il s'en fout de sa sécurité.
D'ailleurs il a encore grandi.

  Son fan-club passe à l'international.
Les babas-cool de Phuket lui ont trouvé un nom :

  "Ramador", ce qui signifie en chichon de six heures :
" celui qui glande en Province".

  Du coup, le prix du mètre carré habitable a doublé
à Angoulème, Niort et Chatellerault.

  Les cadres dirigeants Chinois se précipitent
et achètent les garages, parking et aubettes de bus.

  
 Depuis l'annonce "de l'amour",
on n'a plus peur et on va le voir.
Il est visible aux heures ouvrables.

Nos deux héros, les premiers, sont arrivés,
pénétrant le brouillard rose en se chamaillant, ont disparu

quelques heures, et sont ressortis sans trouver rien à redire :
" il n'y a rien à redire !" ont-ils déclaré à la presse.
Pas de trace non plus  des cinq mille habitants des quartiers Nord,
des Forains, des Bouchers.

On s'y fait.
On hérite .
On rachète le terrain nu .
"C'est spacieux pour une banlieue" dit le Ministère.

On parle de zone franche, de nouveau stade,
enfin, ça fait du bien au Bar-Tabac de la rue Platon.



La fille du dernier étage se sent bizarre, aussi.
Ses yeux se sont agrandis
mais ne mange plus grand chose,

Elle qui aimait tant les gâteries, à la nuit,
quand tout était endormi.
Elle regarde le ciel comme si elle était chez elle.

C'est son âme, là, qui virevolte ?
ça fait des zig-zag autour de la lune,
et pour qui sait lire les signes,
c'est comme 
une écriture,
faite de chiffres entremêlés, brillante et lascive.


Nos détectives y ont vu des ressemblances évidentes
avec les traces d'escargot du tunnel .
Bizarre.

W et MC font un débriefing rapide et exaltant .
On n'aime pas tout seul.
L'enquête s'oriente vers un élevage

d'escargots et les milliers d'interrogatoires connexes.
L'ANPE recrute.
Personne ne veut torturer l’Hélix
.
Pétitions des associations d'anciens combattants, de Brigitte Bardot et des Verts.
Le projet est retiré.
On parle d'hypnose. Trop cher,
les Psychothérapeutes indépendants sont hors de prix.

Reste la Fonction Publique et ses DRH,
formés à "l'écoute assertive et entretien motivationnel". 




"On va faire avec ce qu'on a" dira Monsieur Le Maire .
Enfin , c'est ce qui sera écrit aux Archives Nationales.
Car le pays entier se passionne pour ce cas d'école :
comment enregistrer la déposition des cent mille mollusques ?




alors qu'ils ne sont même pas inscrits sur les listes électorales.
Les partis d’extrême
-droite y voient une aubain pour augmenter leurs effectifs,
d'autant que les cousins limaces pourraient discrètement
  être approchés.
Surtout les 
sauvages, rouge et noir,
au fond des bois laissés en friche par les Eaux et forêts
depuis la dissolution des Associations 
de Prostitution Légale

qui assuraient leurs revenus.


W et MC organisent leurs idées sur la question
et les salles de classe réquisitionnées.

Le thaumaturge Grégoire Le Pauvre
, de service ce soir-là,
à La Grande Loge De France cite longuement Foucault,

Un expert en déchiffrage des codes secrets soviétiques donne son avis,
( nom masqué), pour rien,
personne n'y comprend goutte.

Le sourcier de L'Elysée cherche la Porte des rêves,
cette faiblesse extrême de l'Etat,
puisque non gardée (et gratuite).

Tous s'avouent impuissants.



Le géant, lui, est en érection.
c'est une intense intention, qu'attise une douce intuition.
Il va se réveiller et chercher la pure et formidable compagne.
Celle qui lui est promis depuis le début des temps.
Ils vont se reproduire,
Comme le prévoit la légende Aldébarienne
qui couvre la face Sud du Mont Moliges,
lieu de pèlerinage pour tout citoyen 
né par scissiparité.
Ce peuple espère retrouver les joies de la sexualité,
seulement décrite en spasmes de pierre,
sur  
cette fameuse montagne sculptée de corps sans tête, ni bras,
parfois si, mais c'est rare.
On y voit d'énigmatiques sourires.

Douleurs ? Crampes musculaires ?
Bien-être inconnu ?

Un seul sait.
Il est là.
Allongé dans la luzerne mal entretenue du Centre-ville d'une ville de province.
Il se lève. Maintenant !
Il part à la recherche d'un être inimaginable,
ni par son aspect extérieur ( y'a t-il un aspect extérieur ?),
ni par son odeur 
( de jeune fille au jasmin ),
ni par la force de son regard noir.

Il est debout, voit le dessus des nuages,
mais aussi la canopée
,
autant que chaque fenêtre devant lesquelles il passe, lentement.

Il s'érige.
Il est terrible, fascinant.
Son fan-club double en dix minutes.
Mille chaînes de télévision le suive, pas à pas.
Émeutes à Bombay, taux de natalité en hausse à Düsseldorf,
la Bourse de Londres explose .


La petite du dernier étage a fermé la fenêtre de toit.
Elle ne veut pas de toi. 

Pas encore, pas déjà.
Demain, peut-être,
car demain ne sera pas comme hier.


Edward Albee

Prépare-toi, petite humaine.
Les étoiles t'appellent et te somment,
par la magie du monde qu'on ne comprend toujours pas,
de répondre à la joie de croître,
devenir commune et universel témoin des particules de vie
qui circulent entre les astres
de toutes les galaxies visibles et invisibles.

Pollen de toi.
Protéines errantes et sans loi.
Depuis toujours, c'est comme ça.
Les vents solaires, les volcans nucléaires,
les planètes qui se percutent,
les météorites hystériques
portent, transportent, importent,
exportent des nucléides inédits, directement livrés par trous noirs,
à l'autre bout de l'univers,
qui s'en sert, s'en nourrit, en jouit,
en fait pluie d'hiver, germes de vie,
prières de se reproduire autrement. 



Et que je te  fais une jolie mutation,
une corne par-ci, un pelage par-là,
une compétence, un organe,
et que je te perturbe l'environnement,
espèces nouvelles, races disparues,
impasses génétiques.
Bref, c'est normal, tout ça.
Qu'un nébuleux géant s'éprenne d'une Princesse.
Et qu'il adapte son corps étranger à celui de l'amante.
Qu'il fasse ça en deux temps, trois mouvements de l'âme.
Le voilà comprimé dans 190 cm de peau d'ébène,
sourire à mille dents, un col roulé très
Seventies, le doigt sur la sonnette de Valéria Mac Coy!
"plouf" ! c'est bizarre comme sonnerie !
La fille de W et  de Mac Coy ?
Incroyable et fabuleuse destinée d'une descendante de super-moyens-héros,
qui laisse les fenêtres de toit ouvertes pendant la tempête.



La porte s'ouvre et les voilà face à face.
-"j'ai laissé mes narines ouvertes et quelqu'un est entré !" dit Akim ,
le grand black au col roulé.
"vous êtes une porte à vous tout seul ?" s'étonne V.
qui s'y connait en portes laissées ouvertes.
-" je l'ai compris quand j'ai vu le nuage rose du Géant qui dormait entrer par mon nez"
-" et vous vous sentez ballonné ?" 
- j'ai un peu envie d'éternuer, sans plus
- il n'était pas en érection un peu, le Géant ? s'enquit V
avec de drôles de rictus faciaux
- ah, c'est pour ça !
- que quoi ? gémit V.
- que...
- que quoi ? hurle V. sans s'en rendre compte
- d'ailleurs, c'est passé.
- ah bon .
- donc, vous sonnez pour ...?
- euh, j'ai de l'amour en moi et ....
- oui, j'ai vu les infos. je suis l'élue, c'est ça .
Tout ça parce que j'ai laissé une fenêtre de toit
ouverte ! c'est un comble !
- non, pas vraiment. plutôt, parce vous êtes une super-moyenne-héroïne, enfin supposée !
- comment ça supposée ? vous n'avez jamais vu mon âme violet profond à traînée jaune ?
- ce n'est plus un secret . si, si à la télé.
- et alors, c'est pas fort ça ? 
- si, si , je suis très impressionné.
- enfin bref, je viens pour une reproduction sexuée.
- brrrr. fermez cette porte .
Limoges frissonne ce soir.
- c'est-à dire que mes cousins de Cassiopée attendent.
Ils sont sur le départ et guettent leurs écrans.
- combien sont-ils , vos cousins ?
- depuis la dernière session de scission,
quelques milliards, précisément.
- oh là, mais ça va pas ça !
faut que j'appelle Maman: Maman !!!
- ah, il faut Maman pour la reproduction ?



Au beau milieu de cette passionnante conversation,
le téléphone sonne.
- Valéria, c'est Papa ! pourquoi as-tu fermé la fenêtre de toit ?
un orage approche .
C'est le moment de la laisser grande ouverte,
d'après ce qu'on dit.
- Papa, je suis avec le corps humain du Géant !
Il veut se reproduire,
c'est un fait acquis, mais aussi,
 m'informe que ses cousins arrivent .
Ils arrivent où au fait , vos cousins ?
Le black commence une longue litanie de noms de villes secondaires : Guéret, Bourcefranc-le-chapus,
  Aigrefeuille, Rouffiac, Confolens ....
- Ils entrent par les trous de nez,
c'est des portes, il paraîtrait.
- bon, dit Papa, je finis avec le dernier millier de ver de terre à interroger et j'arrive.
Essaie d'en savoir plus.
 tu fais du bon boulot, ma fille !
- la fille s'approche de son futur Naplouse
, pose sa tête sur la haute épaule
( probablement grâce à l'aide
d'un marchepied qui passait de manière fort opportune),
et renifle l'odeur de mâle, du côté du cou.
quelque chose bouge, palpite.
Une anomalie.
Elle écarte le col roulé.
Oh ! des petits replis de peaux parallèles. Des ouïes.
Il en sort quelques particules irisées .
c'est joli comme tout.
Elle ferme les stores.
c'est magnifique .
- respirez-plus fort ! lui demande-t-elle
Il s'exécute gentiment . Oh !
ça pulse en pulsar !
Elle lui pose une main sur le sexe .
Oh, Oh, Oh, une cascade de lumières dorées jaillissent de chaque côté ! 
on dirait les milliers  étincelles sous le train qui entre en gare de la Ciotat,
 juste avant de perforer la verrière .
Elle éteint tout et ferme l'appartement en hermétique.
Mon Dieu, c'est Versailles !
Dans son ventre, c'est Marseille à la gare Saint Charles en plein TVG de Paris  .
Incroyable ! 
ça roule et tambourine et ça tord
et s'achemine vers un ultime point d'orgue de phasme.
Les étoiles sortent et inondent.
Elles sont chaudes, douces,  véloces et pénétrantes.
Quel bonheur !
Encore, encore, d'autres encore, en haut ,
en bas partout, toujours, 
surtout ne t'arrête pas,
ne t'arrête jamais, tu me rends folle !



Et ça fait pareil à Saujon, Beurlay, Parthenay, Sainte-Même Les Carrières..
La province, profonde et authentique brille comme guirlande lumineuse et se pâme.
L'andalousie, aussi, et la Poméranie, et la Gaspésie
et partout il y a des "i" et des "Oh",et des "AH"
car c'est ainsi.
Limoges a ouvert la voie et Valéria a trouvé la sienne.
Elle cherchait les étoiles.
Elle a trouvé les étoiles
et chez elle, en plus, et en dedans encore !
C'est le bonheur des rêveurs qui rêvent leurs rêves,
comme ça, du bout des doigts,
en y croyant à peine.
Et pourtant, tout est là.
La couleur, le son, les sensations qu'on imaginait pas.
Ah, l'odeur de cannelle qui émane du corps  ébène,
ah la douceur de sa peau qu'on dirait de la soie,
ah les soupirs et les bruits de gamelles,
ah les secousses du haut vers le bas.
Ah, là-bas !


Cousins Alladar, Boullandor, Cavendur, Dessandour, Emmaydir, Foykafir, Gammestur,
Hemmourtar et les milliards d'autres découvrent les joies de l'incarnation comme autant
de Jésus-il-n'est-jamais-trop-tard
et col roulé ou pas,
c'est vraiment épatant de voir 
ces jolies couleurs d'aiguiseurs de scies circulaires.
La publicité s'en empare (libre de droits).
La mode aussi.
Le test de Rorschach est modifié.
Le Lundi n'est plus un jour maudit,
allez savoir pourquoi.

La couche d'ozone fait la gueule,
mais c'est pas grave.
Tout le monde s'en fout de tout,
surtout de la couche d'ozone,
et ne pense qu'à faire
des étincelles avec des trucs en "ir" ou en "ur" ou en "or" le plus prisé.
Le monde humain s'en trouve changé.
La Psychiatrie Française,
que le monde nous envie,
fait faillite et se délocalise en Chine du Sud.
On ne se gratte plus le nez en voiture.
Bref, ça va mal.
Mais que font W et MC ?
Des étincelles, eux zaussi ?
Oui ? Non ?
Zorrino dirait " no sé" !

Ils ont disparu.





Sous-pages (1) : JE VAIS ME COUCHER