Traditions d'hiver

TRADITIONS D’HIVER CHEZ LES ROUMAINS

Dans toute la Roumanie la période de la fin de l’année est marquée par des vieilles traditions qui ont un rapport avec les rituels de la régénération symbolique du monde, de la chasse des mauvaises esprits, réunies dans un complexe de cérémonies et de superstitions.

La période entre le 24 décembre et 7 janvier est de passage entre deux cycles de végétation et deux cycles de travaux agricoles, ce qui représente une occasion de régénération de la vie. Le centre des fêtes d’h
iver est Craciunul (le Noël), suivi  du Anul Nou   (Jour de l’An ) et Boboteaza (le baptême du Jésus dans les eaux du Jordan-l’Epiphanie).Chez les roumains ces fêtes ont un répertoire très riche qui se manifeste en réalisations artistiques littéraires, musicales et chorégraphiques, avec des éléments de théâtre populaire.Quelques uns de ces coutumes : les noëls, Plugusorul, Sorcova, les jeux avec les masques, Calusarii de Banat (ou Caiutii de Moldova) sont des manifestations folkloriques qui traduisent un riche spiritualité conservée depuis très longtemps.



1.COLINDELE (les noëls) 

Ils ouvrent la série des 12 jours des fêtes d’hiver.Aux noëls participe tout le village traditionnel, surtout des groupes d’enfants et de jeunes.Dans ces groupes il y a une hiérarchie bien établie et les participants se réunissent dans une place spéciale, comme dans toute action à caractère rituel.

La tradition des noëls est déterminée chez les Roumains aussi par « FESTUM INCIPIUM » du Jour de l’An qui a transmis aux coutumes le caractère de cérémonie ouverte à la régéneration.Tout ce qui se passe pendant cette période a un caractère augural, c’est pourquoi les noëls se caractérisent par une atmosphère pleine d’optimisme où l’on exprime les désirs, les aspirations des hommes, touchant parfois même le fabuleux.
 
De nombreux noëls roumains ont bien sur une composante religieuse en parlant de la naissance de Jésus Christ. Par le chant est évoqué le moment de sa naissance dans une  crèche, avec la Vierge Marie et Joseph, tout dans une image touchante de la Sainte Famille.Dans les noëls sont présents  les trois bergers, les trois mages de l’Est qu’ils ont conduits par une étoile lumineuse vers le nouveau né, Messie, celui qui apportera le salut pour les hommes, victimes de leurs péchés. 
Ces noëls nous envoient à l’amour, à la croyance, à l’espoir et à la bonté.

Les noëls laiques qui coexistent avec les noëls religieux créent une atmosphère légendaire, reflètent le monde et les forces de la nature.Ils présentent la vie du village, la ferme, le paysan laborieux, l’héroïsme, l’amour, la force et la beauté des jeunes. 
Le cadeau offert aux hommes est un pain blanc en forme d’anneau doux, que les ethnologues considèrent le symbole du soleil.Les enfants reçoivent aussi des pommes, des noix, des fruits.


noel MURES - 2


noel TISA




2.CALUSARII (les danses)  

Dans la région du Banat et de la Moldavie la danse se pratique à la veille du Noël (aussi à la veille du Jour de l’An) et elle fait partie d’un ancien culte dédié au Soleil invincible (SOL INVICTUS), célébré par les peuples indoeuropéens.Cette coutume vient de l’époque préchrétienne et a des liens profonds dans l’espace européen. En Dacie la divinité primordiale c’est Zamolxis et l’existence de cette coutume démontre l’interférence de la religion autochtone préchrétienne avec des influences lointaines.

Evoquant l’ancienne divinité solaire, on a conservé jusqu’à présent le symbolisme de ce rituel qui a à sa base la lutte entre l’obscurité et la lumière avec la victoire de la lumière, par conséquence  le triomphe des forces du bien.C’est le message optimiste qui  nous apportent, lui-mêmes, les noëls qui célèbrent la naissance du Jésus Christ.










3.PLUGUSORUL (La Charrue)

En Moldavie et en Valachie à la veille du Jour de l’An des groupes de jeunes vont avec la charrue – une coutume agraire qui vient d’une pratique primitive de la fertilisation de terre. Aujourd’hui « Plugusorul » est devenu un vœu de recoltes riches pour le nouvel an qui vient de commencer.
Le texte de « Plugusor » (la variante trouvée par le poète romantique Vasile Alecsandri) refait dans une atmosphère fabuleuse les travaux de l’année : le labour, les semailles, la moisson du blé qui deviendra pain délicieux.Les deux perssonnages, eux-aussi, ont leur signification : Traian et la belle Dochiana sont des symboles pour l’origine du peuple roumain, après la conquête de la Dacie par Traian, l’empereur romain.

Le rappel de l’histoire et le déroulement des travaux agricols ont lieu dans une atmosphère gaie, pleine de la vitalité.La récitation est accompagnée par des moments ou l’on adresse des vœux avec des cris, tintements des cloches, des coups de fouets.

Avec ses racines ancestrales, Plugusorul évoque l’ancienne occupation de cultiver la terre, mais aussi le mythe de l’ethnogenèse du peuple roumain, la symbiose daco-romaine de notre peuple.



























4. SORCOVA  (La baguette)

Elle appartient aux coutumes du Jour de l’An et c’est la joie des enfants.Ils ont dans leurs mains un rameau fleuri de pommier, poirier ou griottier qui avait été mis dans l’eau la nuit de Saint André ( le 30 nov.).La variante moderne est une baguette ornée de fleurs de papier coloré et elle est considérée une baguette magique qui transmet la jeunesse et la vigueur à celui qui l’écoute.Parfois on utilise encore un branche de sapin.
Le texte est une incantation accompagnée des gestes rythmiques avec la baguette.Par cette coutume augural on évoque la santé, la richesse, la prospérité, la joie : 

« Baguette bien gaie
Vivez, fleurissez,
Comme un pommier,
Comme un poirier,
Comme un brin de rosier,
Fort comme la pierre,
Rapide comme l’épée,
Fort comme le fier,
Rapide comme l’acier,
Bonne année, bonne année ! »

Veuillez recevoir ces vœux pour la Nouvelle Année avec l’incantation magique de la baguette des enfants !

Bonne Année à  tous !
La multi ani !





1.COLINDELE (les noëls) 

noël GEOAGIU


noel MURES - 1


noel MARAMURES



















2.CALUSARII (les danses)  

Calusarii - Banat


Caiutii-Moldavie





3.PLUGUSORUL (La Charrue)

La charrue des enfants


La charrue des adultes, Moldavie




4. SORCOVA  (La baguette)

Bonne Année

















Matériel réalisé par les élèves du Collège National « Mihai Viteazul » de Saint-Georges : Razvan, Andreea, Izabela, Anita, Evelina, Cristina, Roxana, Andra et Liviu.Coordinateurs prof.Maria Stoica et Nina Stanoescu, en collaboration avec prof.Laura Pospisil.