07. La culture


S’il y a bien un secteur qui repose sur le financement, c’est celui de la culture.

Dès lors, commençons par comparer la répartition des chiffres du budget culture pour la Région Wallonne et pour la Région bruxelloise.
  • Région Wallonne :
61 % pour les monuments, sites et fouilles

29 % pour le sport

9 % pour la culture

1 % pour les médias.

  • 64 % pour les monuments et sites
9 % pour le sport

27 % pour la culture 

1 % pour les médias

Sport et culture sont traités de manière parfaitement inversée par les deux Régions.

La culture constitue un enjeu démocratique fondamental dans la mesure où elle contribue à l’épanouissement individuel et collectif ainsi qu’à l’édification d’une citoyenneté responsable. Elle est un vecteur d’émancipation sociale : raison pour laquelle l’exclusion culturelle constitue l’une des pires figures de l’exclusion. Les barrières culturelles que génère l’ignorance interdisent à l’individu tout sentiment d’appartenance positif à une collectivité.

Par ailleurs, la culture apparaît aussi comme un facteur de développement économique. De nombreux acteurs s’accordent à dire que les dépenses culturelles sont sources de richesses à long terme, par leur impact sur l’emploi ou sur le tourisme par exemple. Mais aussi par le biais de ce que l’on appelle les industries culturelles, comme le cinéma ou les télécommunications.

Un État Wallonie-Bruxelles devra veiller à améliorer la cohérence et l’efficacité des actions menées en matière culturelle, tout en reconnaissant les spécificités propres à chacune des Régions.