07. A propos du coût de la vie

Par Claude Thayse
Nous avons vu que la fiscalité en France était moins pesante et davantage sociale qu’en Belgique.

Procédons maintenant à une rapide comparaison des frais auxquels le citoyen est exposé dans la vie courante.

En général, les produits alimentaires sont moins chers en France, hormis la viande qui est d’un coût comparable.

En Belgique, l’eau minérale est un luxe (TVA 21 %), puisqu’il y a l’eau du robinet (TVA 6 %) !

Les produits manufacturés sont également moins chers en France. Outre l’aspect fiscal et social, cela s’explique aisément. Il faut considérer qu’un importateur, qui doit servir 60 millions d’habitants, obtient du fabricant des prix plus intéressants qu’un importateur qui doit servir 10 millions d’habitants.

Le prix des livres est plus avantageux en France.

Ainsi, l’informatique, la photo numérique, l’audiovisuel en général coûtent en moyenne 25 % de moins qu’en Belgique.

Le parc automobile connaît des prix assez équivalents. Mais il n’y a pas en France de taxe de circulation ni de taxe de mise en circulation. 

A garanties égales, les assurances sont, elles, de 10 à 20 % moins chères en France. Quant à la téléphonie, elle coûte la moitié du prix.

Les sacs poubelles ne sont pas légalisés en France. On les trouve dans les grandes surfaces à des prix fort bas.

Au niveau de l’énergie, le gaz français est d’un coût équivalent. Mais l’électricité est à moitié prix.

En Belgique, un tenancier de bistrot, où l’on diffuse de la musique, doit s’acquitter de :
a) la redevance Sabam pour les droits d’auteurs ;
b) une rémunération équitable : droits d’auteurs… complémentaire ;
c) la taxe communale sur les appareils de diffusion musicale.
En France, ces deux derniers points tombent, ce qui représente un gain de 1000 euros par an.

Enfin, le restaurant de « Monsieur tout le monde » offre, en France, un menu à deux services  pour le prix duquel on est loin d’obtenir l’équivalent en Belgique.