Introduction aux Estampes Japonaises

Ce site internet est dédié à la collection d'estampes japonaises de Serge Astières (estampe.japonaise@gmail.com). (Cliquer sur la partie gauche pour accéder aux différentes pages).
La partie Shin-hanga de la collection maintenant est sur un site dédié bilingue français-anglais: https://sites.google.com/site/estampesshinhanga/
 
Vous trouverez un nouveau site dédié à la Route du Kisokaido (en Français et en anglais) à travers les estampes de Hiroshige et Eisen: https://sites.google.com/site/kisokaido/

Je voudrais partager mon enthousiasme pour les estampes japonaises, son histoire, les artistes, les outils et leurs techniques, illustrée par quelques exemples de ma collection.  Dans le menu sur la gauche, vous trouverez les différents chapitres avec les estampes dans l'ordre chronologique de création et réparties suivant les périodes japonaises traditionnelles: Edo (primitifs, puis classiques), Meiji (transition) et Shin-Hanga (moderne).
Il est impossible de rendre justice via l'internet aux effets spéciaux et tri-dimensionnels des estampes tels que les reflets du mica saupoudré, le gaufrage ou même la texture du papier traditionnel japonais (washi) qui ajoute une dimension tactile. Mais j'espère que ceci vous donnera envie de commencer à votre tour une collection. Pour voir les estampes, utilisez les lignes de périodes sur la gauche, et dans chaque page, cliquer sur le titre de l'estampe pour accéder aux détails. (Note: Les estampes présentées ne sont pas à vendre).
 
Mon intérêt pour l'art japonais et plus particulièrement les estampes a pris la suite d'une passion plus ancienne pour la bande dessinée.  Celle-ci a débuté quand, tout gamin mes parents m'ont abonné au journal Spirou et où j'ai découvert Boule et Bill de Roba, Johan et Pirlouit et leurs amis les Schtroumfs de Peyo, Gaston Lagaffe de Franquin, Lucky Luke de Morris, Buck Danny de Hubinon,.... dont j'attendais chaque semaine la suite des aventures. Avec le temps, d'autres héros sont se sont rajoutés venant de Tintin (Tintin de Hergé, Blake et Mortimer de E.P.Jacobs,...) ou Pilote (Astérix de Uderzo et Goscinny, Achille Talon, Valérian de Christin et Mézières, Les Dingodossiers et La Rubrique-à-Brac de Gotlib, Blueberry de Giraud et Charlier,....).  

 
A mesure que je grandissais, mes goûts évoluaient en parallèle des changements du monde de la B.D. Celle-ci passait d'un genre essentiellement destiné aux enfants à une expression beaucoup plus diversifée en allant vers une audience plus agée, abordant des thèmes scabreux ou pornographiques. De petits magazines (L'Echo des Savanes en premier, puis Métal Hurlant) permirent aux auteurs de s'exprimer en dehors des canons établis de la bienséance et lui donnèrent une nouvelle impulsion, qui se poursuit de nos jours.
 
Puis vint l'ouverture sur l'Asie et plus particulièrement le Japon. Un choc esthétique d'abord avec les caractères (Kanji) et la calligraphie. Et les premières estampes de Katsushita Hokusai ou Ando Hiroshige que j'aime toujours autant aujourd'hui (Note: Les noms japonais seront transcrits selon l'usage japonais, avec d'abord le nom de famille, puis le nom personnel). 
La première estampe que j'ai achetée est un triptyque de Hiroshige "Clair de lune sur les 8 sites célèbres de Kanazawa" dans une très belle reproduction à l'ancienne des éditions Adachi des années 1970. J'ai eu un coup de foudre en le voyant en vitrine dans une librairie de Tokyo et, encore aujourd'hui, ce triptyque est accroché dans mon salon......  
      
Utagawa Hiroshige - Clair de lune sur les 8 sites célèbres de Kanazawa (1857)

Ensuite ce fut Suzuki Harunobu et Kitagawa Utamaro, Sharaku et Shunsho, c'est-à-dire les "primitifs" et classiques du XVIIIème siècle.  

                                                 
                          Harunobu                                                                               Utamaro
Mais le vrai coup de coeur est venu après avec le renouveau du mouvement Shin Hanga et les estampes plus récentes d'artistes du siècle dernier (Kawase Hasui, Yoshida Hiroshi et son fils Toshi, Tsuchiya Koitsu, Asano Takeji) ou contemporain (Namiki Hajime, Fujita Fumio, Kaneko Kunio,...), ou même des étrangers travaillant avec les techniques japonaises (Charles Bartlett, Lilian Miller, Noel Nouet, Paul Jacoulet, Paul Binnie, David Bull....).
 
                               
       Yoshida Hiroshi                                             Lilian Miller                                          Paul Jacoulet
 
Je voudrais ainsi citer sans plus attendre David Bull, un artiste canadien installé depuis longtemps au Japon qui travaille "à l'ancienne" et dont le site web (en anglais) est une source d'inspiration et d'émerveillement. Vous trouverez de nombreuses références à son travail dans ces pages.
 
J'espère que vous aurez autant de plaisir à visiter ce site que j'en ai eu à le construire. C'est un site vivant que je continue à enrichir au fil de mes acquisitions. Je serais aussi heureux d'avoir vos commentaires et suggestions.....
 
Vous pouvez m'écrire à estampe.japonaise@gmail.com
 
(Printemps 2011)