BAADE 152 Orient Airlines

Si la plupart des avions jouets sont des copies miniatures plus ou moins conformes d'appareils civils ou militaires véritables, il n’en va pas toujours ainsi et certains d’entre eux sont de pures chimères et n’ont pas de correspondant dans la réalité. Alors que penser de ce modèle réduit ?

Et tant à faire découvrons cet article paragraphe par paragraphe et ne sautons pas à la fin tout de suite pour savoir la solution… laissons nous prendre au jeu et découvrons petit à petit la vérité à propos de ce jouet… c'est plus amusant non ?

Upload image

A vue de nez,  il tient de l’avion civil par sa décoration, (ligne bleue sur les hublots ; dérive colorée ; fuselage dont le ventre est gris et le dos  blanc) mais aussi de l’avion militaire (par ses formes proches de certains bombardiers à réaction des années 50 et 60 (le Boeing B-47 par exemple)). 

Upload image

Des réacteurs placés par deux dans une nacelle, sous chaque aile, cela ne se voit pas souvent dans l’aviation civile; encore que cela ait été une des solutions testée par les Canadiens pour le Avro Canada C102 (qui fut un échec commercial et ne dépassa pas le stade du prototype) et envisagée (puis abandonnée) par Boeing pour son quadriréacteur 707, mais avec une aile basse et pas avec une aile haute comme dans le cas de ce modèle réduit.

Upload image

Toujours à propos des ailes, leur bout est profilé oomme des bidons d’essence qui se fixent à l’extrémité des ailes de certains chasseurs ou bombardiers… bigre on reste dans le domaine militaire.

Upload image

Le train d’atterrissage est de dimension trop grande pour qu’il puisse s’apparenter à la réplique d’un vrai train d’atterrissage, mais bon il est courant avec ce genre de jouet que le train d’atterrissage soit disproportionné par rapport au fuselage, donc cet élément ne nous aidera pas à démêler le vrai du faux.

Upload image

L’immatriculation est on ne peut plus bizarre s’agissant d’un jet civil (un jeu de chiffres sur une aile, un jeu de lettres sur l’autre !. Quant à la dénomination «Orient Airlines» elle est probablement inventée de toute pièce… mais pas tout à fait innocente non plus, en effet l’Orient, c’est dans la direction de l’est. 

Upload image

Du reste l’Est évoque aussi la Guerre froide, l’affrontement entre le bloc de l’ouest et celui de l’est, ah là il y a peut être quelque chose d’intéressant à creuser……alors d’après vous, ce joli joujou, correspond-il à un véritable avion civil ou militaire ?

Upload image

Eh bien, aussi étonnant que cela puisse paraître la réponse est : oui ! Ce modèle réduit est bien la copie plus ou moins conforme d’un appareil quadriréacteur est-allemand développé au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale par Brunolf Baade, ingénieur du groupe allemand Junkers qui, après la capitulation allemande, fut enlevé (avec ses collaborateurs) par les Russes et forcé par ceux-ci de continuer à travailler sur un projet de bombardier allemand, le Junkers EF 150, auxquels les Russes préférèrent finalement le Tupolev Tu 16.

Upload image

Cependant Brunolf Baade obtînt de ses geôliers slaves de pouvoir s’en retourner (avec ses collaborateurs) dans son pays devenu, entre-temps, la RDA (République démocratique allemande) et y mettre en œuvre, avec l’assentiment des autorités locales, son projet, mûri de longue date, de tirer un avion civil de ce bombardier Junkers EF 150. 

Upload image

Ce sera le Baade 152, dont la construction sera assurée par la nouvelle entreprise d’Etat VEB (Volks Eigener Betriebe) sise dans l’usine d’avions de Klotszche (pas loin de Dresde). Le prototype DM-ZYA sortit de cette usine le 30 avril 1958 mais ne décolla pas avant le 4 décembre de la même année, faute de réacteurs ad hoc disponibles (des Pirna 014 auxquels furent substitués faute de mieux des Toumanskii RD-9B provenant de Mig 19). 

Upload image

Et si cet avion s’écrasa (sans qu’il n’y ait de survivants parmi l’équipage) dés son second vol le 4 mars 1959, un deuxième prototype n’en fut pas moins construit et promis à la «Deutsche Lufthansa», le DM-ZYB, décollant pour la première fois le 26 août 1960.  

Upload image

Cette nouvelle version elle était bien motorisée avec les réacteurs Pirna 014 d’une poussée unitaire de 3150 kg et disposait d’un nouveau train d’atterrissage non plus  «monotrace» (train principal et secondaire aligné sur le même axe sous le fuselage avec balancines au bout des ailes pour ne pas râcler le sol lorsque l’avion roule par terre) mais classique du genre diabolo à deux roues à l’avant et train principal (bogie de quatre roues) escamotable dans le fuseau principal des réacteurs.

Upload image

L’autre  compagnie aérienne est-allemande, Interflug s’intéressait également à cet avion et envisageait un aménagement soit pour 48 passagers (en version de luxe) soit pour 72 passagers (en version prolétaire!). Toutefois les performances du Baade 152 étant bien en-dessous de celle du Tupolev TU-104 volant alors depuis deux ans déjà, sa production est abandonnée et les exemplaires en cours de construction envoyés à la ferraille ou remisés à Rothenberg où il furent retrouvés une fois l’unification de l’Allemagne achevée.

Upload image

Vu ainsi couché sur le dos ne dirait-on pas vraiment un bombardier ou quelque avion de guerre ?

Upload image

Le VEB Baade 152 n'entra jamais en service au sein d'aucune compagnie aérienne, mais il avait été commandé par la Deutsche Lufthansa (une Lufthansa "made in RDA" qui n'avait rien à voir avec la "Lufthansa" de RFA) et par Interflug. On voit grâce à cette photo-montage que le fabricant de ce jouet nous livre une livrée mixte puisque la dérive ou domine le rouge et le blanc évoque celle de Interflug et la ligne bleue des hublots ressemble à celle qui avait été prévue pour "Deutsche Lufthansa".

Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  

xxxxxx  

Comments