Quelques amis‎ > ‎Jouets et maquettes‎ > ‎Schabak‎ > ‎

Junkers JU-52 "D-AQUI"

Cet appareil porte une livrée Lufthansa d'avant guerre. Voici son histoire. Ce trimoteur Junkers JU-52 est le plus ancien toujours en état de vol aujourd’hui. Il a été construit en 1936 et a reçu l’immatriculation « D-AQUI ». Baptisé « Fritz Simon » il a été mis en service par la Lufthansa qui l’a revendu la même année à la compagnie aérienne norvégienne DNL (Det Norske Luftfartselskap A/S).

Hebergeur d'image

En conséquence de quoi il fut réimmatriculé LN-DAH et rebaptisé « Falken »… pour être confisqué en 1940 par l’armée allemande après qu’elle se soit rendue maître de la Norvège. Du coup, le Ministère de l'air allemand le réintègre à la Lufthansa avec son immatriculation d'origine D-AQUI, mais il est baptisé « Kurt Wintgens ».

Hebergeur d'image

Une fois la guerre terminée, les alliés le restituent à la norvégienne DNL qui l’immatricule « LN-KAF » et le baptise «Askeladden» pour le mettre en service sur la ligne intérieure Troms Kirkenes pour le compte de la SAS, et ce de 1948 à 1956.

Hebergeur d'image

Puis, il est retiré du service et profite un an de bonnes vacances sur le tarmac d’Oslo Fornebu. Cependant après avoir été immatriculé HC-ABS et avoir reçu l’appellation « Amazonas », il est vendu à la compagnie écuadorienne TAO (Transporte Aéreos Orientales) en juillet 1957.

Hebergeur d'image

Il est démonté, mis en caisses, embarqué à bord d’un bateau et acheminé (*) vers l’Ecuador où il est remonté à Salinas, Guayas (base aérienne de l’armée de l’Air Ecuadorienne) sous la direction de Christophe Drexel, un ancien pilote de Lufthansa. TAO va l’employer entre l’aéroport de Quito, à 2850 m d’altitude, et diverses destinations dans les contreforts des Andes dans la région de l’Amazonie.

Hebergeur d'image

Et bien qu’une des routes qu’il emprunte régulièrement et l’oblige à passer un col de 4000 m ainsi qu’à s’accommoder de pistes parfois sommaires le long d’affluents de l’Amazone, il s’acquitte vaillamment de sa mission comme si de rien n’était… jusqu’en 1963 quand il est retiré du service, suite à une demande du secteur pétrolier travaillant dans la région de l’Amazone, pour un avion de plus grande capacité.

Hebergeur d'image

Débutent alors pour lui une nouvelle période de vacances bien méritées, six ans sur le tarmac de Quito, mais pour être fatiguée notre « Tante Ju » n’a rien perdu de son charme, puisque Lester Weaver, ex-pilote de bombardier de l’USAF, de passage à Quito, en tombe éperdument amoureux et se l’offre pour 5000 dollars US. Une fois arrivé (après un vol de 8 jours) aux USA (Illinois), l’immatriculation N130LW lui est attribuée du bout des lèvres par l’administration américaine qui le certifie comme avion « expérimental ».

Hebergeur d'image

En 1975, Martin Caidin (écrivain américain) le rachète, pour 52500 dollars, et le rebaptise« Iron Annie »  et l’immatriculation, somme toute logique, N52JU, lui est attribuée. De sa base Gainesville (Floride), il est alors engagé dans plusieurs meetings…

Hebergeur d'image

… jusqu’en 1984 pour être racheté par la Lufthansa. Toujours aussi vaillante notre bonne « Tante Ju » décolle de Opa Locka (Floride) pour un périple de 8000 km  avec comme terminus Hambourg via le Labrador; le Groenland ; l’Islande et le Royaume-Uni ! A noter que cette « Tante Ju » est à ce jour la seule à s’être offert la traversée de l’Atlantique d’Ouest en Est.

Hebergeur d'image

Arrivé à destination, Lufthansa le restaure de fond en comble, l'équipe d'une avionique plus en phase avec notre temps et l'aménage en version de luxe. Il est immatriculé officiellement, un an plus tard, D-CDLH (DLH pour Deutsche Lufthansa), ce qui ne l’empêche pas d’arborer de manière fictive le D-AQUI sur le fuselage et les ailes et d’être baptisé du nom de « Tempelhof » ! Depuis et jusqu'à aujourd'hui, il a transporté environ 10 000 passagers en Allemagne et dans les pays limitrophes.

Hebergeur d'image

Schabak nous offre une belle version de ce JU 52, même si la livrée côté babord est un peu "chahutée" et qu'il manque l'immatriculation officielle à l'arrière du fuselage sous l'empennage horizontale. Elle est pourtant reprise sur le plan deux vues au dos de la boîte. Il manque aussi la bande noire sur l'extrados de l'aile.

(*) ainsi que vingt tonnes de pièces de rechange !

Hébergement photos Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  

xxxx
Comments