Quelques amis‎ > ‎Jouets et maquettes‎ > ‎Schabak‎ > ‎

Airbus A330 "Air Inter"

Quand, au milieu des années 80, Air Inter chercha un remplaçant pour ses Airbus A300, elle pensa d’abord au Boeing 747… mais lui préfère finalement l’Airbus A330 dont elle sera le client de lancement.

Hebergeur d'image

Et le 14 décembre 1989, est signé, au siège d’Airbus industrie, le contrat pour la commande ferme de 15 appareils assortis de 15 options livrables entre septembre 1993 et décembre 2002. Air Inter est d’autant plus content que la capacité en sièges (400 à 430 passagers) promet une productivité augmentée de 20% par rapport à l’A 300.

Hebergeur d'image

Par la suite, cette commande sera limitée à quatre appareils (F-GMDA; F-GDMDB; F-GMDC et F-GMDD) et la mise en service du premier A 330, le F-GDMB, livré le 30 décembre 1993, a lieu le 17 janvier 1994 sur Orly-Marseille. Mais dès le lendemain, au départ d’un vol, le train d’atterrissage reste calé en position ouverte, contraignant l’équipage à ramener l’avion à son point de départ.

Hebergeur d'image

Après inspection de l’avion, rien ne permet de voir quelle a bien pu être la cause de ce « caprice » et l’avion est remis en service. Toutefois le 19 janvier, le problème ressurgit au cours du troisième vol de la journée. Du coup, l’avion est renvoyé à Toulouse pour voir ce qui cloche et résoudre définitivement le problème.

Hebergeur d'image

Et le 25 janvier l’appareil est restitué à la compagnie avec la certitude que la panne est résolue, mais elle se reproduit le 28 janvier à l’occasion d’un autre vol ! Retour à Airbus qui finira par identifier le vrai problème : les vibrations du train d’atterrissage, générées par le mauvais état de la piste 025 de Orly, induisaient en erreur les calculateurs qui croyant à un mauvais alignement du train d’atterrissage, en bloquaient le fonctionnement !

Hebergeur d'image

Toutefois cette maladie de jeunesse n’empêchera pas une exploitation sans problème des autres appareils dont le dernier sera retiré du service en 1997 un peu avant la dissolution d’Air Inter dans Air France. A noter que trois de ces appareils continueront leur carrière à la SABENA sous immatriculation OO-SFM (F-GMDA); OO-SFN ( F-GMDB) et OO-SFO (F-GMDC) 

Hebergeur d'image

Enfin signalons, une erreur de Schabak quant à la livrée, le AIR INTER se situait en fait non en avant du fuselage (comme cela était le cas pour les Airbus A321 ou Dassault Mercure) mais au milieu du fuselage ou un peu en avant des ailes (comme c’était le cas pour la plupart des appareils de cette compagnie aérienne).

Hebergeur d'image

xxx
Comments