Panavia Tornado IDS Luftwaffe

L’origine du Tornado remonte donc à 1967 quand plusieurs membres européens de l’OTAN envisagent le remplacement de leurs Lockheed F-104 vieillissant par un appareil dont ils confient la conception à un groupe de travail appelé «MRA for 75» (Multi Role Aircraft for 1975) qui change de nom, MRCA (Multi Role Combat Aircraft) quand en 1968, le Royaume-Uni se joint à l’aventure qui intéresse alors principalement l’Allemagne, l’Italie et les Pays-Bas.

hostingpics.net

Ces quatre pays décident de créer la société Panavia chargée de la réalisation de l’avion et de sa construction, mais en 1970, les Pays-Bas se retirent du groupe trouvant finalement l’avion trop cher pour eux et comme à l’époque trois autres pays (Belgique ; Danemark ; Norvège) cherchent aussi un appareil moins cher que le Tornado, ils se joignent à eux… ce qui débouchera sur le « marché du siècle ».

hostingpics.net

La formule aile à géométrie variable fut adoptée car elle semblait la mieux adaptée à cet appareil qui se devait être polyvalent, et donc capable d’évoluer aussi bien à grande vitesse (en altitude par exemple) ou à basse vitesse en suivi de terrain ou en phase d’atterrissage par exemple.

hostingpics.net

Trois versions principales ont été développées : 
IDS (Interdictor/Strike) conçu pour la chasse et le bombardement par tous les temps. De multiples sous-versions en ont été tirées pour des missions spécifiques : reconnaissance ; version anti-navire ; … ;
ADV (Air Defence Variant) version d’interception au fuselage plus long de 3 m, n’ayant qu’un seul canon pourvu de réacteurs plus puissants et d’un radar FoxHunter optimisé pour ce type de mission. Ce sont des appareils de ce type que l’Arabie saoudite, seul acheteur hors Europe, achètera pour son armée de l’air ;
ECR (Electronic Combat/Reconnaissance) avion de guerre électronique à même d’emporter des missiles anti-radar HARM.

hostingpics.net

L’appareil montré ici par Revell a été ainsi décoré pour le Tigermeet de Cambrai en 2003. Il est aujourd’hui retiré du service mais toujours visible à l’entrée de la base aérienne allemande de Jagel voisine de Schleiswig sise dans le Schleswig-Holstein. Il appartenait à l’AKG 51 (Aufklarungeschwader 51) Immelman (affecté à des missions de reconnaissance) de la Luftwaffe basé à Jagel tout au nord de l’Allemagne pas loin de la frontière avec le Danemark.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Avant d'attaquer le montage… d'abord une vue de la grappe et gros plan de l'empennage hors de son plastique :

Hebergeur d'image

Tiens c'est quoi, ces deux machins appelés à être fixés au bout de chacune des ailes, cela m'a valu quelques heures de recherches, 

Hebergeur d'image

Et voici enfin la bête entièrement montée. Pas de grosses difficultés sinon, quand même une au niveau du placement des charges sous les ailes. En effectuant l'encliquetage d'un des "bidons" j'ai appuyé trop fort ou je ne sais quoi, toujours est-il que j'ai dû recourir à de la colle pour sauver… les bidons !

Hebergeur d'image

A noter quand même que les pièces sont vraiment petites, petites, et qu'il vaut mieux avoir des doigts de fées pour les manipuler… ce qui est loin d'être mon cas. Mais ces petites maquettes me plaisent quand même bien et astuce, pour ranger la maquette, qu'il s'agisse du Concorde précédemment présenté ou du Tornado, ici, il y a toujours moyen d'utiliser la boîte d'emballage (ce serait bête de la jeter du reste, beau dessin) pour ranger le modèle, avec la grappe vide, qui donnera une certaine rigidité à la boîte.

Hebergeur d'image

Hebergeur d'image



Comments