LZ-129 Hindenburg

Revell Minikit nous propose ici Le LZ (*) 129 Hindenburg (**) dont le vol inaugural eut lieu en 1936 et qui reste à ce jour le plus grand Zeppelin jamais construit.

Hebergeur d'image

Sa coque, en duralumin, était longue de 246,7 m ; haute de 44,7 m et large de 46,8 m (hélices des moteurs comprises)… A pleine charge, il pesait pas moins de 220 tonnes réparties ainsi : 11 t dévolues au fret, au courrier et aux bagages. 88000 litres de carburant gazole (emmagasiné dans des fûts sur le pourtour de la coque) et 4500 litres d’huile de graissage pour les quatre moteurs ; 40 000 litres d’eau pour le ballast. L’enveloppe faite d’un mélange de coton et de lin, couvrait une surface de 34 000 m2 et était traitée avec de la cellulose pour la protéger des intempéries, la rendre plus lisse.

Hebergeur d'image

Ce mammouth opérait pour le compte de la DZR (***)  compagnie aérienne qui succéda à la DELAG concernant l’exploitation commerciale des Zeppelin. Indépendante du cockpit placé dans une nacelle sous l’avant du dirigeable, sa cabine prévue pour une centaine de passagers, avait été aménagée par l’architecte Fritz August Breuhaus de Groot (****) assisté de César F. Pinnau,  de manière à offrir toutes les facilités réservées alors aux voyageurs nantis habitués aux  traversées maritimes en paquebots de luxe, style Titanic dont les dimensions, soit dit par parenthèse, étaient voisines de ce mastodonte volant… ce dernier finissant mal aussi, non par l’eau mais par le feu à Lakehurst (New York) en 1937.

Hebergeur d'image

La propagande nazie détourna à son profit le spectacle que suscitait toujours l’apparition de ce géant des airs dans le ciel… mais elle eut du mal, car le Dr Hugo Eckener, président de la Luftschiffbau Zeppelin n’était pas précisément un inconditionnel de Hitler et s’opposa au désir des nazis de peindre des croix gammées de 30 m de haut sur l’enveloppe du fuselage, tout au plus consentit-il à ce que l’on en peigne des petites sur les gouvernails.

Hebergeur d'image

Réquisitionné pour rehausser de sa présence l’inauguration des jeux olympiques de Berlin, le Hindenburg attira si bien l’attention des spectateurs qu’ils en détournèrent un long moment leur regard du Führer, qui vexé et probablement jaloux, se serait exclamé « Hindenburg, raus ! »

Ce qui était « prophétique » quand on sait la fin tragique du Hindenburg… mais aussi celle de son « frère » le LZ 127 Graf Zeppelin qui fut lui envoyé, sur ordre du maréchal de l’air Goering, à la casse et dont l’aluminium fut reconverti dans la construction de chasseurs.

Et pour les photos du "kit" monté, ce sera ici même demain probablement !

(*) LZ = Luftschiffbau Zeppelin (nom du constructeur)

(**) du nom du deuxième président du Reich allemand Paul Von Hindenburg (1847-1934) adopté en hommage à ce dernier

(***) DZR : Deutsche Zeppelin Reederei. Fondée sur capitaux publics (Etat allemand) et privés (Luftschiffbau Zeppelin) cette compagnie aérienne assura également l’exploitation transtatlique (principalement vers les Amériques du Sud et du Nord) du LZ 127 Graf Zeppelin.

(****) Il s’était aussi chargé de l’aménagement intérieur des voitures de chemins de fer Pullman, et de paquebots ou encore de bateaux de guerre de la marine allemande.

 Et voici comme promis ci-dessous les photos du déballage et du dirigeable monté :

Hebergeur d'image


Hebergeur d'image


Hebergeur d'image


Hebergeur d'image


Hebergeur d'image


Hebergeur d'image


Hebergeur d'image


Hebergeur d'image

Et avec ses croix gammées, trucage photo !

xxxxxxxxxxxxx

Comments