Littérature‎ > ‎

L'alouette affolée

Avec « l'Alouette affolée », Gilbert Boulanger nous fait revivre une page d'histoire du 425e escadron * « Alouettes » de la Royal Canadian Air Force où il s'engagea volontairement, au début de la Deuxième guerre mondiale, comme mitrailleur de bombardier.

Hebergeur d'image        Hebergeur d'image

L'auteur nous raconte son histoire depuis son enfance jusqu'à la fin de la Deuxième Guerre mondiale avec pudeur et sans forfanterie aucune… alors qu'il aurait pu en avoir la tentation au vu de ses états de service remarquables avérés et reconnus par la Couronne britannique.

Hebergeur d'image

Vickers Wellington avion du type sur lequel le mitrailleur Gilbert Boulanger fut d'abord affecté

De plus Gilbert Boulanger ne perd pas de vue que son livre pourrait être lu de personnes moins passionnées d'aviation que lui, mais toutefois intéressées par le sujet. Du coup, nombreuses sont les notes en bas de page où il explique, de manière efficace et en peu de mots, par exemple qu'une règle Dalton est en fait une « règle à calcul pour la navigation aérienne »; ou encore à la page 179, il présente une fiche technique complète du bombardier Handley Page Halifax, le second modèle de bombardier sur lequel il sera appelé à voler…

Hebergeur d'image

Handley Page Halifax

Enfin si la Deuxième Guerre mondiale fut pour lui une épreuve, comme pour tant d'autres hommes, elle fut aussi une formidable occasion de s'enrichir humainement et culturellement parlant. Lui, qui n'avait jamais quitté sa province de Québec, va découvrir le monde, enfin quelques théatres d'opération nord africain et européen, via des contacts enrichissants avec les autochtones ou d'autres militaires.

Laissons lui le dernier mot : « La guerre est une insulte à la raison, à la dignité humaine. Je n'ai pas été un guerrier, je ne suis pas un guerrier » (p.262)

Hebergeur d'image

Avro Lancaster

* Cet escadron fut formé en 1942 dans le Yorkshire. Ses bombardiers Wellington; Halifax et Lancaster (du modèle de celui que l'on voit sur la couverture) effectuèrent plus de 287 bombardements qui valurent aux membres de leurs équipages 190 décorations à titres divers. Sa devise était « Je te plumerai » !

Comments