Consolidated Catalina

L’histoire de cet appareil remonte au 28 octobre 1933 lorsque l’US Navy lança un appel d’offre pour un nouveau type d’hydravion pour succéder à ses Martin P3M et Consolidated P2Y en bout de course.

Image

Les constructeurs "Douglas" et "Consolidated Aircraft" se mirent sur les rangs et c’est ce dernier qui remporta la mise. Et, dès le 28 mars 1935, le XP3Y-1, prototype de ce qui deviendrait le « Catilina » (*), effectua son premier vol. Ce n’était alors encore qu’un hydravion, c’est-à-dire, seulement à même d’être décollé d’un plan d’eau et non à partir du plancher des vaches.

Image

Les essais se déroulant on ne peut mieux, l’US NAVY commande, le 29 juin 1935, une première série de 60 exemplaires du PBY-1 (**). Puis suit une commande pour 50 PBY-2. Quant aux versions qui suivront PBY-3 ; PBY-4… elles se distinguent des premières par les verrières latérales en forme de demi-bulbe, placées sur le fuselage en arrière de l’aile parasol et destinées à accueillir les mitrailleurs.

Image

Suivront encore d’autres versions PBY-5 ; PBY-5A et PBY-6A… ces deux dernières versions se différenciant des précédentes par le train d’atterrissage tricycle escamotable, faisant de l’appareil un amphibie, à même de décoller de la terre ou d’un plan d’eau.

Image

Dans le même temps, d’autres forces armées (***) commandent cet appareil qui sera construit à plus de 4000 exemplaires (entre 1937 et 1945) et employé pour des missions aussi diverses que la chasse aux sous-marins ; patrouille maritime ou de bombardement; l’escorte de convois ; le sauvetage en mer ; etc.

Image

Son grand rayon d’action (****) le rendit particulièrement apte à opérer sur le théâtre du Pacifique. Après la guerre, de nombreux Catalina se retrouvèrent sur le marché de l’occasion et furent acquis par des forces armées ; des compagnies aériennes (transport de passagers ; de fret) ou encore transformés en version pompiers (bombardiers d’eau).

Image

Ce « Canso »  (surnom du « Catalina » construit sous licence par Canadian Vickers) a débuté ses opérations, le 27 octobre 1943, au sein du 9e Squadron de la RCAF basé à Bella Bella (Colombie britannique) comme chasseur nocturne de sous-marins.

Image

Il assurera ce même type de mission au sein du 7e Squadron basé à Alliford Bay (Queen Charlotte Islands, Colombie britannique) après la dissolution du 9e Squadron (dont l’existence ne se justifiait plus alors puisque, il avait été créé pour prévenir d’une éventuelle invasion japonaise du Canada par l’ouest ).

Image

Une fois la guerre terminée, il reprendra du service en 1948 et restant toujours sous les drapeaux il sera reconverti et employé successivement par divers squadrons canadiens comme appareil de fret ; puis de reconnaissance photo et enfin de sauvetage en mer avant d’être rendu à la vie civile, en mai 1961.

Image

Et il sera alors employé  comme « bombardier d’eau » avec l’immatriculation CF-NJF (qui deviendra C-FNJF) par divers opérateurs civils jusqu’en 1990. Puis il est acquis conjointement par « The Catalina Society » et « Plane Sailing Air Displays » et reconverti en appareil touristique (Verrières foncées pour vues panoramiques, et rampe d’accès passagers par l’arrière de l’appareil). 

Image

En 2004, il rejoint la Grande-Bretagne, est immatriculé G-PBYA, et est repeint, l’année suivante, aux couleurs d’un Catalina OA-10A du 5e Emergency Rescue Squadron de la 8e Air Force de l’USAAF. Depuis il vole toujours sous ces couleurs comme ici lors du "Fly In Koksijde" de ce dimanche 3 août 2014.  

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image




xxxx

Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos Hébergement photos  Hébergement photos Hébergement photos   Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos   Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos Hébergement photos  Hébergement photos

xxxx

(*) Lorsque les Anglais commandèrent cet appareil pour la Royal Air Force en 1941, il était dans leur habitude d’adopter pour leurs hydravions un surnom associé à celui d’une île ou d’une ville côtière. Ici, ce fut celui de la petite île Catalina au large de la Californie. Quant aux Canadiens, ils surnommèrent leurs appareils, dans le même esprit, « Canso » qui désignait lui la petite ville côtière de Nouvelle-Ecosse du même nom.

(**) PBY : jargon de l’US Navy pour P= Patrol / B= Bombing / Y= Construit par Consolidated Aircraft. Il arrive aussi que l’on rencontre associé au nom de cet avion les initiales PBN (N = Construit sous licence par Naval Air Factory) ; PBV (V= Construit sous licence par Canadian Vickers) ; PBB (B= Construit sous licence par Boeing Canada) ; OA-10 (appareils commandés par l’USAF) ; etc.

(***)USAF ; US COAST GUARD ; Royal Air Force ; Royal Australian Air Force ; etc… et n’oublions pas la Russie qui reçut la permission de le construire aussi sous licence

(****) Par exemple, le record établi par le prototype en octobre 1935, qui parcourut d’une traite les 5281 km séparant Coco Solo (canal de Panama) de San Francisco.

Vidéo YouTube



xxx
Comments