Airbus A330 MRTT

C’est  à l’initiative du consortium européen «Air Tanker», chapeauté par EADS qu’a été développé un Airbus A330-200 militaire désigné tout d’abord FTSA (Future Strategic Tanker Aircraft) qui fut tout d’abord désigné KC-45A mais aussi MRTT (Multi-Role Transport and Tanker) déjà d’usage pour les Airbus A310 modifiés en appareils militaires pour les armées de l’Air canadienne et allemande.

Airbus A330 MRTT de la Royal Australian Air Force

Toujours est-il que cette dernière désignation fut adoptée pour le biréacteur l’A330 MRTT dont la voilure est celle du quadriréacteur Airbus A 340 et dont les points d’ancrage des deux réacteurs non utilisés servent à fixer les « pods » de ravitaillement en vol. Ainsi équipé, cet appareil est à même d’emporter 65 tonnes de carburant en vue de ravitaillement en vol, et ce dans un rayon de 1800 km autour de sa base. Sans compter les 43 tonnes de cargo dont sa cabine peut s’accommoder.

Tout ce carburant destiné au ravitaillement au vol et non à l’appareil lui-même peut être répartis dans les réservoirs originels de l’avion plus éventuellement des réservoirs amovibles qui peuvent prendre place dans la soute. Cela en fait donc un avion très polyvalent pouvant également servir d’avion de transport de troupe et déjà commandé ou mis en œuvre par plusieurs forces aériennes ( Arabie Saoudite : 6 exemplaires livrables à partir de 2011 ; Australie : 5 exemplaires ; Emirats Arabes Unis : 3 exemplaires ; Royaume-Uni : 14 exemplaires)

De tous ses clients le plus important est on le voit par le nombre de commandes (14) la Royal Air Force qui a été séduite par le côté polyvalent (multiples missions possibles pour un seul type d’appareil) de l’ A 330 (acquis pour un montant de 13 milliards d’euros). Concernant l’exploitation de ses avions la RAF a trouvé une solution originale. Elle en sera propriétaire mais en confiera la gestion à une société privée qui lui facturera les ravitaillements à la RAF. Pour le reste, cette société privée pourra user des avions à sa guise (location civile ou militaire à d’autres armées ou compagnies aériennes) tout en précisant qu’en cas d’urgence ou de conflit, la RAF pourra récupérer ses avions de manière prioritaire.

L’US Air Force avait elle-même retenu l’Airbus A 330 MRTT comme gagnant de l’appel d’offres pour un nouveau ravitailleur en vol… mais voilà le Gouvernement américain l’a trouvée plutôt mauvaise que son armée de l’air préfère ce concurrent européen à un Boeing 767 Tanker, qui pour avoir sans doute des qualités, n’en était quand même pas moins fort «petit» en regard de l’Airbus A 330.

Hébergement photos

Et le contrat a été annulé, et ce en dépit du fait que c’est Northrop Grumman (une société américaine) qui se était la partenaire d'EADS pour construire, aux Etats-Unis, tous les appareils destinés à l’USAF et à d’autres sociétés ou armées éventuellement). Pour lutter à armes égales, il aurait été plus judicieux de la part de  Boeing de proposer une version tanker de son Boeing 777, qui lui est de la catégorie de l'Airbus A 330… mais cela évidemment aurait coûté beaucoup plus cher au constructeur de Seattle qui avait déjà, par le passé, développé une version militaire AWACS de son Boeing 767. Résultat les Boeing KC-10 Extender (version tanker militaire du Mc Donnell Douglas DC-10) resteront encore quelques années en service au sein de l’USAF et seront entretenus, lot de consolation (!), par Northrop Grumman !

Comments