Petlyakov Pe-2

L’histoire de cet avion russe commence en prison où le détenu Vladimir Petlyakov croupit depuis 1937, accusé qu’il est d’avoir mis en retard la mise au point du bombardier Tupolev ANT-42. Histoire qu’il ne s’ennuie pas, ses geôliers le chargent lui et une équipe de concevoir un chasseur d’escorte à haute altitude pour le Tupolev ANT-42… à la source de son incarcération, le comble !


(Photo domaine public)

Tout autre que lui la trouverait mauvaise et freinerait des quatre fers, mais lui, non, il s’y met (patriotisme ou alors : forcé, c’est ça ou « fini la soupe » !) et accouche du VI-100 un chasseur pressurisé pourvu de systèmes assez perfectionnés et dont le premier vol d’un des deux prototypes a lieu le 22 décembre 1939. Seulement voilà, les Russes confrontés à la manière allemande de se battre (blitzkrieg) réalisent que finalement, ils n’ont pas tant besoin d’un chasseur d’escorte à haute altitude, mais bien plutôt d’un bombardier en piqué… du coup revoilà notre brave Vladimir et ses sbires renvoyés à leurs chères études pour adapter, en 45 jours, leur projet initial à cette nouvelle donne. La pressurisation et les compresseurs sont sacrifiés… au profit de puissants aérofreins et d’un poste de bombardier !


PE-2 à Potlava en 1944 (Photo domaine public)

L’appareil ainsi modifié est baptisé PB-100 et le « petit père des peuples » est si emballé par cet appareil qu’il rend sa liberté à Vladimir et l’autorise à associer son nom (Petlyakov) à l’avion ! Et sans même passer par la case prototype, tellement ça urge, le premier avion de série décolle le 15 décembre 1940 et sa mise en service opérationnelle a lieu au printemps de l’année suivante. Au final, toutes versions confondues, il en sera construit 11427 principalement pour l’Armée rouge et pour la Tchécoslovaquie durant la guerre; mais après l’armistice, les forces aériennes de Bugarie; Hongrie; Pologne; Yougoslavie et Chine (de Mao) en exploiteront également.

xxx
Comments