Silverjet

Silverjet Aviation Ltd est créée en 2004 par Lawrence William Hunt fort de son expérience dans les secteurs de la communication et du voyage. 


Boeing 767, G-SJET, à Luton (Photo Arpingstone)

Partant du constat qu’alors la « Business Class » de plusieurs compagnies aériennes était souvent d’un prix exorbitant en regard du service offert et pas vraiment à la hauteur du tarif demandé… Lawrence William Hunt a lancé, en huit mois sa propre compagnie aérienne « haut de gamme » à petits prix (*) réservée en priorité aux hommes d’affaires.


photo Silverjet

Ainsi au cours de sa première année d’exploitation, en 2007, Silverjet transporta, avec ses deux Boeing 767 (**), 100 000 passagers entre Londres Luton (sa base) et l’aéroport de Newark (New York) à raison de deux vols quotidiens. Mais pour SilverJet, cette première année d’existence ne sera pas faste pour autant puisqu’elle souffrira d’une immobilisation d’un de ses deux avions pour ennuis techniques en juillet 2007


photo Silverjet

Du reste, Silverjet devra aussi compter avec la concurrence de « MaxJet » et « EOS ». Il sera même question en septembre 2007 que « Air France » rachète « Silverjet », mais Hunt démentira cette rumeur (***) et envisage même alors un service vers Dubai pour novembre. Il n’empêche le marché s’avérera trop étroit pour que ces trois compagnies aériennes puissent survivre ensemble.

Hébergement photos   Hébergement photos  Hébergement photos

Ainsi « MaxJet » tombe en faillite en décembre 2007 ; « EOS » suit en avril 2008, après que « British Airways »  ait lancé, en février 2008, un service « Business Class » du même genre sur New York. Et en mai 2008, étant donné l’arrivée de ce nouveau concurrent, contre lequel il lui est dur de lutter à armes égales, Silverjet jette définitivement le gant.

xxx

(*) Pour Londres-New York, Silverjet facturait le ticket à 999£, ce qui comparé à d’autres compagnies opérant dans le même créneau était davantage que Eos (773 £) mais bien moins que MaxJet (1765 £).

(**) aménagés en version 100 places (fauteuils individuels) alors que le Boeing 767 de base peut recevoir environ 200 siège dans une configuration mixte.

(***) Une autre rumeur qui ne fut pas bénéfique à Silverjet, est celle d’un de ses passagers occasionnels, Ken Livingstone, alors maire de Londres, qui pour avoir pratiqué une fois la ligne de New York se plaignit du service exécrable à bord, enfin, c’était son avis, et Hunt le bannit comme client.
Comments