Icelandair

Icelandair ( connue également en son temps sous le nom de Flugfelag Islands HF ) est née, le 3 juin 1937, sur la côte nord de l’Islande sous le nom de "Flugfelag Akureyar". Dès 1940, la compagnie prend ses quartiers à Keflavik (où se trouve l’aéroport de la capitale, Reijkjavik) et acquiert un Beech 18 ; deux De Havilland Dragon Rapide ; et un Waco YKS.

Boeing 757 sur le tarmac de Liège Airport ce 9 mai 2010

Un peu après la fin de la Deuxième Guerre mondiale, en 1946, débute un service régulier vers Copenhague via Prestwick. Deux ans plus tard (avril 1948), deux Douglas DC-4 sont achetés et mis en ligne sur Londres. L’Allemagne sera desservie à partir de 1955.

Boeing 757 sur le tarmac de Liège Airport ce 9 mai 2010

En 1965, le nom officiel de la compagnie devient «Icelandair»  et est adopté sur les Fokker 27 et Boeing 727 nouvellement acquis. Et le 20 juillet 1973, débute un rapprochement entre Icelandair et Loftleidir (Icelandic Airlines) qui avait elle été fondée en 1944 ), qui débouchera sur l’unique holding «Icelandair» tel qu’il existe toujours aujourd’hui. 

Si, si, il y a bien trois Boeing 757 de cette compagnie sur la photo… et deux intrus, le Boeing 767 d'ABX Air et tout au fond le Boeing 747 de Southern Air !

Cependant la fusion ne sera pas totale entre 1973 et 1979 puisque durant cette période les deux compagnies se partageront le travail, l’une s’occupant des liaisons transatlantiques (Icelandic) et l’autre se chargeant du réseau intérieur et européen (Icelandair).

Boeing 757 sur le tarmac de Liège Airport ce 9 mai 2010

Au cours de l’année 1988, Icelandair transporte 836000 passagers, et l’année suivante remplace ces Douglas DC-8 par des Boeing 757. Il en ira de même pour le reste de la flotte constamment renouvelée puisque des Boeing 737 arriveront et les Fokker 27 seront remplacés par des Fokker 50.

Boeing 757 sur le tarmac de Liège Airport ce 9 mai 2010

La flotte actuelle de Icelandair est composée de : quatorze Boeing 757-200 ; cinq Boeing 757-200PF ; un Boeing 757-300 ; deux Boeing 767-300 ; quatre Boeing 787 (en commande).

Boeing 757 sur le tarmac de Liège Airport ce 9 mai 2010

Boeing 757 sur le tarmac de Liège Airport ce 9 mai 2010



Pour la petite histoire, j'ai appris sur place que beaucoup des homards que nous consommons sont acheminés en Belgique par Icelandair.

Boeing 757 sur le tarmac de Liège Airport ce 9 mai 2010

Sur la trappe du train d'atterrissage avant, on peut lire FIH (qui sont en fait les trois dernières lettres de l'immatriculation entière de l'avion TF-FIH et par derrière on devine l'acronyme anglais ETOPS qui signifie Extended Range Twin-engine Operation Performance Standards et correspond à un règlement de l'OACI (Organisation de l'aviation civile internationale)  autorisant les avions biréacteurs à effectuer des vols long-courriers au dessus de zones inhabitées (océan, déserts) sans la garantie d'avoir un aéroport de déroutement en cas de problème à moins d'une heure de vol. Les biréacteurs bénéficiant de cette dérogation sont les Airbus A 300; A320; A 330 et les Boeing B 757; B 767; B 777. 

Boeing 757 sur le tarmac de Liège Airport ce 9 mai 2010

Boeing 757, vu depuis la gare de Ans, alors qu'il décollait de Liège Airport, ce 9 mai 2010

Boeing 757 à Francfort en 1999

Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos   Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos

xxxxxx  

Comments