Braathens SAFE

C’est le 26 novembre 1946 que l’armateur norvégien Ludwig G.Braathen fonde cette compagnie à laquelle il associe son nom assorti de l’acronyme SAFE (initiales de South-America and Far East). Et un Douglas DC-4 d’être acquis pour opérer des vols nolisés vers l’Amérique du Sud et Hong Kong. Le 5 août 1949, débute un service régulier « omnibus » Oslo – Hong Kong (via  Amsterdam ; Le Caire ; Basra ; Karachi ; Bombay ; Calcutta ; Bangkok). Et ce ne sera qu’à partir d’avril 1954 que SAS exploitera cette route.

Fokker 28

Cependant dès 1952 la Braathens SAFE , pas du tout ivre du succès de cette ligne internationale, développe aussi un réseau intérieur avec des bimoteurs : d’abord des De Havilland Heron ensuite des Fokker F 27. Puis cette compagnie entre dans l’ère des avions à réaction avec la réception de son premier Boeing 737 en 1969 ; puis de ses Fokker F 28 (appelés à remplacer les Fokker F 27 et Douglas DC-6) ; enfin à partir de 1984 ses premiers jets long courrier, deux Boeing 767 qui seront cependant bien vite revendus (faute de pouvoir les rentabiliser de façon optimale à cause de la concurrence avec d’autres opérateurs charters) au profit d’autres Boeing 737 de nouvelle génération (modèles 400 et 500) plus adaptés aux besoins de la compagnie.

Boeing 767

En 1992, Braathens SAFE ajoute à son réseau la ligne internationale Oslo – Londres Gatwick. Mais des difficultés financières de même que la libéralisation du ciel européen vont amener cette compagnie à en acquérir d’autres ( Transwede et Malmö Aviation) en 1997. Cela s’accompagne l’année suivante d’un changement de nom « Braathens » ainsi que de livrée pour les appareils qui desservent désormais à la fois les réseaux intérieurs suédois et norvégiens. C’est cette année là également que la KLM s’introduit à hauteur de 30 % dans le capital de Braathens dans le but d’amener les passagers norvégiens à l’aéroport d’Amsterdam d’où il puissent emprunter des vols KLM vers Minneapolis St Paul ou d’autres destinations internationales.

Boeing 737 700

Cependant pour Braathens  les problèmes recommencent en 1998 avec l’arrivée d’un nouveau concurrent, la compagnie à bas coûts « Color Air » qui va déclencher une guerre des prix dont aucune des compagnies norvégiennes ou apparentées ne sortira indemne à savoir pour commencer Color Air (qui tombe en faillite l’année suivante) puis SAS et Wideroe qui survivront mais affaiblies. Ensuite en 2002 le groupe SAS s’introduit dans le capital de Braathens et le premier avril 2004 les deux compagnies fusionnent sous le nom de SAS Braathens. 

verso de la carte postale précédente

Cette alliance favorisera l’essor d’une filiale à bas coûts de Braathens créée un peu auparavant : Norvegian Air Shuttle quui exploitera tout d’abord des Fokker 50 puis des Boeing 737 300 (pris en location). Depuis 2007, le nom de Braathens a pour ainsi dire été noyé dans celui de la SAS, mais pas la compagnie Malmö Aviation, qui bien qu’étant toujours la propriété de Braathens, qui restait indépendante par rapport à la transaction entre Braathens et SAS.


xxx

Comments