BOAC

Le 24 novembre 1939, le gouvernement britannique décide la fusion des compagnies Imperial Airways et British Airways (celle d’avant-guerre) pour former la BOAC acronyme de British Overseas Airways Corporation. Et durant la Deuxième Guerre mondiale, la jeune BOAC s’efforcera d’assurer en permanence la desserte des lignes d’Imperial Airways qui constituaient alors le seul maillon entre la Grande-Bretagne et son Empire dans le monde. Une fois la guerre terminée, la BOAC s’est rendue compte qu’elle disposait d’une flotte pour le moins hétéroclite, comptant pas moins de 170 appareils de types différents. Bref une rationalisation s’imposait pour n’avoir plus que des avions longs-courriers puisque la BEA (British European Airways) créée à la même époque se chargeait désormais des vols court et moyen courrier à destination de l’Europe.


Vickers VC-10

Aussi BOAC se dota de Boeing Stratocruiser ; Lockheed Constellation ; Canadair North Star (Douglas DC-4 en fait construit sous licence au Canada avec moteurs anglais et surnommés « Argonaut » par BOAC ). Par ailleurs jusque dans les années 50 des hydravions Short Solent sont utilisés sur l’Afrique du Sud. Cependant, le 30 juillet 1949, Le rachat de BSAA (British South American Airways) par BOAC permet à cette dernière d’améliorer sa desserte des caraïbes et du continent sud-américain. En 1952, sur la route Londres-New York un service économique est introduit, c’est un des premiers au monde et qui conduira les années passant au tourisme de masse à l’échelon mondial. En fait les Constellation et les Argonaut sont équipés de davantage de sièges réduisant d’autant le confort à bord… mais aussi le coût du transport en passagers / km. Autre innovation pour BOAC, elle est la première compagnie occidentale au monde à mettre en ligne le premier jet quadriréacteur au monde : le De Havilland Comet 1 affecté à la route de Johannesbourg à partir du 2 mai 1952. Un an plus tard, Tokyo est également desservi par cet avion, et le 4 octobre 1958 a lieu le premier vol transatlantique. Mais suite à plusieurs catastrophes impliquant des Comet (fatigue du fuselage dont la structure ne résistait pas assez aux cycles de pressurisation – dépressurisation de la cabine entraînant au bout de plusieurs vols l’explosion de l’appareil en altitude) obligèrent BOAC  à retirer cet appareil de sa flotte  pour le remplacer par le Comet 4 (version amélliorée et agrandie du Comet 1 ) sur la ligne Londres-New York.



Quant aux Bristol Britannia, ils sont utilisés sur les très longues routes. Le Boeing 707 remplacera les Comet à partir 2 juillet 1960. A partir de 1962, BOAC achète 70% des actifs de la compagnie de navigation maritime Cunard et les avions volent désormais sous le nom de BOAC-Cunard. En plus, BOAC hérite alors du réseau vers Nassau et les Caraibes de la Cunard Eagle. En 1964, les Vickers VC-10 intègrent la flotte suivis en 1971 par les Boeing 747 mis en ligne sur l’Afrique ; l’Australie et l’Amérique du Nord. Mais le premier septembre un décret parlementaire de 1971 impose la fusion de BEA et de BOAC dans l’entité British Airways Board, dont une des divisions deviendra la British Airways telle que nous la connaissons aujourd’hui.

More about BOAC in english : click here
Comments