ANA (All Nippon Airways)

« All Nippon Airways » ou « ANA » naît officiellement en mars 1958 de la fusion des compagnies « Nippon Helicopter and Airplane » et de « Far East Airlines ». Ces deux dernières compagnies aériennes travaillaient plutôt au niveau local et national acheminant le fret entre villes par hélicoptères ou avions De Havilland Dove et Douglas DC-3. Cependant la fusion se traduit par un nouveau capital porté à 600 millions de Yen, qui permet à ANA de renouveler sa flotte : d’abord des Vickers Viscount (en 1960) puis des Fokker 27 (en 1961).

 

Boeing 767 381 ER, JA623A, à Tokyo Narita, ce 25 mars 2013

Et quand en 1963 « Fujita Airlines » est avalée par ANA, le capital de cette dernière passe à presque 5 mille milliards de Yen, ce qui permet à la compagnie de renforcer son statut de première compagnie aérienne privée du Japon et aussi en 1965 d’acquérir de nouveaux appareils de type Boeing 727  et aussi des NAMC YS-11 pour remplacer les Convair 440 sur les lignes régionales.

1969 voit l’entrée en service du Boeing 737. C’est à cette époque aussi que débute entre ANA et plusieurs compagnies de voyage un partenariat en vue d’assurer le service d’escale. Ce qui se traduit parfois par l’entrée pour certaines de ces sociétés dans l’actionnarat d’ANA. Si le réseau domestique d’ANA se développe toujours plus , il n’en va pas de même pour le réseau international et pour cause Japan Airlines en a l’exclusivité suite à un décret du ministère des Transports nippon. Cependant ANA reçoit quand même le droit d’effectuer des liaisons charter internationales comme Tokyo-Hong Kong par Boeing 727 à partir du 21 février 1971.

 

C’est cette année-là aussi, en novembre, que ANA s’offre le premier de ces six gros porteurs Lockheed L-1011 Tristar. Ceux-ci desserviront la ligne Tokyo-Okinawa à partir de 1974. Par la suite, en 1976, des Boeing 747 200 SR (*) sont introduits sur les lignes Tokyo-Sapporo et Tokyo-Fukuoka. Des Boeing 767 viennent étoffer la flotte à partir de 1983. En 1986, Japan Airlines se voit retirer le monopole qu’elle avait à l’international, et  et ANA s’engouffre dans la brèche et commence de relier Tokyo à Guam ; Los Angeles et Washington D.C. ; puis de 1987 à 1991 suivent Beijing ; Dalian ; Hong Kong ; Sidney ; London ; Saipan ; Paris et New York.

C’est au début des années 90 qu’entrent en service les premiers Airbus A320 et A321 ainsi que les Boeing 747 481 et c’est à la fin des années 90 que ANA devient membre de « Star Alliance ». 

 

 Sa flotte actuelle est de 18 Airbus A 320 ; 19 Boeing 737 700 (dont deux de la version ER) ; 24 Boeing 737 800 ; 4 Boeing 747 400 ; 49 Boeing 767 300 (dont 25 de la version ER) ; 54 Boeing 777 (dont 16 de la version 200 ; 12 de la version 200 ER ; 7 de la version 300 et 19 de la version 300ER) ; 23 Boeing 787 8 (plus 13 encore en commande).

Boeing 777, JA786A, à Tokyo Narita ce 25 mars 2013

Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  Hébergement photos  

Hébergement photos   Hébergement photos   Hébergement photos  Hébergement photos

xxxxxx

Boeing 787 immatriculé N787EX

  

xxxxxxx

 (*) SR : Short Range, c’est-à-dire des Boeing 747 conçus d’origine non pour assurer des liaisons long courrier, mais régionales de ville à ville, ce qui entraîne un plus grand nombre de rotations (décollages atterrissages) et implique une structure renforcée de l’appareil.

Comments