Aviation civile‎ > ‎Avions civils‎ > ‎Tourisme‎ > ‎

Mooney M-20

Avant de se lancer dans la production d’avions estampillés de son nom, Albert W. Mooney  fut l’ingénieur en chef de la Culver Aircraft Corporation. Et son expérience de l’aéronautique remonte encore plus haut puisque précédemment, il avait travaillé pour d’autres constructeurs d’avions tels que  Alexander Aircraft ; Marshall Aircraft ;  Bellanca et Monocoupe. Lorsque le patron Culver prit sa retraite en 1946, Albert Mooney continua  de mettre au point le C-1 Mite dont sera tiré le M-18 inspiré lui-même du M-17 Culver V avec une numérotation personnalisée façon Mooney (voilà la raison du M dans l’appellation !)
La production du  M-18 se fera à Rock Road (à l’est de Wichita) où s’établit l’usine « Mooney Aircraft Corporation » à partir du 18 juin 1948. La popularité de ce premier modèle « Mite » dans le monde de la petite aviation encourage Mooney a remotorisé son avion et à en développer le M-19, une version militarisée d’attaque au sol.

Image
Mooney M-20 (#) sur le tarmac de l'aéroport de Rouen début septembre 2008

Hélas en 1953, les affaires ne vont plus bien du tout et Mooney doit quitter Wichita, pour recommencer tout à Kerrville, au Texas. Ce qui ne l’empêchera pas de se retrouver à nouveau au bord de la faillite et il ne devra son salut qu’à  deux investisseurs : Hal Rachall et Norm Hoffman. Cet apport d’argent lui permettra de mettre au point un nouvel avion du M-18 le M-20 dont le prototype vole en août 1953. Ce modèle comme son prédécesseur, avait une fuselage tubulaire couvert de contreplaqué,des ailes en bois… et un dispositif ingénieux qui permettait de faire basculer légèrement l’ensemble de la dérive et des gouvernes selon les besoins du vol. A noter aussi le profil caractéristique de la dérive, unique en son genre pour un avion de tourisme, et qui est comme une marque de fabrique Mooney. S’adjoignant les services d’un autre ingénieur en chef, Ralph Harmon, il met au point en 1961 une version toute nouvelle, le M-20B entièrement métallique et à même alors de rivaliser avec le Piper Comanche par exemple.
Aujourd’hui cette société existe toujours et poursuit parallèlement à la production d’avions de tourisme des travaux de sous traitance pour des constructeurs tels que Boeing ou d’autres sociétés.

Comments